background preloader

Commerce des esclave, traites négrières

Facebook Twitter

Traite arabe. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Traite arabe

La traite arabe, sous-ensemble principal de la traite orientale, désigne le commerce des êtres humains du VIIIe au XXe siècle sur un territoire qui déborde largement l'aire arabe. Les royaumes africains ont activement participé à ces entreprises, à des degrés divers (certains émirats du Sahel, comme Kanem-Bornou, l'Ouaddaï ou le Mahdiyah vivaient principalement de la traite orientale[1]). L'un des plus grands centres de concentration et de vente d'esclaves[2], Tombouctou, accessible aux seuls musulmans, se situait hors de l'aire politique arabe proprement dite, mais non de sa zone d'influence culturelle. D'un point de vue occidental, le sujet a été nommé « traite arabe », parfois « traite musulmane »[3], voire « barbaresque ». Descriptif[modifier | modifier le code] Arab slave trade - Wikipedia. The Arab slave trade was the practice of slavery in the Arab world, mainly in Western Asia, North Africa, Southeast Africa, the Horn of Africa and Europe.

Arab slave trade - Wikipedia

Trans-Atlantic Slave Trade. Traites négrières. Traite orientale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Traite orientale

Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. C'est la traite intra-africaine des royaumes historiques sub-sahariens (comme le Kanem-Bornou, l'Ouaddaï ou le Mahdiyah) qui, en débordant dès l'Antiquité du cadre local, a alimenté les marchés aux esclaves des empires circum-méditerranéens (comme l'Égypte, le Proche-Orient, la Perse, Rome, les califats omeyyade, abbasside, fatimide ou ottoman...), puis les traites orientale et occidentale, contribuant substantiellement à[1] : Les diverses traites orientales à travers le temps[modifier | modifier le code] Marchand d'esclaves perse VIe / Ve siècle av.

Traite négrière atlantique. Les toiles imprimées peuvent représenter à elles seules jusque 80% de la cargaison de départ d’un navire négrier.

Traite négrière atlantique

Entre 1686 et 1757 pour ne pas nuire à la production traditionnelle de laine, de lin et de soie, cette activité lucrative ainsi que les importations sont interdites en France favorisant l’achat à l’étranger (Hollande, Angleterre et Suisse) ou encore la fabrication clandestine.La prohibition est levée en 1759 entrainant l’installation à Nantes de nombreuses manufactures de toiles imprimées. Parmi ses dernières on peut citer : Gorgerat, Petitpierre, Favre, Pelloutier, Kuster, Bourcard, Roques et Simon. A retenir : Une confusion sur le sens du mot pacotille a laissé entendre que les esclaves pouvaient être achetés contre des objets de peu de valeur. Or il n’en est rien. Pour ce qui est de la pacotille, elle désignait la part donnée aux officiers à leur retour d’une campagne de traite. Haut de page. Traite négrière à Nantes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Traite négrière à Nantes

La traite négrière à Nantes est à l'origine de la déportation, de la fin du XVIIe au début du XIXe siècle, de plus de 500 000 esclaves noirs d'Afrique vers les possessions françaises en Amérique, principalement aux Antilles. Avec 1 744 expéditions négrières, Nantes se place en première position des ports négriers français pour l'ensemble de la période concernée. La ville est la dernière place forte du commerce des esclaves en France, puisqu'il y est pratiqué jusqu'en 1831, année de promulgation de la loi interdisant la traite négrière[1]. Contexte[modifier | modifier le code] Traite négrière à Bordeaux. Parliament and the British Slave Trade. Navire négrier. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Navire négrier

Pour les articles homonymes, voir Négrier. Schéma d'un navire négrier, 1831 Un navire négrier était un navire de transport qui, pour une partie de son temps, transportait des esclaves noirs. En général, il s'agissait de déporter des Africains vers les côtes nord ou sud américaines. Ce transport d'esclaves était une partie du commerce triangulaire. [modifier | modifier le code] Il n'existe pas de navire de type négrier, ni de modèle spécifique de navire.

La traite négrière transatlantique résumée en une infographie de deux minutes. D'habitude, quand nous évoquons «l'esclavage américain» ou «la traite américaine des esclaves», nous faisons référence aux colonies américaines ou, plus tard, aux Etats-Unis.

La traite négrière transatlantique résumée en une infographie de deux minutes

Mais quand on s'intéresse à la traite négrière dans son ensemble, l'Amérique du nord ne joue qu'un rôle secondaire. Depuis le début de la traite, au XVIe siècle, jusqu'à sa fin, au XIXe siècle, les marchands d'esclaves ont transporté la plupart des Africains asservis à deux endroits: dans les Caraïbes et au Brésil.

Parmi les plus de 10 millions d'esclaves africains qui sont finalement arrivés de l'autre côté, 388.747 –moins de 4% du total– sont arrivés en Amérique du nord. La traite négrière rochelaise au XVIIIe siècle. Plus nombreux sur un navire négrier que sur les navires marchands, l’équipage dont les marins sont plus là par défaut que par choix, n’est pas toujours de qualité.

La traite négrière rochelaise au XVIIIe siècle

Dans son journal, Claude-Vincent Polony avoue à son capitaine qu’à bord de La Reine de Podor, certains marins lui causent bien du souci : « soyez sans inquiétude à l’égard de nos captifs. Je le regrette, nos Blancs me donnent plus de peine à contenir ». La promiscuité - les plus gros négriers comptaient plus de 100 marins -, les risques, la durée du voyage, le climat, l’eau croupie et la mauvaise nourriture sont le lot quotidien d’un équipage qui n’hésite pas à déserter aux rares escales ou à l’arrivée aux Antilles.

Commerce triangulaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Commerce triangulaire

Schéma classique du commerce triangulaire entre l'Afrique, les Amériques et l'Europe. Plan de « stockage » (≈stowage) type d'un navire négrier anglais. Commerce des esclaves. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Commerce des esclaves

L'esclave est une « personne qui n'est pas de condition libre et se trouve sous la dépendance absolue d'un maître dont elle est la propriété »[1]. Qui dit propriété dit possibilité d'échange : avec l'esclavage a probablement toujours existé un commerce des esclaves qui peut s'analyser comme une activité économique à part entière (qu'elle soit licite ou illicite, morale ou immorale). Le commerce des esclaves remonte très certainement à la nuit des temps historiques. Ses formes actuelles sont définies par l'expression « trafic d'êtres humains ». Étymologie et sémantique[1][modifier | modifier le code] La plus ancienne apparition du mot commerce remonte au XIVe siècle, époque au cours de laquelle a aussi émergé les premières traces des mots trafic et traite. Origines (XIVe siècle)[modifier | modifier le code] Évolutions (1550-1650 env.) Commerce et trafic se voient adjoindre une connotation négative.

2013 Les patrimoines de la traite négrière et de l'esclavage.