background preloader

Revues dessinées post 1968

Facebook Twitter

La bande dessinée prend ses lettres de noblesses dans les magazines dominicaux puis quotidiens. Reflet d'une pensée libérée et anti conformiste. ces magazines se multiplieront des les 80's soutenues par un lectorat étudiant, de gauche et masculin.

Tintin (périodique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tintin (périodique)

Le premier numéro de l'édition belge est publié le . Cette édition fut également distribuée au Canada. Peu de temps après, la version néerlandaise Kuifje est également publiée. Le premier numéro de l'édition française, également distribuée en Suisse, sort en en 1948. L'idée de publier ce magazine vient, à l'origine, d'André Sinave[1], qui désire capitaliser sur le succès de la série Tintin créée en 1929 pour le Petit Vingtième par Hergé.

En 1968, 1969 et 1970, le journal Tintin participe, avec les firmes Apollinaris et Torck à l'organisation des trois dernières éditions des jeux de plage publicitaires Les Rois du volant à la côte belge. Le journal cesse de paraître en novembre 1988 : les ayants droit d'Hergé, détenteurs du nom de Tintin, ont en effet décidé de lancer sans Les Éditions du Lombard un nouveau journal, Tintin reporter, qui disparaît cependant au bout de quelques mois. En , le Journal de Tintin passe de seize à vingt pages. Mr. Le journal de Spirou. Fluide glacial. Métal hurlant. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Métal hurlant

Métal Hurlant est un magazine français de bande dessinée de science-fiction qui a été édité par Les Humanoïdes Associés de janvier 1975 à juillet 1987, puis de juillet 2002 à octobre 2004, avec un ultime numéro en 2006. Créé sous l'impulsion de Jean-Pierre Dionnet, son rédacteur en chef de 1975 à 1985, Métal Hurlant apparaît comme une des revues majeures de la presse adulte, « un véritable laboratoire d'où sont sortis quelques chefs-d'œuvre et un bon nombre de grands noms de la bande dessinée contemporaine[1]».

Histoire[modifier | modifier le code] La formule de Métal Hurlant, qui propose des bandes dessinées et un rédactionnel fourni, notamment côté musical, commence à être copiée par d'autres revues, comme Pilote ou l'éphémère Zoulou, fondé par Marc Voline qui avait lui-même dirigé Métal Hurlant lorsque Dionnet s'était lancé dans la télévision[5]. La revue reparaît en juillet 2002 avec le numéro 134 chez Les Humanoïdes Associés. Pilote (périodique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pilote (périodique)

Pour les articles homonymes, voir Pilote. Créé par, entre autres, René Goscinny, Albert Uderzo, François Clauteaux, Jean-Michel Charlier, Jean Hébrard et René Ribière il est racheté par Dargaud dès 1960, ce qui permet de faciliter son développement. Destiné aux jeunes adolescents à son lancement, Pilote modernise profondément la presse jeunesse dans les années 1960, avant de s'orienter progressivement vers un public plus âgé, notamment lorsqu'il passe mensuel en 1974. En 1986, Pilote fusionne avec Charlie mensuel pour former Pilote & Charlie. Redevenu Pilote en 1988, la revue disparaît l'année suivante, dans un contexte de crise généralisée des mensuels de bande dessinée. Pilote a eu une influence déterminante sur la bande dessinée française et sur le marché éditorial français, les fondateurs de L'Écho des savanes, Métal hurlant et Fluide glacial en étant issus.

L'Écho des savanes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Écho des savanes

Reprise après une première cessation de parution en 1982 par les éditions Albin Michel, elle devient un magazine d'actualité et d'érotisme avec quelques pages de bande dessinée. En 2006, cette nouvelle formule cesse de paraître, et ce sont les éditions Glénat qui relancent en 2008 la revue, en l'axant sur la bande dessinée et la société. Historique[modifier | modifier le code] 1972-1982[modifier | modifier le code] Formule trimestrielle et presque uniquement composée dans un premier temps des bandes dessinées de ses trois fondateurs, Marcel Gotlib, Claire Bretécher et Nikita Mandryka, la revue devient bimestrielle à partir du n°11, puis mensuelle au n°16[1]. 1982-2006[modifier | modifier le code] À la suite du dépôt de bilan des éditions du Fromage, Albin Michel rachète leur fonds, L'Écho des savanes compris[3]. 2008[modifier | modifier le code]