background preloader

Ségrégation et mouvements des droits civiques aux Etats-Unis

Facebook Twitter

African Activist Archive. «The Color Line», une réévaluation des artistes africains-américains. Le parcours commence avec un bouquet de coton dans un pot en argile de 1858 et se termine avec une œuvre de 2012, Origin of the Universe I, de Mickalene Thomas : une peinture à l’huile rehaussée de strass nous offre le sexe d’une femme noire donnant naissance à un Nouveau Monde.

«The Color Line», une réévaluation des artistes africains-américains

Entre les deux défilent 150 ans d’histoire d’une ségrégation légale et illégale, visible et invisible, subie et combattue par les artistes africains-américains. Ne parlez surtout pas d’artistes « afro-américains », une appellation abandonnée aux États-Unis depuis les années 1980 et seulement utilisée encore par des journalistes français, rétorque Daniel Soutif, le commissaire de l’exposition prônant le nouveau terme pour mettre « sur un pied d’égalité l’origine africaine et la nationalité américaine ». Une réévaluation de l’art des Noirs américains La tâche monumentale entreprise par The Color Line.

. « Montrer des artistes qu’on ne connaît pas » Musée du quai Branly - Jacques Chirac - Détails de l'événement. « Le problème du 20e siècle est le problème de la ligne de partage des couleurs ».

musée du quai Branly - Jacques Chirac - Détails de l'événement

Si la fin de la Guerre de Sécession en 1865 a bien sonné l’abolition de l'esclavage, la ligne de démarcation raciale va encore marquer durablement la société américaine, comme le pressent le militant W.E.B. Du Bois en 1903 dans The Soul of Black Folks. L’exposition The Color Line revient sur cette période sombre des États-Unis à travers l’histoire culturelle de ses artistes noirs, premières cibles de ces discriminations.

Malcolm X. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Malcolm X

Pour les articles homonymes, voir Malcolm. Malcolm X en 1964. Enfance et jeunesse Famille Malcolm Little est le fils de Earl Little, charpentier, et de Louise Little (née Louisa Norton). Son père est un prêcheur baptiste convaincu, fervent soutien de Marcus Garvey. Selon son autobiographie, sa mère avait été menacée par des membres du Ku Klux Klan (KKK) alors qu'elle était enceinte de lui, en décembre 1924.

Orphelin de père Peu après la naissance de Malcolm, en 1926, il vit une courte période, au 1909, à Pinkney Street dans les quartiers nord d'Omaha, puis la famille emménage à Milwaukee (Wisconsin), et enfin déménage peu après vers Lansing, Michigan. Toujours selon son autobiographie, à la suite de la mort de son père, Malcolm vit à Charles Street, dans le centre d'East Lansing. Scolarité dans la communauté blanche. Rosa Parks.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rosa Parks

Pour les articles homonymes, voir Parks. Biographie Rosa commence ensuite ses études secondaires à l’Alabama State Teachers College for Negroes, mais elle ne peut les suivre jusqu'à leur terme, car elle doit s'occuper de sa grand-mère puis de sa mère, qui tombe malade[5]. Martin Luther King. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Martin Luther King

Vous lisez un « article de qualité ». Martin Luther King, Jr. Martin Luther King en 1964. Martin Luther King devient le plus jeune lauréat du prix Nobel de la paix en 1964 pour sa lutte non-violente contre la ségrégation raciale et pour la paix. Il commence alors une campagne contre la guerre du Viêt Nam et la pauvreté, qui prend fin en 1968 avec son assassinat officiellement attribué à James Earl Ray, dont la culpabilité et la participation à un complot sont toujours débattues. Il se voit décerner à titre posthume la médaille présidentielle de la liberté par Jimmy Carter en 1977, le prix des droits de l'homme des Nations unies en 1978, la médaille d'or du Congrès en 2004, et est considéré comme l'un des plus grands orateurs américains[1]. Biographie. Lois Jim Crow. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lois Jim Crow

Les lois Jim Crow (Jim Crow Laws) sont une série d’arrêtés et de règlements promulgués généralement dans les municipalités ou les États du Sud des États-Unis entre 1876 et 1964. Ces lois, qui constituaient l'un des éléments majeurs de la ségrégation raciale aux États-Unis, distinguaient les citoyens selon leur appartenance raciale et, tout en admettant leur égalité de droit, elles imposèrent une ségrégation de droit dans tous les lieux et services publics[note 1]. Mouvement afro-américain des droits civiques. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mouvement afro-américain des droits civiques

Le mouvement des droits civiques (1954-1968) désigne le mouvement américain qui visait à établir une réelle égalité de droits civiques pour les Noirs américains en abolissant la législation instaurant la ségrégation raciale. Le pasteur protestant Martin Luther King, apôtre de la non-violence, en devient l'une des figures les plus célèbres. Histoire[modifier | modifier le code] Les luttes commencèrent dès la fin du XIXe siècle avec la création de la NAACP et de la UNIA de Marcus Garvey. Mouvement des droits civiques aux États-Unis. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mouvement des droits civiques aux États-Unis

L'expression « Mouvement des droits civiques aux États-Unis » (civil rights movement) désigne principalement la lutte des Noirs américains pour l'obtention du droit de vote et l'American Indian Movement, le Chicano Movement, le Black Panther Party, le Black Feminism, la Gay Liberation movement, etc. On entend toutefois habituellement par cette expression, les luttes livrées entre 1945 et 1970 afin de mettre un terme à la ségrégation raciale, en particulier dans les États du Sud. Voting Rights Act. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Voting Rights Act

Le texte contient de nombreuses clauses régulant l'administration électorale. Les dispositions générales prévoient des garanties sur le droit de vote à l'échelle nationale. La section 2 est une disposition générale qui interdit à tous les États et gouvernements d'État d'imposer des lois électorales qui résulteraient en une discrimination envers une minorité, qu'elle soit raciale ou linguistique. D'autres dispositions générales proscrivent spécifiquement les tests d'alphabétisation et autres moyens historiquement utilisés pour priver les minorités de leurs droits. Histoire législative[modifier | modifier le code] Texte original[modifier | modifier le code] Sénat[modifier | modifier le code] L'étendue de la formule de couverture était matière à discussion au Congrès.

Civil Rights Act de 1964. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Civil Rights Act de 1964

Aux États-Unis le Civil Rights Act (plusieurs lois américaines portent ce nom) du 2 juillet 1964, signé par le président des États-Unis, Lyndon Baines Johnson, a déclaré illégale la discrimination reposant sur la race, la couleur, la religion, le sexe, ou l’origine nationale. Il était conçu au départ pour protéger les droits des Afro-américains. À la suite d'un amendement déposé par Howard W. Mouvement des droits civiques aux États-Unis depuis 1954. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Mouvement des droits civiques aux États-Unis depuis 1954 hérite des luttes précédentes. 1954 est l'année de l'adoption de l'arrêt Brown v. Board of Education, qui déclare anti-constitutionnelle la ségrégation raciale dans les écoles publiques. Les années suivantes seront consacrées à étendre la déségrégation à tous les États du pays et à intensifier la lutte pour les droits civiques.

À la suite du vote du Civil Rights Act en , signé par le président Lyndon B. Johnson, des émeutes raciales (hot summers) et de l'émergence du Black Power, qui radicalise la lutte pour les droits civiques en prônant le « nationalisme noir », Martin Luther King et l'équipe du Southern Christian Leadership Conference (SCLC) lance en 1967 la Poor People's Campaign (en) (Campagne des pauvres), qui lutte pour les droits sociaux et contre la pauvreté, sans distinction de race. Arrêt Brown et déségrégation[modifier | modifier le code] "Black America", politiques du combat. Mouvement des droits civiques aux États-Unis de 1896 à 1954. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Le Mouvement des droits civiques aux États-Unis (« civil rights movement ») se réfère principalement à la lutte des Noirs américains pour l'obtention et la jouissance de leurs droits civiques. Composé d'un grand nombre de groupes divers, le mouvement était hétérogène. Au cours de la première partie du XXe siècle, certains mouvements, tels l'Universal Negro Improvement Association and African Communities League (UNIA) de Marcus Garvey, qui prônait le séparatisme et le « retour aux sources », obtinrent de grand succès sans toutefois laisser d'héritage probant. Ségrégation raciale aux États-Unis. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un Noir boit à un distributeur d'eau réservé aux « gens de couleur » à un terminal de tramway en 1939, à Oklahoma City. Histoire[modifier | modifier le code]