background preloader

Economie de la Grèce antique

Facebook Twitter

À la recherche du cuir disparu. La « Collection du Centre Jean Bérard » vient d’être complétée par un travail sur un matériau omniprésent dans l’antiquité grecque, mais qui a disparu dans les sources archéologiques : le cuir.

À la recherche du cuir disparu

Sous-titré Tentative d’une ‘archéologie du disparu’ appliquée au cuir, l’ouvrage de Benoit Dercy comble une lacune. Compte rendu par Christophe Hugot, responsable de la Bibliothèque des sciences de l’Antiquité de l’université Lille 3. « Ce n’est pas le moindre des paradoxes que de constater qu’un matériau si quotidien et omniprésent dans l’Antiquité grecque n’a laissé que peu de traces, non seulement dans les sources, mais aussi, conséquemment, dans la littérature scientifique contemporaine ». À la différence des mondes égyptien, romain et gallo-romain, le monde grec n’a laissé aucune trace matérielle du cuir. L’introduction de l’ouvrage, issu d’un Master 2, replace celui-ci dans le contexte des études sur l’artisanat et l’approche qu’il utilise pour mener à bien son enquête.

Une approche spatiale et topographique de l’artisanat grec antique. Maître de conférences en archéologie grecque à l’université Lille 3, Giorgos M.

Une approche spatiale et topographique de l’artisanat grec antique

Sanidas a publié un ouvrage aux éditions du CTHS intitulé : La production artisanale en Grèce : une approche spatiale et topographique à partir des exemples de l’Attique et du Péloponnèse du VIIe au Ier siècle avant J. Enquête archéologique sur les pratiques religieuses du monde artisanal grec antique. Anne-Catherine Gillis a soutenu à l’université Lille 3 une thèse portant sur les pratiques religieuses du monde artisanal grec antique, de l’époque archaïque à l’époque hellénistique.

Enquête archéologique sur les pratiques religieuses du monde artisanal grec antique

Un sujet rarement abordé, tant la figure de l’artisan semble échapper à l’historien. Anne-Catherine Gillis a soutenu en décembre 2013 une thèse de doctorat intitulée « Athéna, étends ta main au-dessus du four » : enquête archéologique sur les pratiques religieuses du monde artisanal grec antique. Réalisée sous la direction d’Arthur Muller, Professeur d’archéologie grecque à l’université Lille 3, cette thèse a obtenu les félicitations d’un jury composé de Francine Blondé, Philippe Borgeaud, Roland Étienne, Sandrine Huber, Arthur Muller et Susan Rotroff. Anne-Catherine Gillis : Effectivement, ce ne sont plus les aspects techniques de la production artisanale qui sont examinés, mais ses conditions symboliques, psychologiques et sociales.

Christophe Hugot : Sur quoi porte votre enquête archéologique ? Économie de la Grèce antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Économie de la Grèce antique

L’économie de la Grèce antique se caractérise par une forte prégnance de l’agriculture, base de l’économie et de la société, d’autant plus importante que les sols grecs sont peu fertiles. Agriculture en Grèce antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Agriculture en Grèce antique

L’agriculture est le fondement de la vie économique en Grèce antique. Par la mise en valeur intensive d'un terroir restreint, malgré un outillage et une terre généralement de qualité médiocre imposant le recours à l'assolement biennal, elle a permis d'assurer la subsistance d'une population importante, notamment à l'époque classique, en s'orientant essentiellement vers la production végétale.

Cependant, si la « triade méditerranéenne[Note 1] » céréales-olivier-vigne y tient une place prépondérante, la production agricole est plus variée, grâce notamment à la culture de légumes et de légumineuses, ainsi qu'à l'élevage ovicaprin. L'agriculture tient une place prépondérante dans le circuit économique grec : elle occupe près de 80 % de la population (notamment servile) et contribue dans les mêmes proportions à la richesse produite[1]. Les produits de la terre[modifier | modifier le code] Contraintes du milieu[modifier | modifier le code] Artisanat en Grèce antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Artisanat en Grèce antique

Atelier de potier, plaque corinthienne de 575-550 av. J. -C, musée du Louvre L'artisanat est en Grèce antique une activité économique importante mais largement dévalorisée, notamment parce qu'elle était censée être indigne d'un homme véritablement libre. Cependant, si les métèques et les esclaves étaient alors sans doute majoritaires parmi les artisans, on trouvait également nombre de citoyens dans les ateliers, notamment à Athènes, dont certains jouèrent un rôle économique et politique important du fait de leur richesse.

Monnaie grecque antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Monnaie grecque antique

Tétradrachme d'argent frappé par Athènes, vers 450 av. J. -C., revers : chouette à droite et tête de face, rameau d'olivier et croissant de lune, inscription ΑΘΕ. Les monnaies grecques antiques sont un témoignage à la fois abondant et varié de la civilisation grecque. Apparue en Asie mineure à la fin du VIIe siècle av. Techniques de fabrication[modifier | modifier le code] Fabrication des flans[modifier | modifier le code] Une fois le flan formé, il convient de le peser. Les coins[modifier | modifier le code] Mines du Laurion. Esclavage en Grèce antique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Esclavage en Grèce antique

Jeune esclave présentant une boîte à bijoux à sa maîtresse assise, stèle funéraire, vers 430-410 av. J. -C., British Museum L’esclavage a été une composante essentielle du développement du monde grec antique pendant toute son histoire. Il est considéré par les Anciens non seulement comme indispensable, mais encore comme naturel : même les stoïciens ou les premiers chrétiens ne le remettront pas en cause.

L'étude de l'esclavage en Grèce antique pose des problèmes méthodologiques non négligeables. Terminologie[modifier | modifier le code] Le grec ancien possède un grand nombre de mots pour désigner l’esclave, dont beaucoup demandent un contexte pour éviter toute ambiguïté. Les autres termes utilisés sont beaucoup moins précis et nécessitent un contexte : Origines[modifier | modifier le code] La présence d'esclaves (do-e-ro) est attestée dans la civilisation mycénienne.

Rôle économique[modifier | modifier le code] Navigation dans l'Antiquité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Navigation dans l'Antiquité

La navigation dans l'Antiquité marque la première grande étape dans la conquête de l’espace maritime. Certaines îles de la Méditerranée ont été fréquentées par des chasseurs-cueilleurs peut-être dès le XIIe millénaire. À partir du Néolithique, la navigation s’intensifie et la Méditerranée devient très vite un trait d’union entre ses rivages, un moyen de communication par excellence. On a longtemps cru, en particulier à la suite de Richard Lefebvre des Noëttes, que les marins de l’Antiquité étaient incapables de se diriger en haute mer et que leurs navires, équipés d’avirons latéraux de gouverne et de voiles carrées, n’étaient que de piètres embarcations, au tonnage médiocre, incapables de s’éloigner des côtes ; grâce à des études nombreuses et aux acquis récents de l’archéologie sous-marine, les chercheurs se sont aujourd’hui dégagés de ces idées fausses et préconçues.

[modifier | modifier le code]