background preloader

Claude Le Lorrain

Facebook Twitter

Le Matin dans un port de mer. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Matin dans un port de mer

Le Matin dans un port de mer est un tableau de Claude Gelée, dit Le Lorrain conservé au musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg. Jusqu'en 1958, ce tableau s'intitulait Le Soir. L'attribution du tableau repose sur un dessin du Lorrain faisant partie du Liber Veritatis N°5. Le Lorrain y indique que ce tableau est une commande de Mgr Beaumanoir de Laverdin, évêque du Mans. L'historien d'art Walter Friedländer est le premier à indiquer en 1921 que ce tableau date des années 1640[1]. La date de 1649 rapproche cette toile de l'œuvre conservée à la National Gallery de Londres et intitulée L'Arrivée de la reine de Sabah dont le port est quasiment identique. Après l'évêque du Mans, le tableau passe dans la collection du marquis de Mary, puis il est acheté en 1747 par Walpole à Houghton Hall. Expositions[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Port de mer au soleil couchant.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Port de mer au soleil couchant

Port de mer au soleil couchant(version aux fleurs de lys) Le Port de mer au soleil couchant est une œuvre du peintre Claude Gellée dit le Lorrain, réalisée en 1639 et depuis 1693 dans les collections royales puis du Louvre. En 2016 elle est exposée dans le pavillon Richelieu, 2e étage, salle 15. Histoire[modifier | modifier le code] Version du Port de mer au soleil couchant avec les fleurs de lys sur les bateaux. Le Port de mer au soleil couchant est réalisé en 1639 en parallèle avec une autre œuvre, La Fête villageoise, son pendant, toutes deux pour le pape Urbain VIII.

Toutefois, la version possédée par le Louvre ne correspond pas à cette œuvre initiale[1]. Description[modifier | modifier le code] Le Port de mer au soleil couchant est un tableau de taille moyenne (103x137cm), plus petit que la majorité des œuvres du Lorrain. Une approche générique[modifier | modifier le code] Vue d'un port avec le Capitole (1637) Base Atlas [archive] L'Embarquement de la reine de Saba.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Embarquement de la reine de Saba

L'Embarquement de la reine de Saba L'Embarquement de la reine de Saba est un tableau de Claude Gellée peint en 1648. Il est conservé à la National Gallery de Londres. Deux tableaux de Joseph Mallord William Turner s'inspirent de celui du Lorrain : Didon construisant Carthage ou l'ascension de l'Empire carthaginois (1815) et Le Déclin de l'empire carthaginois (1817). Portail de la peinture. Claude Gellée. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. signature La sépulture de Claude Gellée dans l'église Saint-Louis des Français à Rome par Paul le Moyne Biographie[modifier | modifier le code] Ulysse remet Chryséis à son père, v. 1644.

Claude Gellée

H. : 1,19 m. ; L. : 1,50 m. Claude Gellée fréquente l’école du village avant de commencer à apprendre le métier de pâtissier. Il fait un séjour à Naples entre 1617 et 1621 où il étudie auprès du paysagiste Goffredo Wals. Toute sa carrière se déroule ensuite à Rome. Dans une première période, il reçoit des commandes du pape Urbain VIII.

À partir de 1645, le Lorrain s'oriente vers des œuvres plus apaisées, à la lumière uniforme, d'inspiration mythologique ou biblique (Bord de mer avec Apollon et la sibylle de Cumes, 1647 ; Mariage d'Isaac et Rebecca, 1648). Énée à Délos, 1672, National Gallery, Londres Postérité[modifier | modifier le code] En 1892, Auguste Rodin réalise une statue en bronze de Claude Gellée qui se trouve dans le Parc de la Pépinière à Nancy. Claude Gellée, dit Le Lorrain (1600-1682) Claude Gellée, mieux connu sous le surnom Le Lorrain quitte très vite sa région natale pour passer toute sa vie et sa carrière à Rome.

Claude Gellée, dit Le Lorrain (1600-1682)

Installé dès 1613, membre de l’Académie de Saint-Luc en 1633, il reçoit alors tout au long de sa carrière des commandes de tous les papes et des plus grandes familles italiennes. Durant la première moitié du XVIIe siècle, le paysage historique devient un phénomène international au sein duquel Le Lorrain, formé auprès de deux maîtres de la peinture de paysage, Goffredo Wals et Agostino Tassi, s’inscrit dans une vague du « paysage classique » où l’on retrouve les éléments naturels, les personnages et les animaux sereins et harmonieusement disposés dans un espace ordonné et spacieux.

Cette vision idéale, arcadienne du monde avec un sentiment d’ordre et de paix, un ciel clément est la principale caractéristique de toutes les œuvres du Lorrain. Claude le Lorrain.