background preloader

Multimédia

Facebook Twitter

Lentilles de contact intelligentes Samsung, bienvenue 007 ! Samsung, a récemment crée un prototype de lentilles de contact intelligentes équipées d’un écran, ils ont même obtenus un brevet en Corée du Sud pour ce projet. Nous en savons encore très peu sur la viabilité de ces nouveaux objets connectés, mais il est sûr qu’ils vont nous donner des airs d’agents secrets ! Comment fonctionnent-elles ?

Ces minuscules lentilles de contact intelligentes fonctionnent grâce à l’insertion de minuscules composants, d’un écran et d’une minuscule caméra sur la surface même des lentilles de contact. De cette manière, les images sont directement projetées dans les yeux du porteur. Du côté de la connectivité, les lentilles de contact communiquent grâce à une antenne extérieure, sur le smartphone du particulier afin de gérer les données qui arrivent.

Au niveau de la praticité et de l’utilisation des lentilles de contact, le contrôle des images se fait par un système de clins d’œil, et donc totalement invisible pour les personnes extérieures. Huawei sécurise et éclaire les villes grâce aux objets connectés. Huawei n’a pas attendu l’essor de l’Internet des objets (IoT) pour s’intéresser aux objets connectés. Particulièrement pour les solutions à destinations des villes. Et plus spécifiquement encore pour répondre aux problématiques de sécurité urbaine. L’équipementier chinois, a ainsi déployé des solutions « safe city » dans une centaine de villes d’une trentaine de 30 pays qui couvriraient quelque 400 millions de personnes. Des solutions qui font appel à des technologies aussi diverses que la vidéo surveillance, le big data ou l’analyse d’image (reconnaissance faciale, comportementale…), et soutenues par un système de communications convergées dans le Cloud. « Nous apportons la fondation pour la ville sécurisée », résume Fan Siyong, président de la division commerciale Services publics chez Huawei Entreprise.

Centraliser les réseaux de communication La vidéo 4G pour la police Si les nouvelles technologies n’arrêtent pas la criminalité, elles feraient considérablement baisser l’insécurité. Réalité virtuelle, robots intelligents... L'avenir du mobile est dans les objets connectés. Le congrès mondial du mobile (MWC) ferme ses portes, ce jeudi 25 février. Répondant au mantra "mobile is everything", le cru 2016 a tenté de trouver un second souffle pour le marché de la téléphonique, face à un contexte inédit où les poids lourds Samsung et Apple voient leurs ventes stagner. A l'heure du bilan, on observe que l'avenir se situe surtout dans les objets connectés. La réalité virtuelle à tous les étages Si cette édition 2016 s'est révélée légère en véritable innovation technologique sur les smartphones, elle a marqué l'envol de la réalité virtuelle.

Si le salon de Barcelone apparaît comme le porte-étendard des casques de réalité virtuelle, la technologie s'avère loin d'être parfaite, tant en termes de qualité d'image (pouvant provoquer des nausées) que de poids de l'appareil (fatiguant le cou). Un jour, nous pourrons simplement mettre un casque sur notre tête et changer complètement la manière dont nous vivons, dont nous travaillons et dont nous communiquons. La 5G. L'autonomie des objets connectés : un enjeu majeur. L’IoT est promis à un avenir radieux. Il a cependant un obstacle majeur à surmonter : l’autonomie des objets connectés.

Des drones, des montres connectées en passant par le casque connecté se pose toujours la question de l’autonomie des objets connectés. Ces produits innovants offrent souvent des courtes sessions. Pour y remédier, de nombreuses solutions existent. Voici un petit tour d’horizon des solutions en voie d’exploration. La taille de la batterie comme faire-valoir Les fabricants de produits connectés cherchent à satisfaire le besoin croissant des consommateurs pour leurs solutions innovantes. Pour les montres connectées par exemple, cette composante est essentielle. Dans cette même catégorie des wearables, les bracelets de marque Jawbone et Fitbit tiennent une à deux semaines. Autre solution pour augmenter l’autonomie des objets connectés, reporter certaines fonctions sur le smartphone. Des composants de moins en moins gourmands en énergie Choisir le bon réseau.

Firefox : un calendrier plus souple et des intentions dans les objets connectés. Depuis quatre ans, Mozilla libère une nouvelle version de Firefox toutes les 6 semaines. La fondation vient d'annoncer qu'elle allait mettre fin à ce rythme immuable pour mieux « répondre aux besoins des nouveaux utilisateurs et des marchés émergents ». Il n'est pas question néanmoins de ralentir la cadence. Les mises à jour successives seront espacées de 6 à 8 semaines tout au plus. Ainsi, en janvier 2017, on devrait avoir Firefox 51. Si vous voulez faire une croix dans votre calendrier pour la sortie de chaque nouvelle version, le planning est ici.

Mozilla a également précisé son calendrier pour l'abandon de Firefox OS sur smartphone. Démonstration de Vaani À la place, l'organisation va se concentrer sur les objets connectés, au sens large, puisqu'il est notamment question de poursuivre les efforts dans les téléviseurs — les TV de Panasonic tournent sous Firefox OS depuis 2014. En Europe, le Smart Home progresse grâce aux femmes.

L’intérêt pour les objets connectés progresse Tandis qu’en Aout 2015, près de 55% des britanniques déclaraient ne pas être intéressé par les objets connectés de domotique, cette proportion a légèrement reculée en l’espace de 6 mois (51% désormais). Le phénomène est identique partout en Europe, où le scepticisme recule partout : en France les personnes non-intéressée par cette catégorie de produits reculent de 43% à 40%. En Allemagne, elles passent de 18 à 16%.

Le prix psychologique du Smart Home Si les intentions d’achats d’un ou plusieurs objets connectés (au cours des 12 prochains mois) sont encore très limitées en Italie et faibles en Espagne ou au Royaume-Uni, elles ont déjà décollé en France et en Allemagne. Outre -Rhin, 25% de la population achètera au moins un objet connecté pour sa maison et plus de 5% iront même plus loin. Au global, Context estime que le prix plafond pour un objet connecté destiné au foyer est d’environ £149 ou 200€. L’Allemagne domine l’Europe. Au Japon, un magasin entièrement animé par des robots ! Note : Des conseillers humains resteront disponibles pour la phase d’activation de la ligne. Le défi de Pepper Malgré tout, c’est un véritable défi économique que de confier son accueil client à des circuits imprimés. En Septembre dernier, on se souvient que SoftBank avait par exemple enregistré le premier cas d’aggression d’un de ses robots par un client (éméché) peu courtois et plutôt fâché d’être conseillé par un humanoïde.

En dépit des annonces catastrophiques concernant les destructions d’emplois causées par les robots, il faut toutefois préciser qu’il s’agit là uniquement d’une expérimentation pour une durée d’une semaine (du 28 Mars au 3 Avril). D’autres essais auront lieu par la suite à Tokyo, Osaka, Aichi ou Fukuoka mais le remplacement des hommes par les robots n’est donc pas encore acté En France, les premiers pas de ce robot compagnon ont lieu au sein de l’hypermarché Carrefour de Claye-Souilly en banlieue parisienne.

Via. Une nouvelle imprimante 3D sur smartphones. Les smartphones font partie intégrante de notre vie ! Nous savions qu’ils nous permettaient de remplacer bon nombre d’objets comme un appareil photo, un ordinateur, un MP3…. Mais nous ne savions pas qu’ils pouvaient en créer ! C’est ce que propose cette nouvelle imprimante 3D. Créer des objets avec nos smartphones : La nouvelle imprimante 3D Pour aller encore plus loin dans les fonctionnalités des nos chers smartphones, les chercheurs de l’université de Taïwan Tech ont développé une technique visant à créer des objets grâce à la lumière de notre téléphone.

La lumière serait suffisante pour solidifier une résine appelée « photopolymère ». Les points négatifs de cette nouvelle imprimante 3D : Mais cette innovation n’est pas tout à fait au point. Compte tenu de l’innovation, ces quelques points négatifs ne nous empêchent pas d’être très emballés. Source. CES 2016: Des télécommandes universelles pour piloter les objets connectés. CES 2016 Du 6 au 9 janvier, le salon de l'électronique CES de Las Vegas dévoile ses nouveautés. Parmi elles, des télécommandes pour centraliser les objets connectés de la maison et s'affranchir des applications sur smartphones... Christophe Séfrin Publié le Mis à jour le A peine le salon de l’électronique CES de Las Vegas a-t-il ouvert ses portes qu’une tendance émerge.

Les constructeurs cherchent des solutions pour nous affranchir de l’usage de son smartphone afin de piloter les objets connectés. Nos iPhones et autres Galaxy S ne seraient donc plus les « télécommandes » de nos vies, comme cela fut si souvent vanté ? Sevenhugs : une télécommande qui se veut universelle Ainsi, la start-up française Sevenhugs présente sa Smart Remote, une minuscule télécommande qui utilise la géolocalisation et un système de pointage pour faire fonctionner les objets connectés.

LG : un hub pour centraliser les appareils électroménagers connectés Mots-clés : The Dash, les premiers mini écouteurs connectés. Dans l’audiovisuel, les animateurs utilisent souvent des mini oreillettes sans fil. Elles sont quasiment invisibles, dignes des films d’espionnage, elles nécessitent de porter un collier de transmission, enfin elles coûtent une fortune. Sur Kickstarter, le projet The Dash a pour ambition de créer des écouteurs quasi-invisibles, multi-fonctions, accessibles et destinés au grand public.

Je vous explique tout ça. Un microphone à conduction osseuse The Dash ce sont des mini écouteurs qui fonctionnent en Bluetooth (avec n’importe quel appareil iOS, Android 4.3 et plus) et qui peuvent accueillir 1000 MP3 grâce à 4 Go d’espace disque. Un système d’isolation phonique Ces écouteurs possèdent également un système d’isolation phonique, l’utilisateur peut choisir de canaliser le son ambiant dans le casque avec la fonction « audio transparent ». Des écouteurs connectés… Beaucoup de technologie Autant vous dire que seulement 3 jours après le démarrage de la campagne… le projet est déjà financé ! Intel présente Compute Stick, un ordinateur sur clé usb ! Dans le monde des objets connectés, la miniaturisation et la mobilité sont les maîtres mots.

Une leçon bien comprise par Intel, qui présente son Intel Compute Stick. De quoi s’agit-il ? Un ordinateur de poche Se présentant sous la forme d’une grande clé usb, l’Intel Compute Stick est en fait un ordinateur de poche, à brancher sur la prise HDMI d’une télévision ou d’un moniteur. Une fois ceci dit, l’Intel Compute Stick va « transformer » l’écran HDMI en un ordinateur d’entrée de gamme. N’espérez donc pas lancer votre dernier jeu vidéo ou votre super logiciel de graphisme 3d favori.

Contrairement à la plupart des autres clés HDMI, l’Intel Compute Stick transporte avec lui un système d’exploitation complet (Windows 8 ou Linux selon le modèle) : il n’a donc pas besoin de smartphone, de tablette ou de PC pour afficher les contenus. Votre ordinateur, partout Deux versions seront présentes au lancement prévu pour ce printemps 2015. Vers la fin de l'utilisation de la télécommande ?