background preloader

Bible

Facebook Twitter

Vetus Latina. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vetus Latina

Vetus Latina (vieille [traduction] latine) est le nom collectif des anciennes versions latines des textes bibliques effectuées à partir des textes grecs. Les plus anciennes d'entre elles remontent au IIe siècle. Ces traductions, faites à différents endroits par des traducteurs différents, sont fort diverses, pas toujours très précises, sans contrôle de la hiérarchie ecclésiastique. Ces versions ont précédé la traduction initiée par Jérôme de Stridon (382-405 AD), qui produisit la collection appelée Vulgate (traduction commune) latine.

Celle-ci finit par évincer les anciennes versions dans l'usage des Églises chrétiennes latines. Vulgate. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vulgate

La Vulgate (du latin vulgata, qui signifie « rendue accessible, rendue publique », lui-même de vulgus, qui signifie « la foule ») désigne la version latine de la Bible, traduite par Jérôme de Stridon, entre 390 et 405, directement depuis le texte hébreu pour l'Ancien Testament et du texte grec pour le Nouveau Testament. En ceci, elle s’oppose à la Vetus Latina (« vieille bible latine »), traduite du grec de la Septante. Le fait de puiser directement aux sources judaïques lui donne aux yeux des chrétiens latins, un « plus ».

Force est de constater, cependant, que la différence entre la Vetus Latina et la Vulgata est relativement cosmétique, essentiellement stylistique. En 1454, Gutenberg réserve à la Vulgate l'honneur d'être le premier livre imprimé ; on parle de Bible à 42 lignes (par page). Traductions de la Bible. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Traductions de la Bible

Les versions en latin de la Bible chrétienne sont élaborées dans un processus qui s'étale du IIe au IVe siècle. Traductions en langues anciennes[modifier | modifier le code] Traductions en langues modernes[modifier | modifier le code] Parmi les premières traductions complètes, on recense[3] celles en : Traductions en langues fictives[modifier | modifier le code] La bible a par ailleurs été traduite dans plusieurs langues fictives (en), langages artificiels ou issus d'univers de fiction : Scrolls from the Dead Sea.

Portail:Bible. Selon l'hypothèse documentaire, cette partie de la Genèse se fonde sur deux sources anciennes quasiment indépendantes l'une de l'autre, et n'a atteint sa forme définitive que vers le Ve siècle av.

Portail:Bible

J. -C. Ce processus de consolidation graduelle permettrait d'expliquer les confusions et les répétitions du texte. Le récit biblique de l'arche de Noé présente des similitudes avec un mythe mésopotamien décrit dans le Poème du Supersage datant du XVIIe siècle av. Manuscrits de la mer Morte. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Manuscrits de la mer Morte

Fragments de rouleaux exposés au Musée archéologique d'Amman en Jordanie. Les manuscrits de la mer Morte, également appelés manuscrits de Qumrân, sont un ensemble de parchemins et de fragments de papyrus principalement en hébreu, mais aussi en araméen et en grec, mis au jour entre 1947 et 1956 à proximité du site de Qumrân, alors en Transjordanie. La découverte de ces quelque 970 manuscrits — dont il ne reste parfois que d'infimes fragments — copiés entre le IIIe siècle av. J. -C. et le Ier siècle apr.

Ils ont été fréquemment attribués, mais sans preuve définitive, au groupe des Esséniens. Manuscrits bibliques. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Manuscrits bibliques

Il existe plusieurs manuscrits bibliques. Ces manuscrits se répartissent en différentes catégories, selon leur support ou leur type d'écriture. On distingue d'abord : Tous les manuscrits du Nouveau Testament sont rédigés en grec. On distingue : ceux rédigés en lettres capitales dites « onciales », ce sont les plus anciens ;ceux rédigés en lettres minuscules, les plus nombreux. Exégèse biblique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Exégèse biblique

L’exégèse biblique est une exégèse (exégesis en grec : « mener hors de »), étude approfondie d'un texte et en particulier d'un texte sacré, appliquée à la Bible. On appelle exégète une personne qualifiée pour ce type de travail. Judaïsme[modifier | modifier le code] Exégèse traditionnelle ou canonique[modifier | modifier le code] Des formes juives traditionnelles d’exégèse se trouvent dans la littérature du Midrash. Judaïsme rabbinique[modifier | modifier le code] Des commentateurs rabbiniques, sont connus comme mefarshim (« commentateurs » en hébreu). Datation de la Bible. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La datation de la Bible consiste à déterminer la période de composition et de rédaction de chaque livre qui la compose, et si possible de chaque unité textuelle composant ces livres. Cette recherche tente donc de déterminer quand la Bible a été écrite, par qui, et où. Canon (Bible) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Canon (Bible)

Pour les articles homonymes, voir Canon. Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Le canon biblique désigne l'ensemble des textes considérés comme sacrés ayant conduit, sur plusieurs siècles, à l'établissement de la Bible, suivant principalement les rites juifs et chrétiens. On distingue l'établissement ou la construction des canons de la Bible hébraïque (Tanakh), celui de la Septante et des versions en grec, celui de la Peshitta et des versions en araméen, celui du Nouveau Testament, puis les canons des Églises.

Au IIe siècle, le mot passe dans le milieu chrétien et désigne : Free BibleMap+ App — Plough Boy Resources. Bible Mapper - Home. Bible. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Bible hébraïque est dite en hébreu TaNaKh, acronyme formé à partir des titres de ses trois parties constitutives : la Torah (la Loi), les Nevi'im (les Prophètes) et les Ketouvim (les autres écrits). Elle fut traduite en grec ancien à Alexandrie. Aréopage, Le Portail des Sciences Bibliques. Apocryphes bibliques. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Apocryphes bibliques

Histoire de la notion[modifier | modifier le code] Apocryphes et pseudépigraphes[modifier | modifier le code] Analysant des apocryphes chrétiens, l'historien Simon Claude Mimouni souligne le fait qu'ils ont, à l'origine, une légitimité égale à celle des textes canoniques : « D'un point de vue historique, il convient de ne surtout pas considérer les récits canoniques comme supérieurs aux récits apocryphes. À l'époque de leur rédaction - vers la fin du Ier siècle et durant tout le IIe siècle - les uns et les autres avaient très certainement le même statut théologique »[1], jusqu'au moment où le Canon a été fixé. « C'est au sein d'une diversité doctrinale foisonnante – en partie gommée par la canonisation – que les récits apocryphes ont fleuri soit pour s'opposer à certaines tendances marginales (qui deviendront hétérodoxes), soit pour défendre certaines tendances majoritaires (qui deviendront orthodoxes) »[1].

Origène confond les deux notions :