background preloader

Iroquois et Algonquins

Facebook Twitter

Peuples iroquoiens. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Peuples iroquoiens

Les Iroquoiens formaient l'un des deux plus importants groupes d'Amérindiens, incluant les Iroquois qui parlaient une langue de la famille linguistique de l'Est de l'Amérique du Nord, l'autre étant celui des peuples algonquiens. Les Iroquoiens sont parfois désignés par les universitaires sous le nom de nom de peuples Nadoueks, du nom utilisé par les Algonquiens pour désigner les iroquoiens[1]. Essentiellement, les Iroquoiens sont semi-sédentaires et s'adonnent à l'agriculture. Ils vivent dans des villages de maisons longues, villages entourés de palissades pour se protéger. Ce sont des sociétés matrilinéaires où la transmission familiale se fait de mère en fille. Mohawk Iroquois Village: Introduction. Iroquoisie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Iroquoisie

Histoire[modifier | modifier le code] Confédération historique[modifier | modifier le code] Les six tribus étaient liées entre elles par une constitution commune appelée Gayanashagowa ou « grande loi de l'Unité ». On les retrouve au sud du lac Champlain, le long de la rivière Hudson et au sud du lac Ontario. Iroquois Constitution. 1.

Iroquois Constitution

I am Dekanawidah and with the Five Nations' Confederate Lords I plant the Tree of Great Peace. I plant it in your territory, Adodarhoh, and the Onondaga Nation, in the territory of you who are Firekeepers. I name the tree the Tree of the Great Long Leaves. Under the shade of this Tree of the Great Peace we spread the soft white feathery down of the globe thistle as seats for you, Adodarhoh, and your cousin Lords. We place you upon those seats, spread soft with the feathery down of the globe thistle, there beneath the shade of the spreading branches of the Tree of Peace. 2.

If any man or any nation outside the Five Nations shall obey the laws of the Great Peace and make known their disposition to the Lords of the Confederacy, they may trace the Roots to the Tree and if their minds are clean and they are obedient and promise to obey the wishes of the Confederate Council, they shall be welcomed to take shelter beneath the Tree of the Long Leaves. Iroquois. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Iroquois

Drapeau de la Confédération Iroquoise Répartition des nations iroquoises, vers 1650. Les Iroquiens du Saint-Laurent. L'intérieur d'une maison longue À Saint-Anicet, dans le Haut-Saint-Laurent, serpente un petit cours d'eau : la rivière La Guerre.

Les Iroquiens du Saint-Laurent

En coulant vers le fleuve, ses eaux ont creusé un lit le long duquel, bien avant l'arrivée des Français, des Iroquoiens sont venus installer leurs villages vers la fin du l'époque du Sylvicole supérieur (de l'an 1000 à 1534 de notre ère). Les archéologues attribuent les restes matériels de ces villages à des populations qu'ils appellent les Iroquoiens du Saint-Laurent, pour désigner les groupes amérindiens de la famille linguistique et culturelle que rencontrera Jacques Cartier. Les recherches archéologiques récentes dans le Haut-Saint-Laurent ont révélé la présence de nombreux sites où l'on a érigé des maisons longues entre 1300 et 1534. Hurons-Wendat. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hurons-Wendat

Cet article a besoin d'un nouveau plan. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date) Les informations dans cet article sont mal organisées, redondantes, ou il existe des sections bien trop longues. Améliorez-le ou soumettez des propositions en page de discussion. Lors du premier contact franco-wendat au XVIIe siècle (1609), les Hurons étaient, d'après les premiers Européens entrant en contact avec eux, organisés en une confédération de cinq tribus ou peuplades distinctes : les Attignawantan, les Attignaenongnehac, les Arendaronon, les Tahontaenrat et les Ataronchronons.

Huronie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Huronie

Entités précédentes : Tribus huronnes La Huronie, la Confédération huronne ou la Confédération wendat désigne un territoire confédéré et occupé par les Amérindiens du peuple huron-wendat et qui se retrouve presque en entier sur la péninsule de Penetanguishene, une pointe de terre qui s'avance dans la baie Georgienne dans le comté de Simcoe, en Ontario. Ce territoire est l'endroit où ont lieu les premiers contacts entre Hurons et Français entre les années 1610 à 1650[1],[2]. Ce territoire s'étendait des rives méridionales de la baie Georgienne vers le sud jusqu'au lac Simcoe[1]. Origine du nom[modifier | modifier le code] Carte de la Huronie par François Du Creux et publié dans son ouvrage Historia Canadensis en 1660.

Économie des Iroquois. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Économie des Iroquois

Les Iroquois avaient développé une économie très différente du système occidental aujourd'hui dominant. Elle se caractérisait notamment par la propriété collective du sol, la division du travail selon le sexe et un mode d'échange fondé principalement sur l'économie de don. Dans cette société plutôt homogène, le flux de prisonniers issu des conflits endémiques avec les nations voisines entretenait un élément de différenciation. Constitution de la nation iroquoise. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Constitution de la nation iroquoise

Constitution de la nation iroquoise Répartition des nations iroquoises, vers 1650 Lire en ligne Texte en anglais La constitution de la nation iroquoise, ou Gayanashagowa (mot qui signifie « grande loi qui lie » ou « grande loi de l'Unité » ou « grande loi de paix ») est l'ancien code juridique des Iroquois rédigé en 1720 en anglais sous forme de 117 paragraphes qui comprennent une constitution et quelques rares dispositions de coutume. La Confédération iroquoise fut l'entité politique la plus puissante en Amérique du Nord pendant deux siècles avant Christophe Colomb, et pendant les deux siècles après. Origine[modifier | modifier le code] La Gayanashagowa codifie les fonctions du Grand Conseil des Iroquois et indique comment les cinq, puis six nations iroquoises doivent s'y prendre pour résoudre leurs différends, équilibrer leurs échanges et coexister pacifiquement.

Rédigée en 1720, elle est composée de 117 paragraphes. Catégorie:Iroquois. Algonquins. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Algonquins

Les Algonquins, ou Anishinabeg[1], sont un peuple autochtone algonquien et de langue algonquine, de la famille des langues algonquiennes. Neuf communautés sont situées au Québec et une en Ontario. Étymologie[modifier | modifier le code] Le terme Algonquin dérive du Malécite elakómkwik et signifie « Ce sont nos alliées / notre parenté »[2]. Répartition géographique[modifier | modifier le code] Culture[modifier | modifier le code] Traditionnellement, les Algonquins vivaient dans une habitation en écorce de bouleau appelée wikiwàn ou en bois mikiwàn, bien que les Algonquins vivent aujourd'hui dans des logements identiques à ceux des autres habitants du pays. Bien que leur culture fût principalement tournée vers la chasse et la pêche, certains Algonquins pratiquaient l'agriculture et cultivaient du maïs, des haricots et des courges, les « Trois Sœurs » de l'horticulture indigène.