background preloader

Nouveau Testament

Facebook Twitter

Apocalypse de jean. Les trompettes de l'Apocalypse. Introduction critique à la littérature apocalyptique et ses prolongements. Évangile selon Matthieu. Évangile selon Luc. Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées(indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Évangile selon Luc

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails. La critique historique place la rédaction de ces deux ouvrages dans les années 80-90, en tout cas après la rédaction des évangiles selon Marc (v. 65-75) et selon Matthieu (v.75-85). Il est admis par le consensus historien que le texte de Matthieu et celui de Luc sont indépendants l'un de l'autre et que leurs auteurs ont travaillé séparément. Il est également admis que Luc écrit dans une langue grecque à la fois fluide et riche, contrairement aux autres évangélistes, et que par conséquent le grec est probablement sa langue maternelle. Évangile selon Jean. Cet évangile se démarque des trois autres évangiles canoniques, dits « synoptiques », par sa composition, son style poétique, sa théologie, et probablement par ses sources[2].

Évangile selon Jean

Dans la doctrine trinitaire, l’Évangile selon Jean est le plus important en matière de christologie, car il énonce implicitement la divinité de Jésus dont il fait le « Logos » incarné[n 1]. Structure et plan[modifier | modifier le code] La richesse du quatrième évangile a suscité parmi les exégètes une grande variété de découpages ou de plans[n 2].

Évangiles synoptiques. Le Nouveau Testament comporte quatre évangiles qui sont, dans l'ordre où ils se présentent, l'évangile selon Matthieu, l'évangile selon Marc, l'évangile selon Luc et l'évangile selon Jean.

Évangiles synoptiques

Les trois premiers sont nommés « Évangiles synoptiques » depuis les travaux de Griesbach en 1776. En effet, ces évangiles montrent certaines similitudes dans leur manière de présenter l'histoire et l'enseignement de Jésus : plusieurs épisodes y sont relatés qui, pour les trois évangiles ou deux d'entre eux, emploient des mots et des phrases quasiment identiques.

Leurs ressemblances sont importantes, alors que la structure de l'évangile selon Jean est différente. Leur ressemblance est telle qu'il est possible de les mettre en regard pour apprécier leurs points communs et leurs divergences. Évangile selon Marc. Épître. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Épître

Sur les autres projets Wikimedia : épître, sur le Wiktionnaire Le terme épître, issu du latin epistula[1], du grec επιστολη (epistolē), désigne une lettre (au sens de correspondance). Il a pris le sens aujourd'hui d'un court traité philosophique ou religieux exposé sous forme épistolaire. Ce sont de courts traités le plus souvent philosophiques. Évangiles. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Évangiles

Les évangiles (du latin evangelium, lui-même emprunté au grec ancien εὐαγγέλιον / euangélion, « bonne nouvelle ») sont les écrits qui relatent la vie et l'enseignement de Jésus de Nazareth, appelé par les chrétiens Jésus-Christ. De nombreux évangiles ont été écrits lors des premiers siècles de notre ère. Pourquoi quatre évangiles? Le Nouveau Testament débute par les quatre évangiles (Matthieu, Marc, Luc et Jean).

Pourquoi quatre évangiles?

Ces quatre évangiles sont la première et principale source d'informations sur la vie et le ministère de Jésus. Cependant, pourquoi avoir quatre évangiles et pourquoi n'avons-nous pas un seul livre ouvrant le Nouveau Testament et qui raconterait la vie de Jésus-Christ? Lorsque l'on regarde les dates de rédaction des évangiles, on remarque qu'ils n'ont pas été écrits juste après la mort et la résurrection de Jésus. Leur rédaction a commencé alors que les témoins de la vie de Jésus commençaient à mourir et alors que les premières communautés chrétiennes se développaient. Les évangiles sont donc là pour préserver ces témoignages. Les auteurs des évangiles nous donnent des indications sur leurs raisons d'écrire.

Ainsi, les différents évangiles que nous possédons répondent à des objectifs qui sont différents et sont adressés à des personnes différentes. Apocalypse. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Apocalypse

L’Apocalypse ou Apocalypse de Jean ou encore Livre de la Révélation, également appelé Révélation de Jésus-Christ (en grec ancien Αποκάλυψις Ιησού Χριστού / apokálupsis Iēsou Christoũ) suivant les premiers mots du texte[1], est le dernier livre du Nouveau Testament. La quasi-totalité des historiens estiment que l'apôtre Jean n'a pas écrit l'évangile qui est mis sous son nom, mais une partie non négligeable des critiques estiment qu'il est bien l'auteur de l'Apocalypse.

Le texte, d'essence prophétique et dont l'auteur se réclame d'Ézéchiel, se présente ainsi comme une « révélation de Jésus-Christ » (Ap 1,1) qui dévoile à Jean « quel est le sens divin de son époque et comment le peuple de Dieu sera bientôt délivré ». Genre littéraire[modifier | modifier le code] Épître catholique. Épîtres de Paul. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Épîtres de Paul

Les Épîtres de Paul ou Épîtres pauliniennes sont un ensemble de 13 lettres attribuées à l'apôtre Paul de Tarse et adressées à différentes communautés chrétiennes du Ier siècle. Une quatorzième lettre, l'Épître aux Hébreux, œuvre d'un auteur anonyme, leur est parfois ajoutée. Elles ont rapidement été intégrées au canon des Écritures. Dès la fin du Ier siècle, la plupart des communautés chrétiennes utilisaient ces textes dans leur liturgie.

Actes des Apôtres. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Actes des Apôtres

Sa composition complexe par plusieurs rédacteurs successifs, introduisant probablement des passages racontés deux fois, arrangeant l'histoire en fonction de leurs partis pris théologiques et écartant la relation de certains épisodes essentiels, posent de nombreux problèmes qui ont conduit certains chercheurs à lui nier, en tout ou partie, toute valeur historique. Deux grandes familles du texte[modifier | modifier le code] Dans les manuscrits anciens, les Actes des Apôtres existent en deux grandes versions — avec des variantes — auxquelles la critique a donné les noms de « Texte occidental » et « Texte alexandrin »[1].

Early Christian Writings: New Testament, Apocrypha, Gnostics, Church Fathers. Évangile. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Évangile

Cet article traite de l'Évangile selon le christianisme. Pour l'Évangile selon la doctrine de l'islam, voir Injil. L’évangile (du grec ancien εὐαγγέλιον (euangélion) qui signifie « bonne nouvelle »), dans son premier sens, est la « Bonne nouvelle » proclamée (étant « Parole de Dieu »), de l’annonce du salut de la famille humaine par la vie et de l'enseignement de Jésus-Christ. Dans son second sens, « un évangile » est un récit d'un genre littéraire propre qui traite de cette même « Bonne nouvelle », avant d'être mis par écrit, par les évangélistes, pour les générations futures. Ce sont les quatre évangiles de Matthieu, Marc, Luc et Jean. Définitions, statuts, usages, productions. Ancien Testament. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Étymologie[modifier | modifier le code] Origines[modifier | modifier le code] Ce que les chrétiens appellent Ancien Testament provient d'un ensemble de textes religieux rédigés pour sa très grande majorité à l'origine en hébreu et qui nous est parvenu sous la forme de copies[4]. Le reste a été écrit en araméen ou en grec (tous les livres du Nouveau Testament ont été rédigés en grec)[2]. Un certain nombre de ces écrits composent la Bible hébraïque, nommée TaNaK ou Tanakh, par abréviation des noms en hébreu des parties qui le composent : Torah (la Loi), Neviim (les Prophètes), Ketouvim (les Écrits). Cette Bible hébraïque est traduite en grec à partir du milieu du IIIe siècle av.

L'Église chrétienne primitive se fonde sur cette version grecque des Septante. Les Églises protestantes ont un Ancien Testament calqué sur la Bible hébraïque. Nouveau Testament. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mot « testament » vient du latin testamentum, « testament, témoignage », lui-même issu du grec διαθήκη (diathếkê), « testament, contrat, convention ». Le mot grec a un sens plus large que le mot latin, puisqu'il comporte la notion de contrat. Aussi certains préfèrent-ils le traduire par « alliance ».