background preloader

Mythologie et religions du Proche-Orient ancien

Facebook Twitter

Catégorie:Génies et démons mésopotamiens. Mythologie hittite. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mythologie hittite

Divinité assise, Empire hittite tardif (XIIIe siècle av. J. -C.) Les mythes hittites dans leur contexte[modifier | modifier le code] Définitions et contours[modifier | modifier le code] Les mythes hittites sont issus du vaste corpus de textes littéraires et rituels exhumés au cours des fouilles des secteurs palatiaux et sacrés de l'ancienne Hattusa (l'actuel site de Boğazkale), la capitale du royaume hittite durant la majeure partie de son histoire[1]. D'autres définitions plus générales des mythes, développées en dehors du contexte hittite, insistent sur leur finalité et les présentent comme un type de légende dont la fonction est « d'exprimer dramatiquement l’idéologie dont vit la société (...) de justifier enfin les règles et les pratiques traditionnelles sans quoi tout en elle se disperserait » (G.

Des mythes d'origines variées[modifier | modifier le code] Mythes et rituels[modifier | modifier le code] Parcours : La grande déesse – Mythologie de la fertilité. Des débuts du néolithique jusqu'aux derniers feux de Babylone, la pensée religieuse mésopotamienne apparaît marquée par l'image d'une déesse incarnant les forces naturelles de la fertilité et de la fécondité.

Parcours : La grande déesse – Mythologie de la fertilité

La forme la plus aboutie est celle d'Ishtar, à qui furent consacrés de nombreux mythes. La profonde mutation sociale qui caractérise le "néolithique" a conduit les populations de chasseurs-cueilleurs du Proche-Orient à s'établir en villages d'agriculteurs sédentaires. Parcours : Démons et génies – Mésopotamie. Suspendue au chevet du malade, cette plaque aux vertus conjuratoires était destinée à lutter contre l'action maléfique de la démone Lamashtu, tenue pour responsable de diverses maladies, en particulier celles frappant la femme enceinte.

Parcours : Démons et génies – Mésopotamie

C'est elle qui est représentée au centre de la plaque, avec une tête de lionne, un corps humain et des pattes de rapace. Son époux Pazuzu s'agrippe au revers, la tête surgissant par-dessus le rebord supérieur. C'est un puissant démon qui est invoqué à l'appui de la guérison. L'opération de conjuration est placée sous les auspices des grandes divinités, représentées par leurs emblèmes. Parcours : Bible et Mésopotamie. De nombreux parallèles sont perceptibles entre la culture mésopotamienne et la Bible, soulignant leur appartenance à une tradition commune L’influence mésopotamienne s’exerça particulièrement lors de l’exil des Hébreux à Babylone, quand, menacés de disparition, ceux-ci entreprirent la rédaction des textes majeurs de la Bible.

Parcours : Bible et Mésopotamie

L’essor régulier des connaissances sur la civilisation mésopotamienne a permis d’opérer de multiples rapprochements avec des éléments significatifs du texte biblique. Ces similitudes tiennent pour une bonne part à la proximité entre les deux cultures au Ier millénaire av. Parcours : Babylone – La porte des dieux. "Tu es sans égal en haut et en bas...

Parcours : Babylone – La porte des dieux

Anu t'a rendu grand, qui réside dans les cieux, le père des dieux, Nunamnir, a prononcé ton nom" Marduk est loué comme l'élu des grands dieux, régnant dans le ciel comme sur et sous la terre, c'est-à-dire dans la totalité des espaces symboliques du monde. Et en particulier ceux d'où proviennent les eaux fertilisatrices qui fécondent le sol, apportées par les pluies d'orage ou le flot des cours d'eau. Marduk. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marduk

Marduk (en akkadien, AMAR.UTU en sumérien) ou Mardouk, appelé aussi Bel-Marduk, Bellus-Marduk ou Baal-Marduk, est le plus grand dieu babylonien. Théologie[modifier | modifier le code] Fêtes de l'Akitu[modifier | modifier le code] Enkidu. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Enkidu

Héros, sans doute Gilgamesh, peut-être Enkidu, serrant sur son cœur un lion vivant, symbole de la force assimilée par l'Initié qui, dans les sables brûlants du désert, a su maîtriser la bête royale et dompter sa puissance, choisissant ainsi de capter et réguler son énergie jusqu'alors destructrice, plutôt que de la tuer et de s'affubler de sa dépouille : symbole, en somme, de la Force mise au service de la Sagesse. Bas-relief du palais de Sargon II à Khorsabad, musée du Louvre Enkidu est un personnage de la mythologie sumérienne.

Suivant les textes et les époques il est appelé Enkimdu, Eabani ou Enkita. Après avoir combattu Gilgamesh, il deviendra son plus fidèle compagnon. Conception d'Enkidou[modifier | modifier le code] Zoroastrisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Zoroastrisme

Le zoroastrisme est une religion monothéiste où Ahura Mazdâ (pehlevi : Ohrmazd) est seul responsable de l'ordonnancement du chaos initial, le créateur du ciel et de la Terre. Le zoroastrisme est une réforme du mazdéisme[1], réforme prophétisée par Zarathoustra, dont le nom a été transcrit en Zoroastre par les Grecs (Ζωροάστρης, Zōroastrēs).

Cette réforme est dite classiquement être intervenue au cours du Ier millénaire av. J. Textes Fondateurs » Gilgamesh. Pour prolonger l’étude des textes et des grandes perspectives qui les traversent, on les rapprochera d’œuvres d’art d’époques et de styles différents, dans une approche comparée.

Textes Fondateurs » Gilgamesh

Il s’agit aussi de donner un aperçu de la production artistique de l’Antiquité orientale. Les monstres terrassés Le combat contre les monstres est un motif épique traditionnel, qui est exploité à plusieurs reprises dans l’Épopée de Gilgamesh : le héros affronte successivement un géant qui crache le feu et un Taureau envoyé par les dieux. Ces créatures sont monstrueuses en ce qu’elles présentent une anomalie par rapport à l’espèce, qu’elles ont des pouvoirs surnaturels et qu’elles font régner la terreur. Divination en Mésopotamie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Divination en Mésopotamie

La divination en Mésopotamie consiste en une forme de communication avec les dieux, permettant de mieux comprendre les mystères du monde. Elle consiste bien souvent dans la lecture de présages à partir desquels il faut déduire un message annonçant un futur favorable ou non, mais peut aussi permettre de mieux comprendre une situation présente contre laquelle on entend agir. Ces présages peuvent se présenter partout et à tout moment, dans des événements naturels, le mouvement des astres, les entrailles d'animaux, et jusque dans les actes les plus anodins du quotidien, la divination mésopotamienne ne s'étant pas focalisée sur les phénomènes les plus spectaculaires. Textes Fondateurs » Gilgamesh. Gilgamesh, le premier héros Fragment de l’Épopée de Gilgamesh sur une tablette d’argile Gilgamesh, une nouveauté dans les programmes. Épopée de Gilgamesh. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La XIe tablette de la version de Ninive de l’Épopée de Gilgamesh, relatant le Déluge.

Selon l’opinion commune des assyriologues, le récit du Déluge, inspiré par l’Épopée babylonienne d’Atrahasis ou « Poème du Supersage », a été ajouté vers 1200 av. J. -C., pour former le texte « standard », comprenant onze tablettes, de l’épopée assyro-babylonienne. La douzième tablette, traduction de la seconde moitié du récit sumérien « Gilgamesh, Enkidu et le séjour des morts », a dû être ajoutée vers 700 av.

Religion de la Perse achéménide. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Religion élamite. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Les sources[modifier | modifier le code] La religion élamite peut être appréhendée à différents degrés par trois types de sources : les textes, rédigés en élamite ou en akkadien en Élam ou en Mésopotamie ; les vestiges de monuments retrouvés sur les anciens sites élamites ; et enfin les œuvres d'art nous informant sur les croyances et pratiques religieuses exhumées sur ces mêmes sites.

D'autres textes nous informant sur la religion élamite ont été retrouvés dans la Mésopotamie voisine. Des textes religieux mésopotamiens cherchent en effet parfois à comparer les dieux élamites et mésopotamiens suivant leur fonction. Cycle de Baal. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Cycle de Baal est un texte de la mythologie ougaritique. Il est constitué d'un groupe de six tablettes retrouvées dans un état fragmentaire dans la « maison du Grand Prêtre », qui forment un ensemble cohérent décrivant l'ascension du dieu Baal à la royauté des Dieux. Il a été rédigé par un scribe du nom d'Ilou-milkou, qui vivait sous le règne de Niqmaddou II. Religion hittite. Religion ougaritique. Animal-symbole dans le Proche-Orient ancien. Religions du Proche-Orient ancien.

Catégorie:Divinité du Proche-Orient ancien. Catégorie:Religion du Proche-Orient ancien. Catégorie:Religion mésopotamienne. Personnages de la mythologie mésopotamienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Principaux personnages de la mythologie mésopotamienne. 'Conventions : ' Les liens en italique, comme dans « voir l'akkadien Apsû » renvoient éventuellement à l'intérieur du même article, à l'entrée marquée d'une ancre si celle-ci existe. Les liens des titres de ligne et ceux qui ne sont pas en italique renvoient vers d'autres articles de Wiki.Les noms ci-dessous peuvent provenir de différents contextes : {sum} signifie « nom sumérien » , {akk} « nom akkadien » ou forme utilisée par les Akkadiens. Les autres origines sont indiquées en toutes lettres, comme {amorrite}. Baal. Mythologie mésopotamienne.

Religion en Mésopotamie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Lire les signes divins en Anatolie ancienne : la divination chez les Hittites. Atrahasis. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Enuma Elish. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Enuma Elish (