background preloader

Notions économiques

Facebook Twitter

Le lexique ab. AAbsorption : c'est une entreprise (l'absorbante) qui en achète une autre (l'absorbée) qui disparaît juridiquement.Accises : " Dénomination communautaire des droits indirects frappant depuis le 1 janvier 1993 certains échanges commerciaux réalisés par des opérateurs établis dans les différents États membres de l'Union européenne " Mémento pratique fiscal, éditions Francis Lefebvre, 2000.

le lexique ab

Les produits concernés sont les boissons alcoolisées, les huiles minérales et les tabacs manufacturés.Accords de distribution : permettent l'utilisation du réseau commercial d'une autre entreprise pour distribuer ses produits.Acte unique européen (AUE) : Texte adopté par le Conseil européen de Luxembourg en décembre 1985, signé par les Douze les 17 et 18 février 1986 et entré en vigueur le 1 juillet 1987. Produit intérieur brut. Politique de la demande, de l'offre. Politique de la demande. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Politique de la demande

Une politique de la demande, en économie, est une politique économique d'inspiration keynésienne menée par l’État visant à augmenter la demande en augmentant les investissements publics et la consommation du secteur public, et en essayant de favoriser la consommation privée, au moyen d’une augmentation des dépenses publiques ou d'une baisse des impôts. Si le libéralisme classique est favorable à une baisse des impôts qui conduit à une hausse de la demande, traditionnellement le social-libéralisme se méfie des baisses de l'impôt direct progressif car elles ne permettent pas d'éviter de trop fortes inégalités.

Récemment tant aux États-Unis qu'en France, la question s'est posée quant à savoir si la baisse des taux d'imposition adoptée lors de plan de relance n'avaient pas accru les inégalités et donné aux marchés des incitations néfastes économiquement[1]. Voir aussi[modifier | modifier le code] Références[modifier | modifier le code] Offre et demande. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}. En microéconomie, l'offre et la demande sont respectivement la quantité d'un bien ou d'un service que les agents économiques sont disposés à vendre ou à acheter à un moment donné sur un marché, ceci en fonction d'un prix considéré comme un paramètre.

Moyens de production. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Moyens de production

Les moyens de production se réfèrent aux capacités physiques, non-humaines pour produire des richesses[1]. Ils comprennent les facteurs de production classiques, excepté le capital financier et le capital humain. Ils sont composés de deux grandes catégories d'objets : Les instruments de travail (outil, usine, infrastructure, etc.) et les sujets du travail (les ressources naturelles et les matériaux bruts). Les personnes agissent sur les sujets du travail à l’aide des instruments de travail dans le but de créer un produit; autrement dit, la main d’œuvre agit sur les moyens de production pour créer un produit[2].

Le terme de « moyens de production » pris dans un sens plus large peut aussi se référer aux « moyens de distribution » tels que les magasins, les banques et les voies ferrées[3]. Termes associés[modifier | modifier le code] Monétarisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Monétarisme

Description[modifier | modifier le code] Selon la théorie monétariste : Mode de production. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mode de production

Le mode de production concerne la façon dont sont traités les facteurs de production pour aboutir à un produit ou service disponible pour les demandeurs. Dans le sens le plus compréhensif il s’agit de la production sociale de la vie humaine. La promotion de modes de production plus durables fait partie de la stratégie de l'Union européenne en faveur du développement durable, en vue d'une gestion durable des ressources naturelles[1].

Enjeux des modes de production[modifier | modifier le code] Choisir un mode de production lors de la création d'une entreprise est un acte fondateur qui permet de positionner la stratégie de l'entreprise. Microéconomie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Microéconomie

La microéconomie (ou micro-économie) est la branche de l'économie qui « analyse les comportements des individus ou des entreprises et leurs choix dans le domaine de la production, de la consommation, de la fixation des prix et des revenus. Elle est le champ privilégié de la théorie néo-classique »[1]. Macroéconomie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Macroéconomie

Modélisation des relations macroéconomiques entre agrégats dans une économie. La macroéconomie est l'approche théorique qui étudie l'économie à travers les relations existantes entre les grands agrégats économiques, le revenu, l'investissement, la consommation, le taux de chômage, l'inflation, etc. La macroéconomie constitue l'outil essentiel d'analyse des politiques économiques des États ou des organisations internationales.

Il s'agit d'expliquer les mécanismes par lesquels sont produites les richesses à travers le cycle de la production, de la consommation, et de la répartition des revenus au niveau national. Indicateur économique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Indicateur économique

Par ailleurs, il existe d'autres indicateurs qui prennent en compte d'autres facteurs ignorés par le PNB et le PIB afin de mesurer le bien-être des habitants d'un pays ; en incluant par exemple des indicateurs de santé, d’espérance de vie, de taux d'alphabétisation. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a ainsi créé l'indice de développement humain (IDH) dans les années 1990. Des tentatives pour prendre en compte d'autres dimensions telles la sécurité ou pour inclure la « soutenabilité écologique » de l'activité économique dans des indicateurs ont aussi été menées plus récemment. Les indicateurs les plus utilisés[modifier | modifier le code] Exposition 'L'économie : krach, boom, mue ?'- notions de base sur les acteurs et les mécanismes de l'économie - Cité des sciences et de l'industrie - Paris.

Économie de l'offre. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Économie de l'offre

L’« économie de l'offre » ou « politique de l'offre », est une école de pensée d'orientation libérale soutenant que la faiblesse de la croissance économique à certaines périodes ou dans certains pays réside dans les freins ou obstacles que rencontrent les acteurs économiques : prélèvements excessifs (cotisations sociales et impôts), salaires insuffisamment soumis à la concurrence du marché, régulation excessive des marchés, etc. Pour les partisans de cette école, les producteurs sont étranglés par des surcoûts qui empêchent l'initiative privée de produire ses effets dynamiques, tandis que les travailleurs sont démotivés au travail du fait de l'existence de prélèvements fiscaux réputés confiscatoires.

Elle est souvent associée aux changements de la politique économique américaine sous la présidence de Ronald Reagan au point qu'on la désigne souvent par le terme « reaganomics » [1]. Historique[modifier | modifier le code] Déréglementation. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Déréglementation

La déréglementation ou dérèglementation (en anglais deregulation) est une démarche entreprise par l'autorité publique (exécutif ou judiciaire) pour faire évoluer les secteurs d'activité concernés au profit de la concurrence[1],[2]. La déréglementation est en général une composante importante de la mise en œuvre de politique de libéralisation économique, pour le compte des principes du libéralisme économique. La déréglementation consiste étymologiquement en la suppression de réglementations. Pour les investisseurs qui profitent de cette concurrence, les anciennes réglementations (c'est-à-dire le cadre juridique précédent) sont vues comme des contraintes règlementaires. Cycle économique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la théorie économique, un « cycle économique » est une période hypothétique, d'une durée déterminée, qui correspond plus ou moins exactement au retour d'un même phénomène économique.

L'économiste français Clément Juglar est l'un des premiers (1862) à mettre le concept en évidence au terme d'une étude comparative de l'évolution des « affaires » sur plusieurs pays (France, Angleterre, États-Unis). Les théories économiques dominantes évoquent fréquemment quatre cycles, plus ou moins coexistants selon les théories, et chacun d'une récurrence différente : le cycle Kitchin (3 à 4 ans) ;le cycle Juglar (8 à 10 ans) ;le cycle Kuznets (15 à 25 ans) ;le cycle Kondratieff (40 à 60 ans). Consommation.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La consommation caractérise l'acte d'un agent économique (le consommateur) qui utilise (consommation finale) ou transforme (consommation intermédiaire) des biens et services . Cette utilisation ou transformation provoque la destruction immédiate (biens non durables) ou progressive (biens durables) des éléments consommés. D'un point de vue général, la consommation (destructrice de valeur) s'oppose à la production (créatrice de valeur). De nombreux paramètres conditionnent les actes de consommation : Pouvoir d'achat, niveau des prix, usages des groupes sociaux, contraintes de la vie collective, accès au marché, réglementation.Offre des fournisseurs, effets de la concurrence (à l'échelon local ou dans le cadre de la mondialisation). Catégorie:Théorie économique.