background preloader

Histoire de l'Empire byzantin

Facebook Twitter

Siège de Constantinople (1203) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Siège de Constantinople (1203)

Quatrième croisade. Renaissance macédonienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Renaissance macédonienne

Durant cette période les lettrés se sont notablement tournés vers l’héritage classique pour assimiler ses thèmes dans la chrétienté en formation dans l’Église d’Orient. La résurgence des idéaux, concepts et formes d’art, de l’Antiquité classique durant la période accrédite l’emploi du terme « Renaissance »[2], quoique équivoque puisque le terme se réfère systématiquement à la période historique du XVe siècle en Europe[3]. Le terme de renaissance macédonienne fut employé pour la première fois par Kurt Weitzmann dans le livre The Joshua Roll; a work of the Macedonian Renaissance, études sur le manuscrit Illumination III (Princeton, 1948). Contexte historique[modifier | modifier le code] À l’avènement de Basile Ier, l’Empire sort d'une période difficile. La dynastie macédonienne est considérée comme une période assez stable sur le plan politique : les frontières est et ouest se consolident, notamment avec la prise de Bari en 876. Période iconoclaste de l'Empire byzantin.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Période iconoclaste de l'Empire byzantin

Liste des empereurs byzantins. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liste des empereurs byzantins

La liste des empereurs byzantins présente les empereurs de l'Empire byzantin (Empire romain d'Orient). À partir du règne d'Héraclius, les empereurs portent le titre de basileus. Appellation des empereurs[modifier | modifier le code] La question de l’appellation moderne des empereurs d’Orient a été compliquée à partir du XIXe siècle par la généralisation de l’appellation « byzantin » pour l’Empire romain d’orient, appellation apparue au XVIe siècle chez l’historien allemand Jérôme Wolf[1].

Histoire de l'Empire byzantin. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Histoire de l'Empire byzantin

L'Empire byzantin à son apogée territoriale sous Justinien en 550. Drapeau de l'Empire byzantin Généralités[modifier | modifier le code] Le caractère prédominant de l’histoire byzantine est l’exceptionnelle longévité de cet empire, pourtant confronté à d’innombrables défis tout au long de son existence, comme en témoigne le grand nombre de sièges que dut subir Constantinople, dont l’emplacement au carrefour entre l’Europe et l’Asie (côté terres) et entre le monde méditerranéen et le monde slave et nordique (côté mers) contribua grandement à la prospérité de l’Empire byzantin.

Cette richesse couplée à son très grand prestige firent de lui un empire respecté mais aussi très convoité. Guerres turco-byzantines. Guerres russo-byzantines. Guerres perso-byzantines. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guerres perso-byzantines

Les guerres entre les Perses et les Byzantins sont une série de conflits entre la dynastie perse des Sassanides et l'empire byzantin. Elles succèdent à une longue série d'affrontements régionaux entre le monde méditerranéen et le monde perse, une des plus longues de l'histoire. Guerres arabo-byzantines. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guerres arabo-byzantines

Feu grégeois, utilisé pour la première fois par la marine byzantine au cours des guerres entre Arabes et Byzantins. Conquête musulmane. Guerre civile de Byzance (1341-1347) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guerre civile de Byzance (1341-1347)

La guerre civile de Byzance (1341-1347) opposa lors du décès de l’empereur Andronic III les partisans du régent désigné, Jean VI Cantacuzène, aux tuteurs du jeune Jean V Paléologue, âgé de neuf ans, c’est-à-dire l’impératrice douairière Anne de Savoie, le patriarche de Constantinople Jean XIV Kalékas et le mega dux Alexis Apokaukos. Divisant la société byzantine selon les classes sociales, elle mit aux prises l’aristocratie qui appuyait Jean VI et les classes moyenne et populaire qui appuyaient la régence. Elle se déroula dans le contexte d’une querelle religieuse où les partisans de Cantacuzène étaient généralement partisans de la doctrine mystique de l’hésychasme.

À la mort d’Andronic III en juin 1341, ce fut son principal adjoint et ami personnel, Jean Cantacuzène, qui devint régent pour le jeune Jean V encore mineur. Jadis tout-puissant, l’empire byzantin traversait en 1341 une période difficile. L'empereur serbe Étienne Dushan. Empire latin de Constantinople. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Empire latin de Constantinople

Empire latin de ConstantinopleImperium Romaniae(la) Carte de l'Asie mineure et des Balkans en 1204 ; l'empire latin de Constantinople est indiqué en mauve, avec ses vassaux. L'Empire latin de Constantinople ou Empire latin d'Orient est un État fondé en avril 1204 sur le territoire de l'Empire byzantin à la suite de la quatrième croisade et la chute de Constantinople aux mains des croisés Latins.

Il se maintient jusqu'à la reconquête de la ville par l'Empereur Michel Paléologue, restaurateur de l'Empire byzantin, en 1261. Détournement de la croisade[modifier | modifier le code] En 1198, le pape Innocent III appelle à la croisade. En mars 1204, un traité conclu entre le doge de Venise Enrico Dandolo et les croisés, le Partitio terrarum imperii Romanie, décide par avance le partage de l’Empire byzantin. Empire de Trébizonde. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Empire de Trébizonde

Empire de Nicée. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Empire de NicéeΑυτοκρατορία της Νίκαιαςel Carte de l'Asie Mineure et des Balkans en 1204 ; l'Empire de Nicée est indiqué en bleu. Les États successeurs[modifier | modifier le code] Empire byzantin sous les Paléologues. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’empire byzantin, ainsi appelé depuis le XIXe siècle pour décrire l’empire romain d'Orient du Moyen Âge, fut gouverné par la dynastie des Paléologue de 1261 à 1453, c’est-à-dire depuis la reconquête de Constantinople jusque là aux mains des Latins par Michel VIII Paléologue jusqu’à la conquête finale par les Ottomans conduits par Mehmed II.

La dynastie des Paléologue devait régner plus longtemps qu’aucune autre sur l’empire et maintenir la loyauté de ses sujets en dépit du ressentiment populaire que provoqua l’union des Églises orientale et occidentale lors des conciles de Lyon et de Florence ensuite, ainsi que des déboires d’Andronic II et de Jean V[1]. Dès le début, cette dynastie dut faire face à des problèmes rendus insolubles par la décrépitude interne de l'Empire[2]. Dès 1263, les Turcs commencèrent leurs raids et s’emparèrent graduellement de tous les territoires byzantins d’Asie mineure. Empire byzantin sous les Comnènes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Après un net recul de ses frontières en Asie mineure et la perte de ses possessions en Italie dans la deuxième moitié du XIe siècle, l’Empire byzantin entreprit sous les Comnènes une période de redressement continu bien qu’incomplet. Cinq empereurs (Alexis Ier, Jean II, Manuel Ier, Alexis II et Andronic Ier) tentèrent pendant 104 ans et par divers moyens de tenir tête aux noblesses terrienne et militaire, soit en favorisant des membres de leur propre famille (Alexis Ier), soit en faisant appel à des conseillers de l’extérieur (Jean II), soit en privilégiant l’une d’elle (Manuel Ier), soit en persécutant l’une et l’autre (Andronic).

La réforme du système monétaire conduite par Alexis Ier permit de relancer la vie économique et commerciale, mais cette dernière fut contrariée par l’ascendant de plus en plus considérable que prirent les marchands vénitiens d’abord, génois et pisans ensuite, établis à Constantinople. Pape Adrien IV (1154-1159). Empire byzantin sous les Anges. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Renversé par un coup d’État, Isaac II fut remplacé par Alexis III qui se révéla encore plus inapte à diriger l’empire, laissant la direction des affaires de l’État à son épouse pendant qu’à l’extérieur, les Turcs continuaient leur progression en Asie Mineure, que la Bulgarie et la Serbie voyaient leur indépendance reconnue et que se préparait la quatrième croisade.

Dirigée en théorie par Boniface de Montferrat, mais en réalité par le doge de Venise, Enrico Dandolo, la croisade s’empara de Zara (actuellement Zadar, en Croatie) avant de se diriger vers Constantinople pour rétablir le souverain légitime, Isaac II, sur le trône en compagnie de son fils, Alexis IV. Incapables de rembourser les dettes contractées envers les croisés, les deux empereurs furent renversés par Alexis V Doukas. Anxieux de poursuivre leur route vers Jérusalem, les croisés livrèrent l’assaut final contre Constantinople le 12 avril 1204.

Anonyme. Michael Angold. Dynastie macédonienne. Despotat de Morée. Déposition des empereurs byzantins. Chute de Constantinople. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le siège qui commence au début du mois d’avril 1453 intervient alors que la situation de Constantinople s’est considérablement dégradée lors des siècles précédents. Chronologie de l'Empire romain d'Orient. Catégorie:Général byzantin. Catégorie:Bataille impliquant l'Empire byzantin. Armée byzantine.