background preloader

Léonard de Vinci

Facebook Twitter

La Belle Ferronnière, portrait de Lucrezia Crivelli de Léonard de Vinci. Ce portrait a été parfaitement restauré en 2015 – ce qui veut dire que personne, en le voyant, ne pense qu’il a été restauré.

La Belle Ferronnière, portrait de Lucrezia Crivelli de Léonard de Vinci

Il pourrait être aussi célèbre que la Joconde . Le sourire de l’une retient autant que le regard de l’autre, et leurs identités inspirent d’infinis débats. Derrière le mythe né au XIXe siècle d’une des maîtresses de François Ier, que révèle le tableau ? Que sait-on de cette jeune femme ? Léonard de Vinci, Portrait présumé de Lucrezia Crivelli, dit La Belle Ferronnière , vers 1495-1497, huile sur bois, 63x1497, apporté de Milan à Amboise sur ordre de Louis XII, 1499 ( ?) Bibliographie : Giorgio Vasari, Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes , édition dirigée par André Chastel, Paris, Berger-Levrault, 1989. " La Joconde. La Joconde [ image principale ] est le portrait le plus célèbre au monde.

La Joconde

L’identité du modèle est régulièrement remise en question, mais on admet généralement qu’il s’agit d’une dame florentine, prénommée Lisa, épouse de Francesco del Giocondo. Le nom Giocondo a été très tôt francisé en Joconde, mais le tableau est aussi connu sous le titre de Portrait de Monna Lisa, monna signifiant dame ou madame en italien ancien. Une longue histoire avec la France C’est probablement entre 1503 et 1506 que Francesco del Giocondo commande le portrait de sa jeune épouse à Léonard qui réside alors à Florence. Mais il ne l’a certainement jamais eu en sa possession.

La Joconde. Aller au contenu principal.

La Joconde

The drawings of Leonardo da Vinci. Sala delle Asse. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sala delle Asse

La Sala delle Asse, la salle de l'axe en italien, également appelée Pièce de la tour ou Pièce des lambris est une salle du Château des Sforza dont le plafond a très probablement été décoré par Léonard de Vinci selon une commande de Ludovic le More. C'est une peinture murale à la détrempe sur plâtre représentant un enchevêtrement de troncs d'arbres[2] Histoire[modifier | modifier le code] Certains documents évoquent le travail de Léonard de Vinci dans le Château des Sforza, notamment la commande de Ludovico le More et une lettre de 1498 du chancelier Gualtiero Bescapè adressée au duc de Milan disant qu'en septembre de cette année, l'artiste avait terminé la décoration de la Sala delle Asse[3]. Il semble peu probable que Léonard ait travaillé seul sur cette œuvre, mais il l'a supervisée.

Tavola Doria. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tavola Doria

La Tavola Doria Historique[modifier | modifier le code] Le tableau a été volé en 1940 à Naples. En juin 2012, la Tavola Doria est enfin rendue à l'État italien[1]. Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ Canal académie [archive] Salvator Mundi (Léonard de Vinci) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Salvator Mundi (Léonard de Vinci)

Salvator Mundi est un tableau de 45,4 × 65,6 cm peint entre 1490 et 1510 sur un panneau en noyer, attribué à Léonard de Vinci[1]. La peinture reprend ce thème avec le Christ donnant une bénédiction et tenant une boule de cristal dans la main gauche. Les vêtements sont bleuâtres avec des garnitures en brocart d'or, montrent le Sauveur avec de longs cheveux blonds bouclés. Il porte les attributs caractéristiques des empereurs, avec deux bandes croisées sur sa poitrine.

Il ré-apparaît en 1900, quand il a été acheté par un collectionneur britannique, Francis Cook, 1st Viscount of Monserrate (en), son attribution porte à débats, on pense alors à Giovanni Antonio Boltraffio. Saint Jérôme (Léonard de Vinci) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint Jérôme (Léonard de Vinci)

Saint Jérôme est un tableau de Léonard de Vinci. Ce tableau ne fut jamais achevé mais est daté approximativement de 1482. Selon Jack Wasserman dans son livre Leonardo da Vinci (1975), la peinture qui, au XVIIIe siècle appartenait à Angelica Kauffmann, a été découpée après cette période. Les deux principales sections ont été trouvées quasi-abandonnées et ont été réunifiées. Il est d'ailleurs toujours probable que des parties extérieures de la peinture soient encore manquantes.

Ce tableau a été racheté après 1845 par Pie IX et est conservé à la Pinacothèque du Vatican. La composition est très inhabituelle, même s'il est vrai que certaines parties du tableau furent découpées. Saint Jean-Baptiste (Léonard de Vinci) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint Jean-Baptiste (Léonard de Vinci)

Saint Jean-Baptiste est un tableau de Léonard de Vinci conservé au Musée du Louvre à Paris. Il est peint sur une planche de noyer et mesure 69 × 57 cm[1] On le date en général de sa période romaine entre 1513 et 1516. Pedretti suppose même qu'il pourrait s‘agir d'une commande de Léon X, pape florentin. Le tableau serait donc un hommage au Saint protecteur de Florence[2]. Le torse et le visage de saint Jean-Baptiste se dégagent sur un fond sombre. Le vernis en fonçant a fortement altéré l’image que nous pouvons avoir du tableau. Portrait de musicien. Portrait de Ginevra de' Benci. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portrait de Ginevra de' Benci

Données historiques[modifier | modifier le code] Le bas du tableau a été scié, sans doute en raison de son mauvais état. On juge en général que le format originel du tableau devait être de 3 × 4[4] (soit 38,8 × 58 cm). Le dos du tableau est également peint. Portrait d'Isabelle d'Este (Léonard de Vinci) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portrait d'Isabelle d'Este (Léonard de Vinci)

Portrait d'Isabelle d'Este Pendant les guerres d'Italie, lorsque Vinci quitte Milan en 1499 pour se rendre à Venise, il passe par la ville de Mantoue, où la mécène Isabelle d'Este, épouse de François II de Mantoue, lui commande son portrait[1]. Arrivé à Venise, il fait voir le dessin préparatoire à Lorenzo da Pavia, qui écrit le 13 mars 1500 à Isabelle d'Este : « Léonard de Vinci [...] m’a montré un portrait de Votre Seigneurie qui est très semblable à elle. Il est si bien fait qu’on ne pourrait faire mieux. » Cependant, le projet de tableau ne verra jamais le jour, malgré l'insistance de sa commanditaire[1].

Le modèle, dont le buste fait face au spectateur, présente son profil droit. Daniel Arasse, Léonard de Vinci : Le rythme du monde, Hazan, 1997, prix André-Malraux (ISBN 2-85025-542-4)Carmen C. Paysage de la vallée de l'Arno. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Paysage de la vallée de l'Arno, 1473. Ce dessin est conservé à la Galerie des Offices à Florence. Œuvre anatomique de Léonard de Vinci. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Léonard de Vinci, études des muscles de l'épaule. L'œuvre anatomique de Léonard de Vinci est constituée des dessins et études sur le corps humain ses structures et son fonctionnement ainsi que des études d'anatomie animale par l'artiste florentin. Elle comprend 228 planches dessinées et annotées réparties en trois périodes créatrices de l'artiste (1487, 1506-1510 et après 1510). Mona Lisa d'Isleworth. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Mona Lisa d’Isleworth. La Mona Lisa d’Isleworth ou Mona Lisa antérieure, est un tableau attribué à Léonard de Vinci, réalisé au XVe siècle ou au XVIe siècle, qui représente un buste de femme ayant une très forte ressemblance avec la célèbre Joconde exposée au musée du Louvre à Paris. Ce tableau est souvent présenté comme une Mona Lisa antérieure. Histoire[modifier | modifier le code] Martyre de saint Sébastien (Léonard de Vinci) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le ministère de la Culture définit ce dessin comme un « jalon supplémentaire dans la connaissance de l’évolution de la composition parmi la série des saint Sébastien et des expériences scientifiques de Léonard de Vinci.

[Cette] œuvre à double face [est] emblématique de deux des domaines d’excellence de ce génie universel »[1]. Au mois de mars 2016, Thaddée Prate, directeur du département des tableaux anciens chez Tajan, à Paris, reçoit la visite d'un médecin français à la retraite qui souhaite organiser sa succession. Ce médecin apporte un ensemble de 14 dessins non signés qui lui viennent de la collection de son père[2]. Ces dessins portent des titres et des attributions non authentifiés. Madonna Benois. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vue du tableau La Madonna Benois (« La Madone Benois » ou « Madonna col Bambino ») pourrait être l'une des deux Madones commencées par Léonard de Vinci, comme il le dit lui-même, en octobre 1478.

L'autre pourrait être La Madone à l'œillet, conservée à la Alte Pinakothek de Munich[1]. Histoire[modifier | modifier le code] Il est probable que la Madonna Benois ait été le premier travail exécuté par Léonard comme peintre indépendant de son maître Andrea del Verrocchio. Durant des siècles, le tableau a été considéré comme perdu. Vers 1790, la Madonna Benois est en possession du général Alexandre Korsakov et elle quitte l'Italie pour la Russie.

Liste des peintures de Léonard de Vinci. Léonard de Vinci. Léda et le Cygne (Léonard de Vinci) La Vierge, l'Enfant Jésus et sainte Anne. La Vierge, l'Enfant Jésus avec sainte Anne et saint Jean-Baptiste. La Vierge aux rochers. La Scapigliata. La Madone Dreyfus. La Madone aux fuseaux. La Madone à l'œillet. La Joconde. La Dame à l'hermine. La Cène (Léonard de Vinci) La Belle Princesse. La Belle Ferronnière. La Bataille d'Anghiari (Léonard de Vinci) L'Annonciation (Léonard de Vinci) L'Adoration des mages (Léonard de Vinci) Homme de Vitruve. Étude du mouvement des chats. Bacchus (Léonard de Vinci) Autoportrait (Léonard de Vinci) Arbalète géante. 56 dessins de Leonard De Vinci.