background preloader

Habillement

Facebook Twitter

Toge. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Toge

Pour draper la toge, on plaçait environ un tiers de l'étoffe sur l'épaule gauche, puis on ramenait le reste sur le bras droit, après l'avoir replié d'un tiers par un large pli, on tendait l'étoffe en contournant la poitrine et on rejetait l'excédent sur l'épaule droite. Ainsi disposée, la draperie formait sous le bras droit un pli en demi-cercle, le sinus. La toge (du latin toga) est le vêtement de dessus, de laine épaisse, porté par les citoyens de la Rome antique. Vêtement essentiellement masculin, elle se porte au-dessus d'une tunique à manches courtes. Elle couvre le bras gauche et laisse le bras droit dégagé. Origine[modifier | modifier le code] La toge est un vêtement de mode étrusque, descendant de l'himation grecque.

Types de toge[modifier | modifier le code] Il y a plusieurs sortes de toges[3] : Toge prétexte (toga praetexta) Toge virile (toga virilis) Toge généralement de couleur blanc naturel écru (albus)[2]. Costume de la Rome antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Costume de la Rome antique

Drapé de la toge : bras droit libre, bras gauche couvert Matières premières[modifier | modifier le code] Les Romains ont utilisé plusieurs types de fibres différents. La laine était probablement la plus utilisée, car elle était facilement disponible et relativement facile à préparer. Le lin et le chanvre étaient également utilisés pour créer les tissus, même si leur préparation est plus compliquée que celle de la laine. Ces fibres, de natures différentes, devaient être préparées de différentes manières. La fibre la plus utilisée, la laine, a sûrement été le premier type de fibre tournée[3].

La soie et le coton étaient importés de Chine et d'Inde, respectivement. Les découvertes archéologiques montrent des vases grecs dépeignant l'art du tissage. Les tissus employés étaient les mêmes qu'en Grèce, mais les techniques de tissages s'étaient améliorées et les étoffes de lin et de laine étaient d'une plus grande finesse. On dénombre : Toge prétexte. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Toge prétexte

Elle était portée également par les Étrusques[1]. Jeune garçon en toge prétexteConsulaire en toge prétexte Articles connexes[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Fibule. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fibule

La fibule (du latin fibula signifiant attache) est une agrafe, généralement en métal, qui sert à fixer les extrémités d'un vêtement. Elle est généralement considérée comme l'ancêtre de l'épingle de sûreté. Les premières fibules apparaissent au Bronze final. La fibule de Nordendorf (VIIe siècle ap. J. Fibule trouvée à Braganza (250-200 ap. Fibule romaine dite « en Oméga », construite sur le principe de la boucle de ceinture Présentation[modifier | modifier le code] Les fouilles archéologiques ont permis de retrouver de nombreuses fibules en métal (bronze, argent, or, fer) ou ivoire, dont certaines incrustées de pierres précieuses ou richement ornementées.

Aujourd'hui, les fibules aident les archéologues à dater les couches stratigraphiques qu'ils fouillent. Stola. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stola

À gauche, femme portant stola et palla (Pompéi, Villa des Mystères). La stola était le vêtement traditionnel des femmes mariées de la Rome antique. Durant les premiers siècles de la République, la stola comme les autres vêtements était le produit d’un artisanat domestique, et était en laine écrue. Par la suite, les coloris de la stola varièrent, comme en témoigne Ovide à l’époque d’Auguste : « Que dirai-je des vêtements ? Que m’importent ces riches bordures ou ces tissus de laine deux fois trempés dans la pourpre de Tyr ? ↑ Ovide, L’Art d’aimer, livre III.↑ Tacite, Dialogues des orateurs, 26. Trabea. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Trabea

Une trabée (en latin trabea) est une toge pourpre ou composée de bandes de couleurs pour les cérémonies d'apparat de la Rome antique. Usage[modifier | modifier le code] Elle était en usage chez les Étrusques[1], et était primitivement un insigne royal sous la monarchie romaine. Après l'expulsion des rois, elle fut réservée : Dans le théâtre latin ce costume caractérise l'ordre des chevaliers : il y a d'ailleurs des comédies trabeata.

Forme[modifier | modifier le code] La trabée, comme l'indique son étymologie (trabs), était ornée de bandes. Celle qui était consacrée aux dieux, entièrement en pourpre (on remarquera qu'il n'est pas question ici de trabes) ;celle des rois, en pourpre, avec une partie blanche (album aliquid) ;celle des augures, en pourpre et safran (ou écarlate). Notes et références[modifier | modifier le code]