background preloader

Memphis (Egypte) et Saqqarah

Facebook Twitter

Bubasteion de Saqqarah. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bubasteion de Saqqarah

Le site est étudié par la mission archéologique française du Bubasteion (MAFB). La mission archéologique française du Bubasteion. Anoubieion (Saqqarah) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Anoubieion (Saqqarah)

L'Anoubieion de Saqqarah (du grec Ἀνουβιεῖον, en égyptien ancien per inpou « Maison d'Anubis ») est un temple de l'Égypte antique consacré au dieu chacal Anubis, aujourd'hui arasé, situé à l'est de la pyramide de Téti dans la nécropole de Saqqarah et édifié à l'extrémité orientale du dromos (un chemin sacré de plus d'un kilomètre de long) conduisant au Sérapéum, un sanctuaire dédié du dieu taurin Apis. Un « sanctuaire portatif » en pierre a été trouvé lors des fouilles de Quibell en 1906-1907[1], présentant l'inscription en grec ΕΡΙΕΝΟΥΠ du nom égyptien hrj-Jnp : « Anubis est satisfait ». Anubis Dieter Arnold, Lexikon der ägyptischen Baukunst, Albatros, 2000, (ISBN 3491960010), page 26, → Anubieion (Saqqara).D. G. Saqqara. De saqqara au Musée du Louvre : le mastaba d'Akhethétep. Saqqara.nl Homepage.

Saqqara. De saqqara au Musée du Louvre : le mastaba d'Akhethétep. Complexe funéraire de Djéser. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Complexe funéraire de Djéser

Le complexe funéraire de Djéser, édifié sous le règne du pharaon Djéser, se situe à Saqqarah, en Égypte. Saqqarah. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saqqarah

Situation géographique[modifier | modifier le code] Au sud du Caire s'étend le plateau de Saqqarah, au centre de la nécropole de Memphis qui s'étend sur près de vingt kilomètres. « L'ensemble situé à l'orée du désert - à la lisière du monde de la mort - témoigne d'une volonté (...) de défier le temps[1] ». Chronologie[modifier | modifier le code] Dès les premières dynasties les rois et les membres de l'aristocratie y font bâtir leur mastaba. La tombe la plus ancienne (numérotée 3357) remonte au règne de Hor-Aha, le deuxième souverain de la Ire dynastie.

Nécropole royale sous l'Ancien Empire, le site se développe autour des pyramides royales des Ve et VIe dynasties. Temple de Ptah et de Sekhmet de Ramsès II. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temple de Ptah et de Sekhmet de Ramsès II

Triade colossale représentant Ptah encadré par Ramsès divinisé et la déesse Sekhmet trouvée dans le sanctuaire du temple Description et fouille[modifier | modifier le code] Découvert en 1959, l'édifice est aujourd'hui réduit à l'état de ses fondations ou premières assises car il a servi de carrière dès la fin de l'Antiquité. Ses blocs de calcaire ayant été prélevés pour l'édification d'autres monuments ou bien pour la production de chaux, son plan a toutefois pu être établi grâce à ses fondations restées sur place ainsi qu'aux élément de granite et de basalte abandonnés qui ponctuent ses principales parties[1]. Orienté est-ouest, ses dimensions sont plus modestes que les autres édifices du règne découverts dans les environs[2]. Une indication en ce sens est la découverte dans la chapelle centrale d'une grande triade représentant le dieu Ptah encadré par Ramsès II et la déesse Sekhmet[3].

Interprétation[modifier | modifier le code] David G. Temple de Ptah (Memphis) Temple de Ptah de Ramsès aimé d'Amon, dieu souverain d'Héliopolis. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temple de Ptah de Ramsès aimé d'Amon, dieu souverain d'Héliopolis

Description et fouille[modifier | modifier le code] Découvert en 1942 par Ahmed Badawy, ce petit temple de Ptah a été fouillé dès 1955 par Rudolf Anthes[1], puis dans les années 1980 par l'Egypt Exploration Society sous la direction de Jaromir Málek[2]. Temple d'Apis (Memphis) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temple d'Apis (Memphis)

Ce culte est attesté depuis l'Ancien Empire, mais l'existence du lieu où était vénéré le taureau vivant n'apparaît en tant que tel dans les sources épigraphiques qu'à dater du Nouvel Empire. Sheshonq Ier commande à son grand prêtre de Ptah, Chedsounéfertoum, une nouvelle restauration de la maison de son père, Apis. Les pharaons de la XXVe dynastie puis leurs successeurs saïtes entamèrent également leurs travaux au nom du dieu, développant encore davantage les démonstrations de piété à l'égard d'une divinité qui de son vivant était alors l'égal d'Horus, à l'instar de pharaon lui-même qui en était l'héritier, et à sa mort incarnait le dieu Osiris.

Cette machinerie divine impressionna les étrangers qui à partir de la Basse Époque sillonnèrent la terre des pharaons. Temple d'Hathor (Memphis) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temple d'Hathor (Memphis)

De même les chapiteaux hathoriques ont été découverts encore en place ou ont été redressés sur des fûts de colonnes de plus de deux mètres de diamètres et qui sont toujours ensevelies aux deux tiers, comme le reste du petit sanctuaire qui suivait cette cour péristyle d'accueil. L'ensemble mis au jour nous présente un édifice d'environ cinquante mètres de longueur sur vingt de large au niveau du pylône, soit un temple de dimension comparable et semblable dans son aspect au temple reposoir édifié par Ramsès III dans la grande cour du temple d'Amon-Rê de Karnak. Orienté nord-sud, il ouvre en direction de l'Hout-ka-Ptah, l'enceinte du grand temple de Ptah. Si le pylône n'est pas décoré sur ses faces extérieures nord, il l'est en ce qui concerne son portail d'accès et ses parois internes qui forment ainsi le mur nord de la cour.

Découverte fortuite en 1969 par des habitants de Mit-Rahineh. Memphis (Égypte) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Memphis (Égypte)

Pour les articles homonymes, voir Memphis. La ville occupe une place stratégique à l’entrée du delta du Nil et de ce fait regorge d’ateliers et de manufactures, notamment d’armes qui étaient conservées dans de grands arsenaux non loin du port principal de la ville, le Perou Nefer, dont les textes du Nouvel Empire vantent l’activité fébrile. Son histoire est étroitement liée à celle du pays et sa ruine est due, d’abord, à la perte de son rôle économique à la fin de l’Antiquité et la montée d’Alexandrie, puis à l’abandon de ses cultes à la suite de l’édit de Thessalonique. Memphis et sa nécropole – les zones des pyramides de Guizeh à Dahchour. Memphis and its Necropolis – the Pyramid Fields from Giza to Dahshur The capital of the Old Kingdom of Egypt has some extraordinary funerary monuments, including rock tombs, ornate mastabas, temples and pyramids.

Memphis et sa nécropole – les zones des pyramides de Guizeh à Dahchour

In ancient times, the site was considered one of the Seven Wonders of the World. Memphis et sa nécropole – les zones des pyramides de Guizeh à Dahchour Autour de la capitale de l'Ancien Empire égyptien subsistent d'extraordinaires ensembles funéraires avec leurs tombes rupestres, leurs mastabas finement décorés, leur temples et leurs pyramides. Le site était considéré dans l'Antiquité comme l'une des Sept Merveilles du monde. ممفيس ومقبرتها منطقة الأهرام من الجيزة إلى دهشور تقوم حول عاصمة مصر القديمة مبانٍ مأتميّة رائعة بقبورها الصخريّة ومصطباتها جميلة الزينة ومعابدها وأهرامها.

Source: UNESCO/ERI 孟菲斯及其墓地金字塔 古埃及王国首都有着令人叹为观止的墓地古迹,包括石冢、装饰华丽的墓室、庙宇和金字塔。 Мемфис и его некрополи - район пирамид от Гизы до Дахшура Menfis y su necrópolis – Zonas de las pirámides desde Guizeh hasta Dahshur.