background preloader

Raphaël

Facebook Twitter

National Gallery, London. Liste d'œuvres de Raphaël. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste d'œuvres de Raphaël

Autoportrait du peintre (v. 1506). En considérant les polyptyques comme ensembles indissociables, le professeur Pier Luigi De Vecchi estime que le nombre d'huiles autographes de Raphaël est d'environ 80. Cette liste, non exhaustive, est établie selon des attributions par ordre chronologique. Œuvres existantes majeures[modifier | modifier le code] Città di Castello et Pérouse[modifier | modifier le code] Portrait du pape Jules II. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portrait du pape Jules II

Portrait du pape Jules II version de la National Gallery Huile sur bois, 108 × 80,7 cm, National Gallery, Londres,Tempera sur bois, 108,5 × 80 cm, Galerie des Offices, Florence.Huile sur bois, Palais Pitti, Florence[2]. Le Jeune Homme à la pomme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Jeune Homme à la pomme

Le Jeune Homme à la pomme Histoire[modifier | modifier le code] Les origines de la peinture ainsi que l'identité du personnage sont inconnues. Les hypothèses les plus accréditées lient ce travail aux commandes des Montefeltro et Della Rovere à Raphaël qui réalisa une série d'œuvres qui quittèrent Urbino pour Florence comme dot de Vittoria della Rovere (1631).

Portrait du Pérugin. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portrait du Pérugin

Histoire[modifier | modifier le code] L'œuvre est connue depuis l'inventaire de la Galerie des Offices de 1704 quand il a été répertorié comme portrait de Martin Luther, et attribué à Hans Holbein le Jeune. Par la suite dans le commentaire de Le Vite de Audin (1825), repris par Gaetano Milanesi (it) en 1879), le tableau fut identifié comme un portrait de Verrocchio de la main de Lorenzo di Credi, cité par Vasari. En 1922, l'historien d'art Adolfo Venturi l'attribua en tant que suiveur de Thijs, au Pérugin, puis Dagenhart (1931) cita de nouveau Lorenzo di Credi, suivi de Lietzmann (1934), Richard Offner (1934), Beenken (1935) et Ortolani qui, finalement, citèrent le nom de Raphaël comme auteur et du Pérugin comme sujet. Portrait de Guidobaldo Ier de Montefeltro.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portrait de Guidobaldo Ier de Montefeltro

Portrait de Guidobaldo Ier de Montefeltro Histoire[modifier | modifier le code] Les origines de la peinture sont inconnues et l'identité du personnage est aussi incertaine. Les hypothèses les plus accréditées lient ce travail aux commandes des Montefeltro et Della Rovere à Raphaël qui réalisa une série d'œuvres qui quittèrent Urbino pour Florence comme dot de Vittoria della Rovere (1625). Aujourd'hui le tableau est exposé avec l'attribution à Raphaël comme son pendant le Portrait d'Elisabetta Gonzaga exposé dans la même galerie. La première information mentionnant l'œuvre se trouve dans un inventaire de 1623 du palais ducal de Pesaro : « Quadri uno mezzano in tavola d'un ritratto del duca Guido sbarbato con zazzera et berretta in testa prete... disse di mano di Raffaello » .

Description[modifier | modifier le code] Analyse[modifier | modifier le code] Portrait d'Elisabetta Gonzaga. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portrait d'Elisabetta Gonzaga

Portrait d'Elisabetta Gonzaga Histoire[modifier | modifier le code] L'œuvre a été signalée pour la première fois le lors de son transfert du palais Pitti à la garde-robe grand-ducale. Autoportrait (Raphaël) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Autoportrait (Raphaël)

Raphaël sur le billet de banque L'œuvre est probablement celle qui a été citée dans la Nota de' quadri buoni d'Urbino achetés dans la ville par le cardinal Léopold de Médicis et visible à Rome, à l'Accademia di San Luca, où l'avait emmené Federico Zuccari. La peinture, à cause en partie de son mauvais état de conservation, a souvent soulevé des doutes quant à son attribution mais aujourd'hui la paternité est généralement admise même si des réserves subsistent encore. Concernant sa datation, certains la placent à la période de son séjour florentin, d'autres à une période plus avancée comme copie autographe ou partiellement seulement de l'autoportrait visible dans l'École d'Athènes conservée au Vatican.

La peinture est entrée dans l'iconographie commune et a été reproduite en Italie sur le billet de banque de 500 000 lires. Le personnage, représenté par son buste, regarde directement dans les yeux du spectateur. Portrait du pape Léon X. Saint Jean Baptiste (Raphaël) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint Jean Baptiste (Raphaël)

Le tableau a été exécuté vers l'an 1518 à la suite d'une commande du cardinal Pompeo Colonna et offert au médecin florentin Jacopo da Carpi. Le degré de participation aux travaux de Raphaël est controversé et les historiens d'art estiment qu'il est probable que ce tableau a été exécuté par des assistants de l'atelier de Raphaël d'après une esquisse initiale du maître. Le tableau considéré comme l'original est conservé à la Galerie des Offices depuis 1589 et a été restauré en 1989. Il existe de nombreuses copies dont une au Palais du Quirinal et une seconde à la Pinacothèque Nationale de Bologne toutes deux attribuées à Giulio Romano. Dans la théologie et liturgie chrétienne les quatre Évangiles citent, au sujet de Jean le baptiste, la prophétie d’Isaïe : (Is 40, 3) « Voix de celui qui crie dans le désert : rendez droit le chemin du Seigneur ».

L'iconographie chrétienne le représente souvent dans une scène dite « Saint Jean Baptiste au désert ». La Vierge au chardonneret (Raphaël) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Vierge au chardonneret (Raphaël)

La Vierge au chardonneret Peinte vers l'an 1506, la Madonna del Cardellino est une œuvre de jeunesse du peintre, datable de l'époque de son séjour à Florence. Son titre est dû à la présence d'un chardonneret (cardellino) représenté sur le tableau. Raphaël (peintre) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. signature Raffaello Sanzio, plus connu sous le nom de Raphaël (Raffaello), né le à Urbino et mort le à Rome[N 1], est un architecte et peintre de la Renaissance.

Raphaël (peintre)

Il porte aussi le nom de Raffaello Santi, Raffaello da Urbino, Raffaello Sanzio da Urbino. Biographie Raffaello Santi ou Sanzio, dit Raphaël, peintre de la Haute Renaissance, est le fils de Giovanni Santi, peintre et poète officiel de la cour du duc d'Urbino, Frédéric III de Montefeltro, l'un des princes les plus célèbres et protecteur des arts de la Renaissance en Italie, et de Màgia di Battista Ciarla, fille d'un négociant d'Urbino. Formation D'après Giorgio Vasari, Raphaël aurait été initié dans l'atelier de son père où il apprend les bases techniques de ce qui va devenir son art. À Florence Âgé de vingt-et-un ans, il quitte Pérouse pour Florence. Appelé à Rome par le pape Jules II sur la recommandation de l'architecte Bramante, il quitte Florence en 1508. À Rome Succès Technique Notes.