background preloader

Révolution russe

Facebook Twitter

L’embarrassante mémoire de la Révolution russe. La Fabrique mondiale de l'histoire: Les Révolutions Russes. Aujourd'hui c'est le rendez-vous mensuel avec la revue l'Histoire.

La Fabrique mondiale de l'histoire: Les Révolutions Russes

Avec sa rédactrice en chef Valérie Hannin, nous parlerons des Révolutions Russes avec l'historienne Emilia Koustova. En effet 2017 c'est une date importante car il y a cent ans en plein milieu de la première Guerre mondiale, les premières manifestations commencent à Petrograd et finissent par faire tomber le régime du Tsar Nicolas II. En octobre Lénine et ses hommes vont prendre le palais d'Hiver. Décret sur la paix. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Décret sur la paix

Première page du Décret sur la paix. Contexte[modifier | modifier le code] Marins révolutionnaires de la flotte russe durant l’été 1917. La Révolution russe laisse apparaître la lassitude des populations russes face à la guerre, le désir de paix est omniprésent dans le pays. Dès leur arrivée au pouvoir, les Soviets ratifient un décret de paix le 26 octobre 1917 et Léon Trotski propose une paix générale.

Décret sur la terre. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Décret sur la terre

Première page du décret sur la terre Le décret sur la terre est le second décret de la révolution d'Octobre, écrit par Lénine et adopté par le Congrès des Soviets le . Ce deuxième décret met fin à la seigneurie foncière russe et légitime l'appropriation, effectuée depuis l'été par les paysans, des terres cultivables ayant appartenu aux grands propriétaires ou à la couronne, voire aux paysans aisés. Ce décret a été suivi, le par un décret sur la socialisation des terres[1]. Ces décrets ont été remplacés par le code foncier de 1922. Décret sur le contrôle ouvrier. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Décret sur le contrôle ouvrier

Le décret sur le contrôle ouvrier est le troisième décret de la révolution d'Octobre, écrit par Lénine et adopté par le Congrès des Soviets le publié dans les « Izvestia » du . Contexte[modifier | modifier le code] Presque au lendemain de la Révolution d'Octobre fut entreprise le développement d'un projet réglementant le contrôle ouvrier sur la production. Le « Projet de règlement sur le contrôle ouvrier » écrit par Lénine le 26 ou 27 octobre (8 ou 9 novembre) 1917 avait été discuté au Conseil central des comités d'usine de Petrograd, avec la participation de Lénine, et fut adopté. Le 27 octobre, le projet avait été discuté à une séance du Conseil des Commissaires du peuple, qui chargea Milioutine et Larine de rédiger en deux jours un projet détaillé la règlementation du contrôle ouvrier.

Décret sur les nationalités. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Décret sur les nationalités

Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ Marc Ferro, Les tabous de l'Histoire, 2005. Voir aussi[modifier | modifier le code] Traité de Brest-Litovsk. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Traité de Brest-Litovsk

Territoire occupé par les puissances centrales après le traité de Brest-Litovsk. Le traité de Brest-Litovsk. Contexte général[modifier | modifier le code] Dès le début de l'année 1917, la population russe, dans son immense majorité souhaite la fin de la Première Guerre mondiale. Ce désir de paix est une des causes immédiates des deux révolutions russes. Révolte de Tambov.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Révolte de Tambov

Carte montrant l'étendue des zones d’insurrection. Terreur rouge (Russie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Terreur rouge (Russie)

Les idéologues importants de ces groupes ont été Mikhaïl Bakounine et Serge Netchaïev[10]. Netchaïev a soutenu que l'objet de la terreur révolutionnaire n'est pas d'acquérir un support des masses, mais, au contraire, d'infliger la misère et la peur sur la population commune. Terreur blanche (Russie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Terreur blanche (Russie)

Par extension, et durant la même période historique, le terme désigne des phénomènes de répression anti-communiste après l'échec des soulèvements communistes en Finlande et en Hongrie. La terreur des « blancs » renvoie à toute une série d'actions contre-révolutionnaires, en réponse à la Révolution russe de 1917, qui ont eu lieu lors de la guerre civile russe. Cette « terreur blanche » envers les « rouges », menée sous le commandement des officiers de l'ancienne armée tsariste (en particulier Kornilov, Dénikine, Wrangel, Krasnov, Koltchak, généraux des armées blanches), est assumée et revendiquée. Système concentrationnaire soviétique avant 1930. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Système concentrationnaire soviétique avant 1930

Le régime issu de la Révolution d'Octobre - la République socialiste fédérative soviétique de Russie puis, à compter de la fin 1922, l'Union des républiques socialistes soviétiques - s'est doté d'un système concentrationnaire dès 1918, pendant la guerre civile. L'existence des camps de concentration soviétiques est donc bien antérieure à la création du Goulag en 1934, bien que le système concentrationnaire stalinien présente de nombreuses spécificités. Le terme « Goulag », qui signifie « Administration principale des camps », est passé dans le langage courant pour désigner l'ensemble du système concentrationnaire soviétique ainsi que les camps de concentration et de travail qui le constituent.

Communisme de guerre. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le communisme de guerre (russe : Военный коммунизм) est une expression forgée a posteriori[1] pour désigner les mesures adoptées par les bolcheviks de 1918 à 1921, durant la guerre civile russe. Le communisme de guerre a été mis en vigueur par le Conseil économique suprême (Vesenkha), et a été remplacé le 21 mars 1921 par la « Nouvelle politique économique » (NEP), qui a duré jusqu'en 1928. Contexte[modifier | modifier le code] Lorsque les bolcheviks prennent le pouvoir à Pétrograd, l'État russe est en déliquescence, l'armée n'existe pratiquement plus, l'empire est en voie de dislocation sous l'action de forces centrifuges, et la population en proie à d'énormes convulsions sociales révolutionnaires. De plus, la Grande Guerre continue. Famine soviétique de 1921-1922. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La famine soviétique de 1921-1922 est la première des trois grandes famines qui touchèrent l'État soviétique. Cette famine débuta au printemps 1921 et dura environ un an. Révolte de Kronstadt. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Guerre civile russe La révolte des marins de Kronstadt[note 1],[1] contre le pouvoir bolchevique se déroule en Russie soviétique en mars 1921. Elle est le dernier grand mouvement contre le régime bolchevique, sur le territoire russe, pendant la guerre civile et la plus importante manifestation ouvrière d'opposition au communisme de guerre[2],[3].

En 1917, les marins de Kronstadt sont à l'avant-garde, « foyer le plus ardent de la Révolution d'Octobre »[4],[5]. En 1921, les marins, soldats et ouvriers de Kronstadt, y compris de nombreux communistes déçus par la direction du gouvernement bolchévique, exigent une série de réformes et rejoignent les revendications des ouvriers de Petrograd en grève : élections libres des soviets, liberté de la presse et de réunion pour toutes les forces socialistes, suppression des réquisitions et rétablissement du marché libre[6],[2].

Contexte historique[modifier | modifier le code] I. Joseph Staline. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Secrétaire général du Parti communiste soviétique à partir de 1922, il dirige l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) à partir de la fin des années 1920 jusqu'à sa mort. Il établit un régime de dictature personnelle[2] : les historiens lui attribuent, à des degrés divers, la responsabilité de la mort de trois à plus de vingt millions de personnes[3]. Par un jeu patient d'intrigues souterraines et d'alliances successives avec les diverses factions du parti unique bolchevik, et en s'appuyant sur la toute-puissante police politique et sur la bureaucratisation croissante du régime, il impose progressivement un pouvoir personnel absolu et transforme l'URSS en un régime de type totalitaire dont le culte obligatoire rendu à sa propre personne est un des traits les plus marquants.

Biographie Jeunesse et formation Après avoir brillamment réussi ses examens, Iossif entre en 1894[7] au séminaire de Tiflis et y reste jusqu'à vingt ans. Décrets soviétiques. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article est en cours d'écriture (19 mai 2015). Affaire Kornilov. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Kornilov. Vladimir Ilitch Lénine. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Léon Trotski. Journées de juillet 1917. Soviet. Bolcheviks. Mutineries de la mer Noire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les mutineries de la mer Noire sont une série de révoltes survenues dans les troupes terrestres et les bâtiments français de l’escadre de la mer Noire en 1919, alors que le gouvernement français soutient les forces russes « blanches » (tsaristes) contre les révolutionnaires « rouges » (bolcheviques) pendant la guerre civile russe.

L’intervention française, menée avec de trop faibles moyens navals et terrestres dans un pays hostile est un échec qui n’est pas dû aux mutineries, ces dernières n'intervenant qu'après la décision de mettre un terme aux opérations militaires. Après le retour de l’expédition, les mutineries reprennent et touchent presque tous les ports où stationnent des navires de guerre : à Brest, Cherbourg, Bizerte, Lorient et Toulon avant de se terminer par une ultime poussée en Méditerranée orientale. Une centaine de marins sont condamnés par les tribunaux militaires, mais assez rapidement amnistiés.

La mer Noire. Intervention en Russie septentrionale. Guerre soviéto-polonaise. Guerre civile russe. Révolution d'Octobre. Révolution de Février. Mutinerie des soldats russes à La Courtine. Fin du régime impérial en Russie. Catégorie:Révolution russe. Dimanche rouge. Mutinerie du cuirassé Potemkine. Révolution russe de 1905. La révolution russe dans la presse illustrée européenne. 1917 : Lénine et le train de la révolution russe. Révolution russe. Cent ans après la révolution russe, hériter de 1917 (1/4) : Le quotidien révolutionné. Cent ans après la révolution russe, hériter de 1917 (4/4) : Voyage au pays des soviets.

Révolutions russes (3/4) : Installer la Révolution. Révolutions russes (2/4) : « Le jour où nous sommes devenus camarades. La révolution russe par ceux qui l’ont vécue » Révolutions russes (4/4) : Historiographie et héritages de 1917. Révolutions russes (1/4) : La Russie en 1917, état des lieux. Grigori Raspoutine (1869-1916), un moujik à Petrograd. La Révolution en mémoire. Cent ans après la révolution russe, hériter de 1917 (2/4) : Bâtir, nommer, façonner les traces de 1917. Cent ans après la révolution russe, hériter de 1917 (3/4) : De l’exode à l’exil en France, parcours d’émigration.