background preloader

Nabis

Facebook Twitter

Édouard Vuillard. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Édouard Vuillard

Pour les articles homonymes, voir Vuillard. Jean Édouard Vuillard, né le à Cuiseaux (Saône-et-Loire), et mort à La Baule le , est un peintre, dessinateur, graveur et illustrateur français. Biographie[modifier | modifier le code] Édouard Vuillard est le fils de Joseph François Henri Vuillard et de son épouse, née Alexandrine Justinienne Marie Michaud. À sa naissance, son père était percepteur des contributions directes et sa mère sans emploi[2]. Vuillard est élevé à Paris dans une famille modeste. Au mois de , il entre à l'Académie Julian, où il a pour professeur Tony Robert-Fleury. Jos Hessel est son marchand exclusif et son mécène. Vuillard a représenté de nombreuses scènes d'intérieurs, notamment avec sa mère jusqu'à la mort de cette dernière en 1928. Décorateur[modifier | modifier le code] Œuvres et projets décoratifs[modifier | modifier le code] Panneaux décoratifs[modifier | modifier le code] Jardins publics (1894), détrempe sur toile[7]

Paul Sérusier. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paul Sérusier

Paul Sérusier (vers 1890) Biographie[modifier | modifier le code] Paul Sérusier naît dans une famille de classe moyenne aisée. Son père, un homme d'affaires qui travaille dans l'industrie du parfum, lui assure une éducation classique. En 1875, Sérusier est admis au lycée Condorcet à Paris où il étudie la philosophie, le grec, le latin et les sciences. En 1885, après avoir travaillé dans la société d'un ami de son père pendant une courte période, il entre à l'Académie Julian. Il passe l'été 1888 à la pension Gloanec de Pont-Aven, en Bretagne, ville qui attire alors beaucoup d'artistes français et étrangers.

Sérusier revient à Paris avec un petit tableau peint sous les directives de Gauguin, et le montre avec enthousiasme à ses compagnons, partageant ainsi ses nouvelles idées apprises de Gauguin. Maurice Denis. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maurice Denis

Pour les articles homonymes, voir Denis. Biographie[modifier | modifier le code] Maurice Denis : Portrait de l'artiste à l'âge de 18 ans (1889, huile sur toile, musée d'Orsay [en dépôt musée départemental Maurice Denis, Saint-Germain-en-Laye]) Maurice Denis : Portrait de l'artiste (1928, huile sur toile, musée d'Orsay) Denis découvre la peinture de Paul Gauguin, dont l’influence sera déterminante pour la suite de son œuvre, lors de l’Exposition universelle de 1889. Il a, entretemps, rencontré Marthe Meurier en 1890. À partir de 1890, il revient à un art plus décoratif, peignant de grands panneaux pour les habitations de plusieurs mécènes, dont la maison de Gabriel Thomas.

Pierre Bonnard. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre Bonnard

Pour les articles homonymes, voir Bonnard. Biographie[modifier | modifier le code] Pierre Bonnard est le fils d'Eugène Bonnard (1837-1895), fonctionnaire du ministère des Armées, et d'Élisabeth Mertzdorff (1840-1919)[1]. Il a un frère, Charles (1864-1941), et une sœur musicienne, Andrée (1872-1923)[2], épouse du compositeur d'opérette Claude Terrasse. Il est né au no 17 rue de Châtenay (Estienne d'Orves) à Fontenay-aux-Roses, qu'il quittera avec sa famille en 1870[3],[4].

Nabi (peinture) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nabi (peinture)

Pour les articles homonymes, voir Nabi. Les « Nabis » est le nom que se sont donnés les jeunes peintres qui se regroupent autour de Paul Sérusier vers 1888. Le terme Nabi, ou nebiim signifie en hébreu, dans un sens actif « orateur » ou « annonciateur », ou dans un sens passif « celui qui est ravi dans une extase » ou « appelé par l'esprit ». En occident Nabi a été traduit par « prophète », « illuminé » ou encore « celui qui reçoit les paroles de l'au-delà », « l'inspiré de Dieu ». Musée Maurice Denis - Qui sont les Nabis ? Les Nabis. L’émergence d’un nouveau mouvement artistique Au cours de l’été 1888, quelques artistes de l’académie Julian partageant les mêmes préoccupations plastiques se regroupent sous le nom de Nabis, ce qui signifie prophète en hébreu.

Les Nabis

Parmi eux, on compte d’abord Paul Sérusier, Pierre Bonnard, Maurice Denis, Ranson et Henri-Gabriel Ibels, puis Edouard Jean Vuillard et Ker Xavier Roussel, et enfin Aristide Maillol et Félix Vallotton. Férus de littérature symbolique et de textes ésotériques, ils se rassemblent tous les mois autour de dîners pendant lesquels ils échangent et définissent une nouvelle peinture.Très vite, Paul Sérusier devient une figure emblématique du groupe qui reconnaît dans son tableau, Le Talisman (1888, musée d’Orsay), le manifeste de l’esthétique qu’ils entendent développer. Peint sur les conseils de Paul Gauguin lors de son séjour à Pont-Aven (« Comment voyez-vous ces arbres […] ? Ils sont jaunes.