background preloader

Civilisation mycénienne

Facebook Twitter

Trésor d'Atrée. Masque d'Agamemnon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Masque d'Agamemnon

Le « masque d'Agamemnon » est un masque funéraire en or, découvert à Mycènes en 1876 par Heinrich Schliemann dans un lieu qui s'avéra par la suite être une tombe à fosse[1]. Schliemann croyait avoir découvert le corps du légendaire Agamemnon, chef des Achéens dans le cycle troyen, d'où le nom habituellement donné au masque. Cependant, les recherches de l'archéologie moderne laissent à penser que le masque date de 1550-1500 av. J. -C., plusieurs siècles avant la date supposée de la guerre de Troie. Le masque est actuellement exposé au Musée national archéologique d'Athènes sous le numéro NM 624[1]. Art mycénien. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Art mycénien

Tête de plâtre peint provenant de Mycènes L'art mycénien [1] est un courant artistique de l'antiquité grecque estimé entre 1630 et 1200 avant Jésus-Christ. Cette période, appelée pertinemment empire mycénien, est caractérisée par une grande prospérité et par une uniformité de culture considérable dans les vastes zones contrôlées désormais par les Mycéniens. La Crète fait partie de cet ensemble mais n'a jamais été totalement absorbée par celle de Mycènes. Contextes historique et socioculturel[modifier | modifier le code] À l'Helladique Moyen (2000-1550 av. La chute de la civilisation minoenne correspond à l'émergence de la civilisation mycénienne qui impose sa suprématie sur la mer Égée. Le matériel funéraire permet de distinguer trois catégories d'objets : les œuvres purement crétoises, les œuvres exécutées par des Crétois pour les clients et maîtres mycéniens et les œuvres mycéniennes.

Pont mycénien de Kazarma. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pont mycénien de Kazarma

Le pont mycénien de Kazarma est situé en Argolide, dans le Péloponnèse, Grèce, sur la route qui relie Mycènes et Tirynthe à Épidaure. Il est visible à quelques dizaines de mètres au nord de la route moderne, à hauteur du kilomètre 15. Il est toujours en service et sert encore aujourd'hui à la circulation locale et agricole. Catégorie:Roi de Mycènes. Tirynthe. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tirynthe

La cité se limitait à une colline calcaire de 30 m de haut, environ 300 m de long et 40 à 100 mètres de large. Initialement, la côte était très proche de la colline. Gla. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gla

Gla (en grec ancien Γλα ou Γλας) est une cité mycénienne située en Béotie, sur un îlot calcaire plat émergeant de l'ancien lac Copaïs, aujourd'hui asséché. L'ancienne île, émergeant des exploitations agricoles, se dessine parfaitement sur vue satellite. Contexte et histoire[modifier | modifier le code] Le site a été occupé du Néolithique à l'époque byzantine, mais connut son apogée à l'époque mycénienne, les habitants étant alors capables d'inonder et vider à volonté la totalité de l'immense lac, pour en faire une plaine fertile irriguée à la demande.

Mycenaean Civilization. Architecture mycénienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Architecture mycénienne

L'architecture mycénienne est le produit de la civilisation mycenniene, qui s'épanouit en Grèce continentale pendant la période du Helladique récent (1550-1050 av. J. -C.). Elle tire son nom du site de Mycènes, et est présente dans le Péloponnèse, en Grèce centrale et en Thessalie[1]. Elle se caractérisée par l'édification d'ouvrages militaires (remparts, fortifications), de palais-forteresses, et de tombes monumentales[2]. Identification[modifier | modifier le code] L'identification de la civilisation mycénienne a débuté avec les fouilles menées par l'archéologue autodidacte Heinrich Schliemann à la fin du XIXe siècle[2].

Architecture militaire[modifier | modifier le code] Les cités mycéniennes sont des bourgs fortifiés, construits sur des acropoles ou d'autres endroits faciles à défendre[2]. Mycènes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mycènes

Mythe[modifier | modifier le code] Mycènes est le royaume du héros homérique Agamemnon, chef des Achéens lors de la guerre de Troie[6]. Homère la décrit comme chère à Héra[7] et « riche en or[8] ». Civilisation mycénienne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Civilisation mycénienne

Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Linéaire B. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Linéaire B

Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode. Le linéaire B est un syllabaire utilisé pour l'écriture du mycénien, une forme archaïque du grec ancien. Il se compose d'environ 87 signes.

Les nombres sont décimaux, les poids et mesures sont d'inspiration babylonienne. Corpus[modifier | modifier le code] Déchiffrement[modifier | modifier le code] Cette écriture fut déchiffrée en 1952 par l'architecte anglais Michael Ventris[1], à partir des travaux initiaux d'Alice Kober. Jusqu'alors, il était communément admis que le linéaire B transcrivait le minoen, langue supposée dont on ne connaissait rien, et non du grec. Ayant étudié les publications d'Alice Kober, Michael Ventris agrandit considérablement cette grille.