background preloader

Poésie nordique médiévale

Facebook Twitter

Codex Regius. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Codex Regius

Le Cōdex Rēgius ou Livre du roi est un manuscrit islandais connu pour contenir l’Edda poétique. Histoire[modifier | modifier le code] L'histoire du Codex Regius est inconnue jusqu'en 1643, année où Brynjólfur Sveinsson, futur évêque de Skálholt, entra en sa possession avant de le léguer, ainsi que le Livre de Flatey en 1662 à Frédéric III, roi du Danemark . Il fut conservé dans la toute nouvelle bibliothèque royale du Danemark sous la côte GKS 2365 4to et échappa au grand incendie de Copenhague du 20 octobre 1728. Eddas. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Eddas

Frontispice d'un manuscrit médiéval des Eddas Les Eddas sont deux manuscrits du XIIIe siècle fort différents qui constituent des compilations poétiques. Le premier, est un manuel d’initiation à la mythologie nordique destiné aux jeunes poètes. Son auteur, Snorri Sturluson, un scalde islandais, était un grand seigneur qui s'est impliqué dans les luttes politiques de l'Islande et est mort assassiné. Il a aussi écrit une histoire des rois de Norvège.

Le second, le Codex Regius contient les grands poèmes sacrés et héroïques qui forment l'Edda poétique. La poésie scaldique est avant tout affaire de forme, elle refuse le mot propre en lui substituant une périphrase ou métaphore et elle laisse toute liberté à l'agencement des mots, au mépris de la syntaxe. Source indo-européenne des Eddas[modifier | modifier le code] de la fonction juridico-magico-sacerdotale (Odinn),de la martiale (Thor, Tyr, Odinn)et de la fertilité-fécondité (Vanes). Edda poétique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Edda poétique

L'Edda poétique est un ensemble de poèmes en vieux norrois rassemblés dans un manuscrit islandais du XIIIe siècle, le Codex Regius. C'est aujourd'hui la plus importante source de connaissances sur la mythologie scandinave. On l'appelle aussi ancienne Edda ou Edda Sæmundar, en référence à Sæmundr Sigfússon dit Saemund le sage, à qui fut attribuée la rédaction du codex. Lausavísa. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lausavísa

Dans la poésie scaldique en vieux norrois de Norvège et plus tard dans la poésie islandaise, une lausavísa (pl. lausavísur) est une composition en une seule strophe, ou une suite de strophes non liées entre elles par une continuité narrative ou thématique. Les lausavísur sont souvent introduites, dans les textes des sagas, par l'expression þá kvað (et il est dit).

Notes et références[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code] Liste de kennings. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste de kennings

Un kenning (pluriel savant : kenningar) est une figure de style propre à la poésie scandinave, qui consiste à remplacer un mot par une périphrase à valeur métaphorique. Les kenningar font souvent appel à des images mythologiques, comme on peut le constater dans la liste suivante. L'Edda de Snorri Sturluson en recense et explique un certain nombre[1]. Liste de Kennings[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ On en trouve aussi une centaine traduits dans l'article de Jorge Luis Borgès sur Les Kenningar ( in Histoire de l'éternité), qu'il dit avoir collectionnés avec "un plaisir presque philatélique".↑ Snorri Sturluson, L'Edda : Récits de mythologie nordique, trad., intr. et notes François-Xavier Dillmann, Paris, Gallimard, cop. 1991. 231 p.

Scalde. Heiti. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Heiti

Dans la poésie scaldique, un heiti est un mot utilisé en lieu et place d'un autre mot, plus prosaïque, avec lequel il entretient une relation de synonymie ou de métonymie. Il se distingue du kenning, qui consiste à remplacer un terme par une périphrase. jór « monture » à la place de hestr « cheval »stál « acier » à la place de sverð « épée » Poésie scaldique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Poésie scaldique

La poésie scaldique remonte très probablement au VIIe ou VIIIe siècle de notre ère. Apparue en Norvège et en Islande, elle est encore pratiquée au XIVe siècle en Islande. Elle laisse des œuvres célèbres et complexes, mais aussi des auteurs dont les noms et la carrière nous sont en partie connus comme Bragi Boddason. Dans le nord de l’Europe — surtout dans l’ouest de la Scandinavie —, il a certainement existé une catégorie reconnue de poètes officiels attachés à la suite d’un roi, d’un chef ou d’une autre autorité, qu’on appelait scaldes (skàld). L’étymologie du terme demeure mystérieuse et la production de ces poètes mal connue et parfois hermétique. Catégorie:Scalde.

Kenning. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kenning

Un kenning (pluriel savant : kenningar) est une figure de style propre à la poésie scandinave, qui consiste à remplacer un mot par une périphrase à valeur métaphorique. La guerre est par exemple appelée « vacarme des épées » dans certaines parties du Skáldskaparmál. Ils sont souvent composés de deux noms dont l'un est au génitif. Certains d'entre eux peuvent cependant contenir jusqu'à 5 ou 6 termes. Le « cheval de la mer » signifiant le bateau, le timonier est parfois désigné comme l’« homme du cheval de la mer ». Les kenningar font souvent appel à des images mythologiques. L’Edda de Snorri Sturluson en recense et explique un certain nombre. On retrouve ce type de métaphores figées, sous forme de qualificatif quasi-obligé, dans les épithètes homériques mais là où les aèdes disent "l'Aurore aux doigts de rose", les scaldes occultent le sujet et diraient quelque chose de plus sibyllin, comme "la rose aux doigts", pour signifier l'aurore.