background preloader

Conquête de l'Ouest

Facebook Twitter

La Frontière. Homestead Act. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Homestead Act

Le Homestead Act (littéralement « Loi de propriété fermière ») est une loi des États-Unis d’Amérique, signée par le président Abraham Lincoln le . Elle permet à chaque famille pouvant justifier qu'elle occupe un terrain depuis 5 ans d'en revendiquer la propriété privée, et ce dans la limite de 160 acres (soit 65 hectares). Si la famille y vit depuis au moins 6 mois, elle peut aussi sans attendre acheter le terrain à un prix relativement faible de 1,25 dollar par acre (soit 308 dollars pour 1 km2, c'est-à-dire 100 hectares). Cette loi a joué un rôle éminent dans la conquête de l'Ouest américain et a participé au mythe de la Frontier. Elle a par ailleurs encouragé des millions d'Européens à émigrer vers les États-Unis et a contribué à l'importance de la notion de propriété privée dans la mentalité américaine[réf. nécessaire]. Territoire indien. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Territoire indien

Le Territoire indien, ou les Territoires indiens (en anglais: Indian Territory ou Indian Territories), également connu sous l'appellation de Pays indien, est un ensemble de terres octroyées aux Amérindiens par le gouvernement des États-Unis au XIXe siècle. Ses limites sont définies par l’Indian Intercourse Act de 1834. Il trouve ses origines dans la Proclamation Royale de 1763 qui confine les colonies britanniques d'Amérique du Nord à l'est des Appalaches. Ce territoire fut sans cesse rogné par la colonisation blanche.

À la suite du traité de Greenville, les États-Unis s'agrandissent sur les états actuels de l'Indiana, de l'Illinois et du Michigan. La vie dans le Territoire indien[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, page 159↑ Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, page 163. Ruée vers l'or en Californie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. « Un nouveau superbe clipper partant pour San Francisco », publicité pour le voyage vers la Californie publiée à New York dans les années 1850.

Ruée vers l'or en Californie

Ces pionniers, appelés par la suite « forty-niners » (expression que l'on pourrait traduire par « quarante-neuvards »), arrivaient par bateau ou par voie terrestre à bord de chariots, de tout le continent, au prix d'un voyage bien souvent difficile. Guerres indiennes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guerres indiennes

La lutte entre les Amérindiens et la cavalerie américaine Les guerres indiennes sont l'ensemble des guerres opposant les colons européens puis le gouvernement des États-Unis aux peuples Nord-Amérindiens, de 1778 à 1890. Bien qu'aucune guerre ne fût officiellement déclarée par le Congrès des États-Unis, l'armée américaine fut constamment en guerre contre ces peuples à partir de 1778. Elles se sont prolongées au XIXe siècle par des violences et de nombreux massacres de la part des deux camps. L'historien américain Howard Zinn rappelle que « les gouvernements américains [ont] signé plus de quatre cents traités avec les Amérindiens et les [ont] tous violés, sans exception »[2].

L'ensemble des combats et massacres livrés entre les États-Unis et les Indiens fait 19 000 victimes chez les blancs et environ 30 000 du côté des Indiens, hommes, femmes et enfants[1]. Déportation des Amérindiens. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Déportation des Amérindiens

La déportation des Amérindiens appelée également « Déplacement des Amérindiens » fut une décision du gouvernement des États-Unis dans la première moitié du XIXe siècle. Trajets des déportations des populations amérindiennes. Cette politique gouvernementale connue sous le nom de l'Indian Removal Act (« Acte de déplacement des Amérindiens »), fut une loi des États-Unis datant du et proposée par Andrew Jackson. Cette loi répressive ordonna la déportation des Amérindiens vivant dans les territoires compris entre les treize États fondateurs et le fleuve Mississippi, vers un territoire situé à l'Ouest de ce fleuve.

Ce déplacement forcé concerna 60 000 Amérindiens. Depuis la présidence de Thomas Jefferson, la politique américaine fut d'autoriser les Amérindiens à demeurer à l'est du Mississippi, dans la mesure où ils étaient assimilés ou « civilisés ». Conquête de l'Ouest. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Conquête de l'Ouest

Paul Kane, Camping on the Prairie, huile sur papier imprimée en 1846. La scène montre Paul Kane (1810-1871) accompagné de son guide dans les Grandes Plaines du Dakota. American Progress. Représentation de la conquête de l'Ouest américain en 1872 par John Gast. Chronologie de la Conquête de l'Ouest. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chronologie de la Conquête de l'Ouest

La chronologie de la Conquête de l'Ouest des États-Unis fait ressortir une intense activité pendant les trois-premiers quarts du XIXe siècle, la colonisation étant menée successivement sur tous les fronts. Chronologie[modifier | modifier le code] : premier acte d'indépendance du Mexique l’esclavage dans les territoires situés au nord.

Articles connexes[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]