background preloader

Forteresses des Croisés

Facebook Twitter

RMN - Grand PalaisLe site du Krak des chevaliers. Le « Krak » ou forteresse des chevaliers est sans doute l’exemple le plus significatif de l’architecture militaire au Proche-Orient pour la période des Croisades.

RMN - Grand PalaisLe site du Krak des chevaliers

Ce château fort, l’un des mieux conservés de cette période, domine le paysage environnant, juché sur la montagne du Djébel Ansariyeh dans le prolongement septentrional du Mont Liban, à l'ouest de l'actuelle Syrie. La forteresse aujourd’hui visible fut construite par les Chevaliers Hospitaliers qui l’occupèrent entre 1142 et 1271. Elle témoigne ainsi de cette présence franque durant les États latins d’Orient. Les Mamelouks, dynastie arabe qui mit fin définitivement à cette présence latine, réinvestit ensuite le château pour le transformer légèrement en château de résidence, avec un hammam et un aqueduc. Qal'at Salah El-Din. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Qal'at Salah El-Din

Pour les articles homonymes, voir El-Din. Qal`at Salah El-Din (Qal`at Salah al-Din al-'Ayyûbî, en arabe : qalʾa ṣalāḥ al-dīn al-ʾayyūbī, قلعة صلاح الدين الأيوبي, « forteresse de Saladin l'Ayyoubide »), aussi connu sous le nom du château de Saône (de l'arabe : qalʾa ṣahyūn, قلعة صهيون, altéré en Saône, Sahone, Sehunna, « château de Saône »), est une forteresse de Syrie. Elle est inscrite conjointement avec le Krak des Chevaliers depuis 2006 au liste du patrimoine mondial[1]. Histoire[modifier | modifier le code] La citadelle est très ancienne, la première construction date peut-être du début du Ier millénaire av. Les croisés en prennent possession au début du XIIe siècle[2]. La forteresse de Sadr, une lecture géo-historique au temps des croisés. 1Au coeur du désert du Sinaï, la forteresse de Sadr, appelée aujourd'hui Qal-at al-Gindi, constitue le témoignage archéologique le plus authentique laissé au Proche-Orient par le célèbre souverain kurde Saladin (1174-1193).

La forteresse de Sadr, une lecture géo-historique au temps des croisés

Cet édifice construit dans le contexte des croisades est en effet un des rares exemples de l'architecture militaire musulmane des XIIe-XIIIe siècles préservé dans son état d'origine (Figure 0). La plupart des monuments de ce type, que l'on trouve notamment en Syrie, ont été occupés sur une longue période, ont été maintes fois remaniés et sont bien souvent passés des mains des croisés à celles des musulmans sans que l'on sache vraiment la date et l'ampleur des remaniements que l'on doit attribuer à chacun des deux partis. L'intérêt de la forteresse de Sadr tient précisément au fait qu'elle ne soit jamais passée aux mains des croisés bien qu'elle fût une fois assiégée en 1177. Figure 0. Château de Tortose. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Tortose

Le château de Tortose se situe au bord de la mer Méditerranée en Syrie. Il était l'une des importantes forteresses du comté de Tripoli. Histoire[modifier | modifier le code] Durant la première croisade, les croisés firent le siège de Tortose (en 1099) qu'ils remportèrent en peu de temps. Mais continuant leur chemin sur Jérusalem, ils ne laissèrent pas assez de protection et le château fut repris par les troupes musulmanes. C'est Raymond IV de Toulouse, comte de Tripoli, qui reconquiert la ville et le château en février 1102 après deux semaines de siège. Selon Marion Melville, Il fut donné à la garde des chevaliers du Temple vers 1165[1]. Il fut plusieurs fois assiégé dont une, en juin 1180, par la mer, mais sans effet car il résista. Le 17 juin 1242, Roncelin de Fos est le maître de la maison templière de Tortose.

Chastel Blanc. Château Pèlerin. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château Pèlerin

Forteresse de Belvoir. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Forteresse de Belvoir

La forteresse de Belvoir est une fortification hospitalière des croisades de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Elle se trouve dans le royaume de Jérusalem actuellement Israël. Histoire[modifier | modifier le code] La forteresse de Belvoir est construite au milieu du XIIe siècle par le seigneur Ive Velos, vassal du comte de Tabarie, qui va la céder en 1168 aux Hospitaliers du grand maître Gilbert d'Aissailly pour 1 400 besants[3]. Forteresse de Gibelacar. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Forteresse de Gibelacar

Pour l’article homonyme, voir Akkar. La forteresse de Gibelacar (ʿAkkār al-ʿAtīqā عكار العتيقا ʿAkkār la libre) ou (Qalaʿa ʿAkkār قلعة عكار, citadelle d’ʿAkkār) est le nom donné à une forteresse par les croisés, contraction de Jabal ʿAkkār (ﺧﺒﻞ عكار, mont ʿAkkār’') Chastel Rouge. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chastel Rouge

Chastel Rouge, ou Qal`at Yahmour (en arabe : qalʿa yaḥmur, قلعة يحمر, Château de Yahmour ou : qaṣr al-ʾaḥmar, القصر الأحمر, la forteresse rouge) est une petite forteresse croisée au nord-ouest de la Syrie qui appartenait au Comté de Tripoli. Elle est également identifiée au Castrum Rubrum des textes latins. Elle se situe dans le village de Yahmour, à une douzaine de kilomètres de Tartous et à une dizaine de Safita, qui abritent toutes deux des places fortes templières, Tortose et Chastel Blanc. Histoire[modifier | modifier le code] Peu d’informations certaines sont disponibles sur la prise du lieu et son développement par les croisés. Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din. Crac des Chevaliers and Qal’at Salah El-Din These two castles represent the most significant examples illustrating the exchange of influences and documenting the evolution of fortified architecture in the Near East during the time of the Crusades (11th - 13th centuries).

Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din

The Crac des Chevaliers was built by the Hospitaller Order of Saint John of Jerusalem from 1142 to 1271. With further construction by the Mamluks in the late 13th century, it ranks among the best-preserved examples of the Crusader castles. The Qal’at Salah El-Din (Fortress of Saladin), even though partly in ruins, represents an outstanding example of this type of fortification, both in terms of the quality of construction and the survival of historical stratigraphy. It retains features from its Byzantine beginnings in the 10th century, the Frankish transformations in the late 12th century and fortifications added by the Ayyubid dynasty (late 12th to mid-13th century). Forteresses hospitalières d'Orient. Fortifications des croisades. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fortifications des croisades

Les fortifications des croisades sont les places fortifiés médiévales du Proche-Orient ayant pris part à l'histoire des croisades. Généralités[modifier | modifier le code] Les citadelles franques furent en général des agrandissements ou des améliorations d'anciens sites stratégiques[1] connus pour la plupart dès l'Antiquité. Certaines se dressent sur des vestiges phéniciens, d'autres sur des ruines romaines ou byzantines[2]. Il existe assez peu de seigneurs, petits ou grands, qui édifièrent des forteresses[1]. Krak des Chevaliers. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Le Krak des Chevaliers, ou Krak de l'Hospital — le terme « krak » dérive du syriaque karak signifiant « forteresse » —, Qal`at al-Hosn[1] (La forteresse imprenable) ou Hisn al-Akrād[2] (forteresse des Kurdes) est un château fort datant de l'époque des croisades.

Il est situé dans l'ouest de la Syrie, sur les derniers contreforts du jabal Ansariya. Kokhav ha Yarden. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode. Le site se trouve sur un sommet à une hauteur de 312 m au-dessus du niveau de la mer et à 550 m par rapport à la vallée du Jourdain qui s’étend à ses pieds par l’est. Catégorie:Fortification des croisades. Forteresse de Margat. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] Un premier château a été construit à 1062 par un seigneur musulman local. Les musulmans contrôlent la forteresse pendant la première croisade malgré l’existence de la principauté d'Antioche.

En 1104, les Byzantins prennent le Margat. En 1188, elle est vendue aux Hospitaliers qui en font leur quartier général en Syrie. En 1203 et jusqu’en 1205, les Hospitaliers lancent plusieurs expéditions contre Hama et Homs. Au début du XIIIe siècle, Margat est à l'apogée de sa puissance militaire. En 1269 et 1270, Margat repousse les assauts de Baybars. En avril 1285, presque un siècle après la tentative de Saladin, le sultan Mamelouk bahrite d’Égypte Qala'ûn prend la forteresse après un travail de sape qui a fait s’effondrer une partie des remparts.