background preloader

Masaccio

Facebook Twitter

Triptyque de San Giovenale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Triptyque de San Giovenale

Triptyque de San Giovenale Le Triptyque de San Giovenale (en italien : Trittico di San Giovenale) est une peinture à tempera et fond or sur bois réalisée par Masaccio en 1422. Sant'Anna Metterza. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sant'Anna Metterza

Vierge à l'Enfant avec sainte Anne Sant'Anna Metterza Vierge à l'Enfant avec sainte Anne dite Sant'Anna Metterza[1], est une peinture à tempera sur bois (175 × 103 cm) réalisée par Masaccio et Masolino da Panicale en 1424-1425, conservée aux Offices, à Florence. Historique[modifier | modifier le code] Polyptyque de Pise. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Polyptyque de Pise

Saint Paul, prédelle, Musée San Matteo de Pise Le Polyptyque de Pise est un retable polyptyque de Masaccio, peint en 1426 pour l'église du Carmel de Pise, et aujourd'hui dispersé entre Londres, Berlin, Los-Angeles, Naples, Pise et Vienne. Histoire[modifier | modifier le code] Le polyptyque a été commandé le 19 février 1426 pour l'église du Carmel (Carmine) de Pise pour 80 florins par le notaire Ser Giuliano di Colino degli Scarsi da San Giusto pour la chapelle de sa famille édifiée en 1425. Le livre de compte de Giulano di Colino nous apprend que le dernier paiement à Masaccio est effectué le 26 décembre de la même année. Le polyptyque de Pise a été démembré (smembrato) au XVIe siècle, et, aujourd'hui, ses éléments incomplets, au nombre de onze, sont dispersés dans les musées du monde entier :

La Trinité (Masaccio) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Trinité (Masaccio)

La Trinité est une fresque de Masaccio, peinte dans l'église Santa Maria Novella à Florence, entre 1425 et 1428, selon les sources[1], et redécouverte en 1861. Il s'agit d'une fresque de 667 cm de haut sur 317 cm de large réalisée entre 1425 et 1428 environ, sur la troisième travée de la nef gauche de l'église Santa Maria Novella, sous le contrôle, à l'époque, des dominicains. Aucun document n'atteste les dates exactes ni les commanditaires précis de cette fresque. Mais le prieur de ces années, Benedetto di Domenico di Lanzo, aurait pu la commander à la suite de la disparition de sa femme (deux personnages, un homme et une femme, figurent sur le plan étagé réservé dans ce type de tableau aux donateurs ou commanditaires). Giorgio Vasari a amplement décrit la fresque en 1568, dans la seconde édition des Vies.

Elle n'est retrouvée qu'en 1861, lors de la suppression des autels du XVIe siècle. La voûte à caissons, détail. Chapelle Brancacci. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chapelle Brancacci

Vue des fresques de la chapelle Brancacci. La chapelle Brancacci se situe à l'extrémité du transept droit de l'église Santa Maria del Carmine de Florence (quartier de l'Oltrarno). Elle a été fondée, en 1386, par le riche drapier Piero di Piuvichese Brancacci, pour honorer le saint dont il portait le prénom. En 1424, son neveu Felice di Michele Brancacci[1] commanda à Masolino da Panicale la décoration de la chapelle.

Révélation des peintres[modifier | modifier le code] Masolino commença son travail en 1424 mais rejoignit Budapest pendant trois ans, où il fut peintre à la cour. En 1434, Felice Brancacci fut banni de Florence. Filippino Lippi finit le cycle entre 1480 et 1485. La chapelle aux XVIIe et XVIIIe siècles[modifier | modifier le code] Dans les années 1670, l'engouement pour la sculpture fit adjoindre une balustrade de marbre et un nouvel autel pour accueillir la Madonna del Popolo qui avait été installée en 1454. II. Le Baptême des néophytes. Adam et Ève chassés de l'Éden (Masaccio) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Adam et Ève chassés de l'Éden (Masaccio)

Adam et Ève chassés de l'Éden (Masaccio) En 1670 des changements ont été effectués sur l'agencement des fresques de la chapelle : des encadrements de bois taillés et dorés divisent par quatre alors les deux niveaux de fresques. C'est à cette époque (pendant le règne de Cosme III de Médicis dit « le fanatique ») que les feuilles sont ajoutées pour cacher la nudité d'Adam et d'Ève en vertu d'une lecture littérale des textes (« Alors que lui et sa compagne se sont cousus des pagnes de feuilles de figuier dès qu'ils eurent les yeux désillés, ils s'en firent des ceintures. - Genèse, III, 7) également dans les deux fresques de la Tentation de Masolino et de l'Expulsion du Jardin de Masaccio.

Situation de la fresque dans la chapelle.La fresque avant et après la restauration.Pendant de la Tentation par Masolino da Panicale John T. Masaccio. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Masaccio

Autoportrait ( années 1420 ) Tommaso di Giovanni Cassai (ou Tommaso di Ser Giovanni di Mone Cassai), dit Masaccio, né à San Giovanni Altura (actuellement San Giovanni Valdarno, près d'Arezzo) le et mort à Rome vers 1428, est un peintre florentin fondamental considéré comme l'un des pionniers et des plus grands peintres de la Renaissance tant par les critiques après sa mort que les critiques contemporains. Biographie[modifier | modifier le code] Les années de formation[modifier | modifier le code] Son père, Giovanni di Mone Cassai, est un artisan devenu notaire. En 1419, il est déjà reconnu comme dipintore, c'est-à-dire peintre, à Florence[1].