background preloader

Art pré-roman

Facebook Twitter

Art wisigoth en Hispania : en quête d’une révision nécessaire. – Åberg, 1922 : Nils Åberg, Die Franken und Westgoten in der Völkerwanderungszeit, Upsala, 1922. – Alonso, 2005 : Raquel Alonso Álvarez, « Los enterramientos de los reyes visigodos », dans Fundamentos medievales de los particularismos hispánicos, (colloque, León, 2003), León, 2005, p. 361-376. – Alonso, 2007 : Raquel Alonso Álvarez, « Los enterramientos de los reyes de León y Castilla hasta Sancho iv », dans e-Spania, 3, juin 2007, publication électronique : – Alonso, 2008 : Raquel Alonso Álvarez, « Hornija, Bamba, Pampliega: las elecciones funerarias de los reyes hispanovisigodos », dans Territorio, sociedad y poder: Revista de estudios medievales, 3, 2008, p. 13-27. – Arbeiter, 2003 : Achim Arbeiter, « Los edificios de culto cristiano: escenarios de liturgia », dans Pedro Mateos Cruz, Luis Caballero Zoreda éd., Repertorio de arquitectura cristiana en Extremadura: época tardoantigua y altomedieval, (Anejos del Archivo Español de Arqueología, 29), Mérida, 2003, p. 177-230.

Art wisigoth en Hispania : en quête d’une révision nécessaire

Art lombard. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Art lombard

L'art lombard réunit les manifestations artistiques réalisées en Italie pendant le règne des Lombards. Ceux-ci, arrivés en Italie en l'an 568 et défaits en l'an 774 ont demeuré en Italie méridionale jusqu'à la fin du Xe et au XIe siècle. Avec leur arrivée en Italie, les Lombards amenèrent leur propre tradition artistique d'empreinte germanique, même si celle-ci avait déjà été influencée par des éléments byzantins pendant leur long séjour en Pannonie (VIe siècle).

Cette empreinte resta longtemps visible surtout dans les éléments ornementaux de l'art (symbolisme, décors phytomorphiques ou zoomorphiques). À la suite de leur sédentarisation en Italie, prit corps un vaste processus de fusion entre l'élément germanique et celui latino-byzantin, qui donna naissance à une société toujours plus homogène (celle qui rapidement émergera comme « italienne »). Orfèvrerie[modifier | modifier le code] Art mozarabe. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Art mozarabe

Tempera pré-romane mozarabe d'un éléphant de combat. XIe siècle. L'Art mozarabe est la continuation en terre d'Islam de l'Art wisigoth. Les mozarabes étaient de culture islamique, mais certains parlaient une langue romane, la langue mozarabe, dialecte archaïque de l'Espagne transcrit en caractères arabes (aljamiado).

Leur liturgie était dite en arabe. L’art mozarabe témoigna de ce mélange, avec un style islamique mais des thèmes qui restèrent chrétiens. Les Communautés de Mozarabes ont maintenu pour la pratique de leurs rites religieux quelques églises wisigothes antérieures à l'occupation musulmane, et en ont rarement construit de nouvelles. Tribuna. En conclusion la première phase du processus artistique qui est comprise généralement dans le vaste concept de l’Art Préroman et qui correspond avec l'art hispano-wisigoth. Deux exemples sont connus de cette architecture : Références[modifier | modifier le code] Mikel de Epalza, « Les mozarabes.

Art scandinave. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Art scandinave

Présentation[modifier | modifier le code] Art développé en Scandinavie entre le début du VIIIe siècle et le milieu du XIIe siècle. Cette période correspond à la grande expansion outre-mer des peuples des rivages de la mer du Nord, les Vikings. Catégorie:Art préroman. Art ottonien. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Art ottonien

L'expression art ottonien désigne les réalisations artistiques de Germanie et du Saint-Empire sous les Ottoniens, entre 950 et 1050 environ. Par extension, on peut également parler d'art ottonien pour d'autres réalisations de la même période dans les royaumes voisins. Art wisigoth. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Art wisigoth

L'art wisigoth ou art wisigothique renvoie à l’art développé du Ve siècle au début du VIIIe siècle durant l'existence du royaume wisigoth, principalement en Espagne et au Portugal (Hispanie de l’époque). La période de fondation lorsque sa capitale était Tolosa fut trop brève pour laisser des traces significatives. Préambule[modifier | modifier le code] C’est dans le royaume wisigoth d’Hispanie que la culture classique jette en Occident son dernier éclat. Le rôle politique joué par l’épiscopat, notamment avec saint Léandre et son frère saint Isidore de Séville, la diffusion de l’éducation et de l’écriture (à l’entrée de la bibliothèque sévillane, on pouvait lire : « Il est ici bien des œuvres sacrées, bien des œuvres profanes » ; ce vers trace à lui seul tout un programme), l’importance de la société urbaine assurent une longue survie à l’héritage de la civilisation romaine, dont le royaume de Tolède est à plus d’un égard un conservatoire.

Art préroman en Espagne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Art préroman en Espagne

L'art préroman en Espagne : le terme « préroman » ne peut s’utiliser comme une définition d'un art artistique particulier, mais plutôt comme expression générique qui désigne toute manifestation artistique qui précède temporairement l'art roman et qui est postérieure à la période classique romaine. Ce n'est pas non plus une dénomination applicable à un secteur géographique déterminé, mais elle est donnée par extension à l'art occidental en général.

Art préroman. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Art préroman

L'art préroman est une période d'approximativement 400 ans dans l'art de l'Europe occidentale qui va de l'époque des Mérovingiens, VIe siècle, suivi par la Renaissance carolingienne, au VIIIe siècle et IXe siècle, jusqu'au début de la période romane autour de l'an 1000[1]. Le thème dominant pendant cette période est l'introduction et l'absorption des formes méditerranéennes et chrétiennes classiques avec celles germaniques, créant des formes nouvelles et innovantes, et menant à l'apogée qu'a connue l'Art roman aux XIe et XIIe siècles. Dans le contexte de l'art médiéval, cette période a été précédée par ce qui s'appelle généralement l'art de la période de migration.

Le nom même d'« art préroman » est sujet à discussion. D'après André Corboz, c'est un terme « aussi absurde que si l'on qualifiait le roman de « prégothique » »[2]. Art mérovingien. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Art mérovingien

Reconstitution de la structure de la nef de l'église Saint-Pierre de Vienne à l'époque mérovingienne, vue depuis l'autel. Un éventuel décor de marbre, de peinture et/ou de mosaïque, a probablement existé mais il ne peut pas être reconstitué. Aspect actuel de la nef de l'église Saint-Pierre de Vienne (abritant le musée lapidaire) vue depuis l'entrée, la nef mérovingienne a été divisée en trois nefs par des arcatures romanes. Le chœur de la cathédrale de Vaison-la-Romaine conserve une abside (au fond) de structure mérovingienne, elle était autrefois décorée de riches placages de marbre, selon la tradition paléochrétienne, mais ils ont été pillés aux périodes ultérieures.

L'autel en marbre qui a subsisté est également mérovingien. À partir de la fin Ve siècle, l'avènement de la dynastie mérovingienne (481 ap JC - 754 ap JC) a entraîné en Gaule des changements importants dans le domaine des arts. Architecture[modifier | modifier le code] Art des migrations. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Art des migrations

L'Art des migrations (appelé aussi "Arts barbares") correspond aux œuvres d'art liées aux migrations des peuples germaniques pendant les grandes invasions de 300 à 900. Cela inclut l'Art de migration des tribus germaniques du continent, comme aussi l'art Hiberno-saxon résultant de la fusion des arts anglo-saxon et celtique en Angleterre.

Cet art explore différentes formes comme le style polychrome et le style animal. Art de repeuplement en Espagne. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'art de repeuplement, ou arte de repoblación en espagnol, désigne les manifestations artistiques, principalement architecturales, qui ont été menées à bien dans les royaumes chrétiens du nord de l'Espagne entre la fin du IXe siècle et le début du XIe siècle. Problèmes de dénomination[modifier | modifier le code] En particulier, toutes les constructions dites "mozarabes", ainsi appelées et cataloguées en suivant la dénomination proposée par Manuel Gómez-Moreno (archéologue et historien espagnol – 1870-1970) dans son livre Iglesias mozárabes publié à Madrid en 1917 relèvent en fait de l'art de repeuplement. Art carolingien. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L’art carolingien s’étend sur une période de 120 ans entre 780 et 900, pendant le règne de Charlemagne et ses héritiers directs, habituellement connue en tant que renaissance carolingienne. Pour la première fois, les rois d’Europe du Nord ont joué le rôle de mécène pour l’art romain, mélangeant formes classiques et germaniques, et insufflant des innovations dans le dessin des figurines, qui servira de modèle pour l’avènement de l’art roman et gothique dans l’Ouest. L’ère carolingienne est une des périodes de l’art sacré médiéval connue sous le nom de « pré-roman ». Histoire[modifier | modifier le code] La création d’un nouvel Empire romain (en remplacement du royaume romain wisigoth) et la renaissance carolingienne découlent logiquement de cet afflux de connaissances vers le seul espace de stabilité dans un Occident secoué par les grandes invasions.

Manuscrits enluminés[modifier | modifier le code] Art asturien. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour situer l'Art asturien il suffit de prendre deux références, l'une spatiale (la péninsule ibérique adjacente à la mer cantabrique, libérée de l'occupation musulmane) et l'autre temporelle (de la fin du VIIIe siècle jusqu'au début du Xe siècle). Mais si on veut le définir un peu plus, on doit exposer certaines de ses caractéristiques, comme : le désir de rappeler les gloires du royaume wisigoth de Tolède, dont les rois des Asturies se considéraient les héritiers.la relation intime avec le pouvoir royal : on a aussi appelé cet art "l'art de la monarchie asturienne".la prédominance de l'architecture, fondamentalement voûtée, sur les autres arts.

Art anglo-saxon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'art anglo-saxon correspond aux œuvres d'art réalisées en Angleterre entre l'arrivée des Anglo-Saxons sur le sol britannique, au Ve siècle, et la conquête normande du pays, en 1066. Les deux périodes les plus brillantes sur le plan artistique sont les VIIe et VIIIe siècle, où la métallurgie et l'art du livre connaissent un premier essor, et la période après 950, qui voit un renouveau des arts après la fin des invasions vikings. Les principaux centres artistiques connus se situent en Northumbrie, dans le Nord, et dans le Wessex et le Kent, au Sud.

Art du livre[modifier | modifier le code] Les éléments insulaires perdent de leur importance et sont réduits à de simples décorations à partir du Xe siècle et de la première phase du « style de Winchester[5] ». Métallurgie[modifier | modifier le code] Plusieurs sources étrangères mentionnent le talent des orfèvres anglo-saxons dans le travail de l'or[10]. Sculpture[modifier | modifier le code]