background preloader

Religion et mythologie romaines

Facebook Twitter

Liste de mithraea. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste de mithraea

Cet article recense les mithraea, sanctuaires du culte de Mithra, culte d'origine orientale qui connaît une grande diffusion dans l'Empire romain au IIe siècle. Catégorie:Culte héroïque romain. Rite funéraire de la religion romaine. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rite funéraire de la religion romaine

Statue funéraire de Marcellus L'appartenance à la classe sociale conditionne le faste des rites funéraires romains. Les Romains, très superstitieux et religieux pensaient qu'un déroulement précis des funérailles était essentiel à l'obtention d'une vie après la mort. Ils étaient donc très pointilleux sur l'exécution des rites funéraires. Les riches se faisaient, en principe, incinérer, tandis que les Romains plus pauvres comme les esclaves pouvaient être jetés dans des fosses communes, sans cérémonie. Histoire des rites[modifier | modifier le code] Pendant l'époque protohistorique étrusque de Rome, la crémation suit ou côtoie l'incinération suivant les périodes historiques ; elle a été généralement abandonnée vers la fin du Ve siècle av.

Sous l'Empire, les rites ont également changé avec l'adoption des cultes orientaux comme le culte d'Isis qui promettaient une autre vie après la mort. Fêtes religieuses romaines. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fêtes religieuses romaines

Dans la Rome antique, on dénombrait seulement 55 jours ouvrables, les autres jours étant des fêtes religieuses et autant d’occasions de se réjouir en célébrant les dieux. Ces fêtes religieuses romaines, manifestations vivantes de la religion, sont inscrites dans le calendrier. Les fêtes publiques (feriae publicae) sont, pour la plupart, fixes (stativae), les autres étant mobiles (indictivae) ou exceptionnelles (imperativae). Les fêtes exceptionnelles (en latin : feriae imperativae ; parfois, en français : fêtes ou féries impératives) sont suscitées par des occasions inopinées, comme les vœux ou la procuratio des prodiges.

Les fêtes mobiles (en latin : feriae conceptivae ; parfois, en français : fêtes ou féries conceptives) sont, pour leur majeure part, liées à la vie agricole et ont lieu, chaque année, à une date fixée par les prêtres et les magistrats. À chaque étape de la vie de la cité correspondait une fête. Dii Consentes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dii Consentes

Pour les articles homonymes, voir Dii. Les Dii Consentes ou Dii Complices[1] sont les douze grands dieux du panthéon romain. À l'origine, le terme désignait les « Grands Dieux » du panthéon étrusque, ceux capables de lancer la foudre, et qui seront plus tard assimilés aux principaux dieux gréco-romains ; dans ce contexte, le terme de Dii Consentes s'opposait à celui de Dii Involuti, désignant les « Dieux Voilés », supérieurs à tous les autres (sauf, sans doute, le destin) et cependant absolument inconnus, indénombrables, indéfinis, toujours entourés de mystère[2],[3].

Cela donne quatorze divinités faisant potentiellement partie des Dii Consentes étrusques, comme dans le cas des Dii Consentes romains (qui, comme expliqué plus bas, sont toujours au nombre de douze, mais pas toujours les mêmes, les divinités olympiennes étant en fait quatorze en tout). Un portique des Dii Consentes s'élevait sur le Forum Romanum[11]. Catégorie:Culte romain public.

Catégorie:Culte romain privé. Catégorie:Divinité romaine. Catégorie:Religion romaine. Catégorie:Divinité romaine d'origine orientale. Catégorie:Divinité romaine d'origine italique. Catégorie:Divinité romaine d'origine grecque. Catégorie:Divinité romaine d'origine égyptienne. Catégorie:Grands Dieux romains. Catégorie:Déesse romaine.

Portail:Mythologie romaine. Liste des divinités mineures romaines. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste des divinités mineures romaines

Religion de la Rome antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Religion de la Rome antique

La religion de la Rome antique est l'ensemble des pratiques et croyances religieuses que les Romains considéraient comme proprement romaines, ainsi que les nombreux cultes importés à Rome ou pratiquées par les populations faisant partie de l'Empire romain. Les Romains se considéraient eux-mêmes comme profondément religieux, et ils attribuaient le succès de leur empire à leur piété collective (pietas) qui permettait de conserver de bonnes relations avec les dieux.

D'après l'histoire légendaire des premiers siècles de Rome, la plupart des institutions et des rites religieux de Rome remontent aux premiers fondateurs de Rome, particulièrement Numa Pompilius, le second roi de Rome. Peu à peu, le droit romain se séparera de la religion. Étude de la religion romaine[modifier | modifier le code] Traits principaux[modifier | modifier le code] Origines de la religion romaine[modifier | modifier le code] Une religion de la Cité[modifier | modifier le code]

Mythologie romaine. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mythologie romaine

La mythologie romaine ou latine est l'ensemble des légendes et des mythes de la Rome antique. D'origine indo-européenne, la mythologie romaine a emprunté au fil des siècles des conceptions religieuses et culturelles aux pays qui ont été peu à peu intégrés dans la sphère de Rome : la Grèce, l'Égypte, la Syrie, etc. Les Romains se sont appropriés puis ont adapté ces mythologies pour créer un ensemble syncrétique qui se manifeste dans la religion romaine. Mythologie gréco-romaine[modifier | modifier le code] La majorité des divinités du panthéon romain a très tôt subi l'influence de la Grèce antique et les divinités locales (ou « indigètes »), à quelques rares exceptions, ont souvent été assimilées à leurs homologues grecs.

Mythologie spécifiquement romaine[modifier | modifier le code] « Rome a eu sa mythologie, et cette mythologie nous est conservée.