background preloader

Dürer

Facebook Twitter

« … aux Pays-Bas, chez les grands artistes » : nouveaux regards sur Dürer et son temps. Cet ouvrage est le fruit d’un projet de recherche amorcé par Suckale en 1983 avec l’Otto-Friedrich Universität Bamberg et la Technische Universität de Berlin, aux côtés de nombreux contributeurs, dont la participation est reconnue dans la postface et, de manière indirecte, dans les notes de bas de page, voir Suckale, 2009, II, p. 8 et rem. 1510.

« … aux Pays-Bas, chez les grands artistes » : nouveaux regards sur Dürer et son temps

Voir Thomas Schauerte, « Erst die Schrift – dann das Bild? Kunstgeschichte zwischen Humanismus und Theologie in der neueren ‘Altdeutschen’-Literatur », dans Kunstchronik, 59, 2006, p. 374-387. Kurt Löcher place la datation vers 1490-1495 : voir Nürnberg 1300-1550: Kunst der Gotik und Renaissance, Gerhard Bott, Philippe de Montebello éd., (cat. expo., Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum/New York, Metropolitan Museum of Art, 1986), Munich, 1986, n° 38 (voir également la reproduction en couleur). Saint Jérôme dans sa cellule. Albrecht Dürer est l’un des plus célèbres artistes de la Renaissance allemande.

Saint Jérôme dans sa cellule

Il étudie le métier d’orfèvre auprès de son père, à Nuremberg, mais décide d’abandonner cette voie pour apprendre la peinture. Pour achever sa formation, Dürer se rend en Italie et aux Pays-Bas. Il s’installe par la suite à Nuremberg, mais continue à voyager régulièrement à l’étranger. Maître reconnu dans l’art de peindre, Dürer ne tarde pas à se faire aussi un nom comme graveur. Encore nouveau à la fin du XVe siècle, l’art de l’estampe acquiert avec lui ses lettres de noblesse.

Catégorie:Gravure d'Albrecht Dürer. Albrecht Dürer (1471–1528) National Gallery, London. Grande Passion. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grande Passion

Frontispice de la Grande Passion. Histoire[modifier | modifier le code] Description et style[modifier | modifier le code] Le Christ portant la Croix. Les douze planches[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] (it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Grande Passione » (voir la liste des auteurs). Voir aussi[modifier | modifier le code] L'Apocalypse (Dürer) Les Quatre Apôtres. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Quatre Apôtres

Les Quatre Apôtres, peint en 1526, est la dernière peinture de l'artiste allemand Albrecht Dürer. Il s'agit d'un diptyque de grands panneaux représentant Pierre, Jean, Paul et Marc. Destinée au conseil municipal de Nuremberg, la ville de Dürer, l'œuvre se trouve aujourd'hui à l'Alte Pinakothek de Munich. Titre[modifier | modifier le code] Les quatre apôtres[modifier | modifier le code] Les quatre tempéraments[modifier | modifier le code] Johan Neudörffer, auteur des inscriptions calligraphiées et premier biographe de Dürer sur le tableau, a écrit : « on peut y reconnaître un sanguin, un colérique et un flegmatique et un mélancolique »[2]. Portrait de Jakob Muffel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portrait de Jakob Muffel

Histoire[modifier | modifier le code] Dürer a peint ce tableau à Nuremberg la même année que le Portrait de Hieronymus Holzschuher et celui de Johann Kleberger. À l'instar de Holzschuher, Jakob Muffel (1471-1526) était un ami de Dürer et de Willibald Pirckheimer, et il appartenait comme lui aux patriciens de la ville[1]. Il en était le bourgmestre à l'époque où Dürer a fait don de ses Quatre Apôtres à la cité. Portrait de Hieronymus Holzschuher. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portrait de Hieronymus Holzschuher

Portrait de Hieronymus Holzschuher Hieronymus Holzschuher (1469 - 5 mai 1529) était un notable de Nuremberg, sénateur de la ville, marié à la fille de Hieronymus Münzer, Dorothea. Dürer a peint ce tableau à Nuremberg la même année que le Portrait de Jakob Muffel et celui de Johann Kleberger. Les dimensions sont analogues à celles du portrait de Muffel, ce qui laisse supposer que les deux œuvres ont peut-être été exécutées pour être exposées ensemble lors d'une cérémonie officielle dans la cité[1]. Ce portrait est resté dans la famille Holzschuher jusqu'en 1884. Martyre des dix mille chrétiens (Dürer) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Martyre des dix mille chrétiens (Dürer)

Adam et Ève (Dürer, 1507) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Adam et Ève (Dürer, 1507)

Adam et Ève est un tableau en deux parties (mais pas un diptyque) d'Albrecht Dürer réalisé en 1507. Adam et Ève sont représentés frontalement, grandeur nature; l'arrière plan est noir, le sol est brun, empierré. Leurs parties génitales sont recouvertes par des petites branches. À droite, à côté d'Ève, le serpent s'enroule autour d'une branche d'arbre et lui offre le fruit défendu. Une date et un monogramme sont peints sur un panneau à gauche d' Ève, au-dessous de son pubis. Le serpent offre la pomme à ÈveTableau avec signature et dateMonogramme aux pieds d'Adam En 1504 Dürer avait réalisé un gravure sur le même thème, avec toutefois une forêt et un paysage de montagne en arrière plan ainsi que des animaux comme une souris, des chats, un lièvre, des bœufs, un orignal, un perroquet et des chamois[2]. Copie au Musée du Land à Mayence. La Vierge de la fête du rosaire.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Vierge de la fête du rosaire

La Vierge de la fête du rosaire La Vierge de la fête du rosaire ou Célébration du Rosaire est une peinture d'Albrecht Dürer, datant de 1506, aujourd'hui exposée à la Galerie nationale à Prague dont c'est l'un des chefs d'œuvre les plus précieux. Création[modifier | modifier le code] En 1506, Albrecht Dürer se trouve pour la seconde fois à Venise où il réside depuis un an et où il restera encore une année. Lors de son arrivée il n’est plus considéré comme un artiste médiocre mais plutôt comme un grand maître dans l’art de la peinture. L'Adoration des mages (Dürer) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Adoration des mages (Dürer)

L'Adoration des mages est un tableau d'Albrecht Dürer réalisé en 1504. Malgré des similitudes dans l'arrière-plan, Dürer n'a très probablement jamais vu le tableau homonyme de Léonard de Vinci. Dürer s'est représenté lui-même dans le personnage du roi au centre, vêtu en vert avec des cheveux bouclés jusqu'aux épaules, la coiffure habituelle de Dürer. Retable Jabach. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Retable Jabach Le retable Jabach est un triptyque peint par Albrecht Dürer vers 1504. Il tire son nom du plus connu de ses propriétaires successifs, Everhard Jabach, originaire de Cologne, qui fut entre autres marchand, banquier à Paris et directeur de la Compagnie des Indes — mais aussi grand collectionneur d'art.

Autoportrait (Dürer, Munich) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet autoportrait est le plus remarquable en raison de sa ressemblance avec de nombreuses représentations antérieures du Christ. Les historiens d'art notent les similitudes avec les conventions de la peinture religieuse, dont la symétrie, les tons sombres et la manière dont l'artiste confronte directement le spectateur et lève les mains au milieu de sa poitrine, comme dans l'acte de bénédiction.

Dans son immédiateté et la confrontation apparente avec le spectateur, l'autoportrait est différent de tout ce qui s'est fait auparavant. Il est en mi-longueur, frontal et très symétrique; l'absence d'un fond classique présente apparemment Dürer sans tenir compte du temps ou du lieu. Le placement des inscriptions dans les parties sombres de chaque côté de Dürer les présente comme flottant dans l'espace, soulignant que le portrait a une signification hautement symbolique.

Portrait d'Oswald Krell. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Portrait d'Oswald Krell (ou Oswolt Krel[1]) est une huile sur panneau de tilleul (50x39 cm) réalisée par Albrecht Dürer, datée de 1499 et conservée à l'Alte Pinakothek de Munich. L'œuvre est un triptyque composé du tableau central encadré de deux panneaux latéraux représentant deux « hommes sauvages » portant les blasons d'Oswald et Agathe Krell et mesurant 49x16 cm chacun. Histoire[modifier | modifier le code] Oswald Krell (1460-1534) a résidé de 1495 à 1503 à Nuremberg, où il représentait une importante société commerciale de Ravensburg.

Postérité[modifier | modifier le code] En 1969, Fernando Botero a dessiné son interprétation personnelle du portrait[2]. Déploration du Christ (Dürer) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Déploration du Christ est le titre de deux peintures et de plusieurs gravures sur bois du peintre allemand de la Renaissance Albrecht Dürer. Dans le cycle de la Passion, la descente de la croix est suivie d’une période de deuil appelée la Déploration du Christ (ou la Lamentation du Christ). Cette gravure sur bois sur papier vergé[1] a été réalisée vers 1498, et conservée sous le no d'inventaire 2924. Dürer situe la scène juste avant l’ouverture du Saint-Sépulcre, à droite. Les personnages sont en pyramide autour du corps du Christ. Autoportrait aux gants. Portrait de l'artiste tenant un chardon. Le Lièvre. Melencolia de Dürer. Grande Touffe d'herbes.

Rhinocéros de Dürer. Agnes Dürer. Albrecht Dürer l'Ancien. Dürer et la météorite d'Ensisheim. Le Chevalier, la Mort et le Diable. Mains en prière. Madone des animaux. Autoportrait nu (Dürer) Autoportrait à l'âge de treize ans. Tête de morse. Le Voyage aux Pays-Bas. Œuvre gouaché et aquarellé d'Albrecht Dürer. Albrecht Dürer. Albrecht Durer - The complete works.