background preloader

Mythes, religion et rituels des Etrusques

Facebook Twitter

Rituels et sanctuaires étrusques, d’une archéologie des tombeaux à une archéologie des cultes. 1Les recherches en étruscologie ont depuis toujours offert une place centrale à la religion et aux rituels, dont la littérature ancienne révèle déjà l’importance.

Rituels et sanctuaires étrusques, d’une archéologie des tombeaux à une archéologie des cultes

Rappelons seulement la remarque fréquemment citée de Tite-Live (HR, V, 1, 6), selon laquelle les Étrusques étaient un peuple « qui tenait plus que toute autre nation à l’obser­vation des rites religieux, parce qu’il excellait dans la science du culte », ainsi que le jugement d’Arnobe (Adv. gent. Canope de Chiusi. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Canope de Chiusi

Têtes de canope - vitrine du musée de Chiusi. Têtes de canope et au fond, fauteuil de cérémonie - vitrine du musée de Chiusi. Canope figuré en pied (reconstitution) - vitrine du musée de Chiusi. Le canope de Chiusi désigne un vase destiné chez les Étrusques à recueillir les cendres du mort incinéré suivant les rites en pratique pendant la période des VIIe et VIe siècles av. J. Pratiques funéraires[modifier | modifier le code] Alors que les rites funéraires étrusques qui ont précédé donnait la forme de son habitat à l'urne du mort (urne-cabane), ou à ses objets (urne biconique surmontée d'un casque en bronze pour l'homme, d'un collier pour la femme)[1], le rite du canope privilégie la forme de l'humain, même traduite symboliquement.

Urne-cabane. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. urne-cabane en terre-cuite Gravure d'un exemplaire d'urne-cabane Urne en pierre au musée Guarnacci L'urne-cabane est une urne funéraire étrusque dont la forme rappelle celle d'une des habitations du temps du mort.

Urne-cabane

Cette forme (en pierre ou en métal) éclaire précisément par ses détails, des savoir-faire des artisans pour les habitats de leur temps : plan ovale ou rectangulaire, rarement circulaire, porte d'entrée sur le côté cour, parois en feuillages et en canné imperméabilisées par une couche d'argile, poteaux de bois plantés dans le sol, toit à double pente, composé de bois recouvert de paille et de branchages, deux ouvertures symétriques pour l'aération et l'évacuation de la fumée.

Ces urnes funéraires contenaient les ossements en partie consumées ; le rite d'incinération viendra plus tard, avec un retour ensuite à l'inhumation, puis de nouveau à la crémation. Exemples typiques[modifier | modifier le code] Les plus religieux des hommes. État de la recherche sur la religion étrusque. Actes du colloque international, Galeries nationales du Grand Palais, 17-18-19 novembre 1992, publiés sous la direction de F. Gaultier et D. Briquel.

La détermination des fonctions et des pouvoirs des divinités étrusques n'est : possible qu'à partir du Ve siècle grâce aux scènes mythologiques représentées - sur la céramique et sur, les miroirs.

Les plus religieux des hommes. État de la recherche sur la religion étrusque. Actes du colloque international, Galeries nationales du Grand Palais, 17-18-19 novembre 1992, publiés sous la direction de F. Gaultier et D. Briquel

L. Bouke Varu der Meer, dans « Religion: ombrienne et ; religion étrusque.-. Influences réciproques », s'écarte de . la thèse , de i H. Rix selon laquelle Nethuns, Selvans, Fufluns, Cilens, Sethlans et peut-être Culsans, seraient i d'origine ; ombrienne. . Il i remarque ' en revanche que l'influence ombrienne est sensible dans deux célèbres documents : le liber linteus de Zagreb et le Foie de Plaisance. Mario iTorelli \ relève - dans . « Les Adonies de Gravisca:.

Friedrich- Wilhelm von Hase fait état de ses recherches sur les « Présences étrusques et italiques : dans les sanctuaires grecs : (vine-viie siècles av. Enfers étrusques. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Enfers étrusques

Les enfers étrusques, comme beaucoup de leurs mythes, rites, cérémonies, sont issus de la culture grecque qu'ils côtoient, mais le panthéon étrusque se complète de divinités originales, en plus des cérémonies joyeuses agrémentées des festivités (danses, musique, banquet) et les seuls damnés dans la représentation étrusque sont ceux de la légende grecque[1]. Divinités[modifier | modifier le code] Tuchulcha est aussi une déesse chthonienne des enfers souterrains étrusques. Représentation[modifier | modifier le code] En plus de ces divinités, la porte qui mène aux enfers étrusques est représentée plusieurs fois dans les fresques des tombes peintes de la nécropole de Monterozzi : il s'agit d'une porte simulée placée le plus souvent sur la paroi faisant face à l'entrée :

Sarcophage des Époux. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sarcophage des Époux

Histoire[modifier | modifier le code] Fabriquées à Caere vers 520 av. J. -C., elles sont découvertes sur la nécropole de Banditaccia à Cerveteri, dans le Latium, vers 1850 par le marquis Giampietro Campana. Plusieurs exemplaires existent : Catégorie:Divination étrusque. Religion étrusque et religion chrétienne. FEC - Folia Electronica Classica (Louvain-la-Neuve) - Numéro 14 - juillet-décembre 2007 Religion étrusque et religion chrétienne : un aspect peu étudié de la « réaction païenne » Dominique Briquel Professeur à l'Université de Paris IV (Sorbonne)<dominique.briquel@ens.fr> Texte d'une conférence prononcée le lundi 2 octobre 2007 devant la Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques de l'Académie royale de Belgique.

Religion étrusque et religion chrétienne

La religion étrusque. Par Jean-Claude Daumas, Historien – pour Latine Loquere Sources : Dominique BRIQUEL ?

La religion étrusque

(1999) et Jean-Pierre THUILIER (2003). Catégorie:Mythologie étrusque. Dii Consentes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dii Consentes

Pour les articles homonymes, voir Dii. Les Dii Consentes ou Dii Complices[1] sont les douze grands dieux du panthéon romain. Dii Involuti. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dii Involuti

Pour les articles homonymes, voir Dii. Les Dii Involuti, c'est-à-dire les « Dieux Voilés », sont dans la mythologie étrusque un groupe de dieux qui, par opposition aux Dii Consentes (les dieux principaux, à peu près équivalents aux divinités olympiennes, et tous capables de lancer la foudre) et aux divinités inférieures, sont absolument inconnaissables, que ce soit en essence, en apparence, en genre sexuel, en nombre, ou en attributs. Les Dii Involuti étaient considérés par les étrusques eux-mêmes comme nimbés de mystère, et pour cette raison on sait très peu de choses à leur propos, si ce n'est qu'ils étaient les premiers des dieux et les dieux du rang le plus supérieur dans leur panthéon, c'est-à-dire situés au-dessus des autres divinités majeures dans la hiérarchie céleste[1],[2].

Références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Etrusca disciplina. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Etrusca disciplina est une expression latine qui se rapporte à la religion étrusque et désigne l'ensemble des pratiques divinatoires et des rites, privés ou publics, consignés dans des livres révélés, régissant les rapports entre les dieux et les hommes. Comme le mot latin disciplina l'indique, dans l'esprit des Anciens, il s'agit d'une science. Tous les traités en langue étrusque ayant disparu, cette littérature ne nous est connue que par des auteurs latins comme Caton, Varron et surtout Cicéron dans son De divinatione, les Romains ayant utilisé les services des devins étrusques longtemps après leur assimilation. Mythologie[modifier | modifier le code] Liste des figures mythologiques étrusques. Mythologie étrusque. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Héroïsation du défunt (sarcophage étrusque dit « figuré » par la représentation, ici de la défunte, sculpée suivant l'esthétique étrusque, sur le couvercle du sarcophage).

La mythologie étrusque est abordée par Tite-Live qui nous a laissé le témoignage de la profonde religiosité du peuple étrusque : « L'Étrurie […] tenait plus que toute autre nation à l'observation des rites religieux »[1]. En effet, il n'est rien qui ne fût religieux dans leur culture, en dépit de l'amour pour la vie qu'ils manifestaient, jusque sur les peintures de leurs tombes. La mythologie chez les Étrusques est née de la révélation faite aux hommes par la nymphe Bégoé, ou Végoia, et le génie Tagès.

La première était liée à la fertilité et les rituels (consignés dans un traité) dépendaient de celle-ci. Etrusca disciplina[modifier | modifier le code] Rite funéraire étrusque. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Gravure d'un exemplaire d'urne-cabane Urne biconique dans son puits de pierre (reconstitution au musée Guarnacci de Volterra) Sarcophage architectonique à bas-relief figuré Le rite funéraire étrusque évolue avec le développement de la culture étrusque de la fin de l'âge du fer à l'époque romaine, soit pendant plusieurs siècles avant notre ère, partant de l'incinération, passant ensuite à l'inhumation, et retournant à la crémation. Les rites probables[modifier | modifier le code] Comme pour d'autres rites funéraires les offrandes (nourriture et boisson), les objets familiers du défunt accompagnent le mort dès les plus anciennes sépultures : des petits objets métalliques (les seuls retrouvés) ont été retrouvés dans les urnes-cabanes ; le casque du combattant, le collier de la femme, posés sur les urnes biconiques ou les têtes de canope de Chiusi (boucle d'oreille féminisant la tête stylisée asexuée)

. — Pline l'Ancien, H.N. Classification[2] : Typologie des thèmes mythologiques étrusques. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Bas-relief historié coloré de la caisse d'un sarcophage, MET Hector et Pâris sur le couvercle d'une boite à miroir La typologie des thèmes mythologiques étrusques recense les scènes de la mythologie grecque utilisées par les Étrusques dans leurs bas-reliefs historiés et souvent colorés de leurs sarcophages, sur les fresques de tombes des nécropoles, sur les vases en poteries a figure nere ou a figure rosse. La particularité de l'art étrusque est de mêler plusieurs arguments d'histoires différentes dans une même scène, révélant les échanges commerciaux et culturels fructueux qu'ils ont eus avec les Grecs.

Elles sont majoritairement issues de l'Énéide de Virgile, donc des épisodes de l’Iliade et l’Odyssée de Homère dont elle s'inspire. Thèmes[modifier | modifier le code] Vanth. Charun. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ajax tuant un prisonnier de Troie en présence de Charun. Haruspice. Hépatoscopie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Modèle de foies en argile issus de Syrie.