background preloader

Gestion risques énergie nucléaire

Facebook Twitter

Manque d’eau : nouvelles mesures de restriction. La sécheresse continue de sévir dans le département. Face à cette situation de crise, le préfet a pris, ce matin, quatre nouveaux arrêtés (*) destinés au monde agricole. Bernard Tomasini a également appelé les maires et particuliers à « faire preuve de civisme ». Le débit des rivières et le niveau des nappes du département ne laisse planer aucun doute. Dans la Vienne, la sécheresse et son corollaire, le manque d’eau, atteignent des sommets… si tôt dans la saison. « Nous sommes dans la même configuration qu’en 1976 et 2005, avec deux mois d’avance par rapport à 2005, admet Bernard Tomasini.

Nous sommes en situation de crise, il ne faut pas se faire d’illusions. » Au point de l’obliger à publier quatre nouveaux arrêtés, qui s’ajoutent à celui du 12 avril. Ces nouvelles mesures concernent le monde agricole et visent avant tout à «préserver les éleveurs pour qu’ils ne soient pas obligés de vendre leurs animaux, leur outil de travail», dixit le préfet de la Vienne et du Poitou-Charentes. Au coeur du nucléaire à Civaux. Eudi dernier, à l'initiative de la caisse locale du Crédit agricole et de son président Jean-Pierre Cubertafon, un groupe de personnes du secteur, mais aussi d'Excideuil et de Hautefort, ont eu l'opportunité de visiter le site nucléaire de la centrale de Civaux, dans la Vienne. Après enquête préalable et de nombreuses formalités de sécurité sur le site, le groupe a pu pénétrer au cœur du dispositif, dominé par deux tours de refroidissement de 180 mètres de haut, les plus hautes d'Europe.

La centrale de Civaux est la seule en France refroidie par les eaux d'une rivière, la Vienne, régulée depuis le lac limousin de Vassivière, à 140 kilomètres de là. Un dispositif complexe Les visiteurs ont été impressionnés par l'étendue du site, la complexité de l'immense dispositif technologique appliqué à cette matière hypersensible qu'est l'énergie nucléaire et la multitude de mesures de sécurité et d'observation de la centrale EDF qui en découlent. Plaquette Vassiviere 2012. Un nouveau lac à Vassivière? | Télé Millevaches. Les leçons de Fukushima à la centrale de Civaux - 13/01/2012.

Dossier de presse cnpe civaux mars 2016. Dp web2016. EDF puise dans le lac de Vassivière pour renflouer la Vienne. Parc nucléaire français : nombre de réacteurs, localisation, chiffres clés. Définition et catégories Avec une capacité installée de 63,13 GW, le parc nucléaire français est le deuxième plus important parc au monde en puissance, derrière celui des États-Unis. En 2015, il a produit 416,8 TWh d’électricité, soit 76,3% de la production totale d’électricité en France(1).

Il compte 58 réacteurs nucléaires en fonctionnement répartis sur 19 sites (centrales), 12 réacteurs arrêtés dont 9 actuellement en cours de démantèlement. Une des particularités du parc est sa standardisation : tous les réacteurs nucléaires actuellement en fonctionnement sont des réacteurs à eau pressurisée (REP).  Répartition des réacteurs du parc nucléaire français (©Connaissance des Énergies) Réacteurs en fonctionnement Le parc nucléaire français en exploitation est composé de 58 réacteurs de la filière REP, dits réacteurs de « deuxième génération ».

La standardisation du parc français s’est organisée en paliers successifs. C’est ainsi que les 58 tranches sont classés en 5 « paliers »(2) : Futur. Energie nucléaire - CNRS sagascience. Voir l'animation sans Flash Plan du site Tous les textes du site CréditsAccueil Conséquences des accidents nucléaires Les conséquences environnementales des accidents nucléaires sont difficiles à mesurer. D’autant plus que les "points zéro" manquent : l’état de la biodiversité avant les accidents n’est généralement pas très bien connu. Après un accident nucléaire, les hommes sont évacués, mais les animaux domestiques restent, ainsi que la végétation. La terre est contaminée pour de longues années, ainsi que tous les végétaux alimentaires qui y poussent. Le seul site où le recul est suffisamment grand est celui de Tchernobyl. Les études récentes y ont mis en évidence une riche biodiversité.

Conséquences de l'accident de Fukushima sur l'environnement et la santé dans le monde. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le , un séisme de magnitude 9 déclenche un tsunami qui dévaste la côte Pacifique du Tōhoku et Kantō au Japon et provoque l'accident nucléaire de Fukushima : la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi est endommagée, provoquant un défaut de refroidissement, des fusions de cœur dans plusieurs réacteurs puis des ruptures de confinement et d'importants rejets radioactifs. Dans les premiers jours, d'importants rejets ont été dispersés dans l'air. Ils se sont déplacés au gré des vents et via leurs retombées sont susceptibles d'induire des conséquences sur l'environnement et la santé dans le monde, ensuite en raison de fuites et d'un arrosage continu, les rejets sont plutôt concerné le littoral proche, les fonds marins et l'océan Pacifique[1]. Les prévisions réalisées ainsi que les mesures relevées in situ à grande distance ont mis en évidence des concentrations extrêmement faibles[non neutre] en radionucléides dans l'air comme dans l'eau de pluie.

Fukushima: les conséquences environnementales. Un an après l'accident nucléaire de Fukushima, provoqué par un tsunami le 11 mars 2011, quelles sont les conséquences environnementales, au Japon, en France, et dans le monde? L’impact de Fukushima n’a été important qu’au Japon. Dans le reste du monde, cet impact a été plutôt faible et surtout, transitoire, explique Didier Champion, directeur de la crise à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français (IRSN), contacté par le Huffington Post. A partir du mois de mai 2011, les effets de Fukushima avaient, à l’échelle planétaire, quasiment disparus.

Le nuage s’est confondu avec les traces laissées aux quatre coins du monde par les différents essais nucléaires. “Il y a eu un effet d’homogénéisation”, résume Didier Champion. Dans ce premiers mois, le nuage radioactif a essentiellement affecté l’hémisphère nord. Impact à très grande distance des rejets... par LeHuffPost Les Antilles françaises et Saint-Pierre-et-Miquelon ont été touchées à partir du 21-23 mars. Close. Radioactivité et environnement. Introduction La radioactivité est un phénomène naturel. Dans la nature celle-ci est présente de partout : dans les sols, dans l'eau… Les éléments radioactifs principalement présentent dans notre environnement sont de l'uranium et du thorium. On en trouve dans le sol (oui le sol de votre jardin !) De l'ordre de 2 g d'uranium par tonne de terre et 4 fois plus de thorium, dans l'eau de mer 3 mg par mètres cube, 500 m² de jardin sur 5 mètres de profondeur contiennent de l’ordre de 7.5kg d’uranium.

En effet, les plantes absorbent 10% de la radioactivité présente sur terre .Pour les milieux terrestres et aquatiques, le rayonnement alpha contribue de façon importante au débit de dose dû au fond naturel de rayonnement. Différentes expositions naturelles à la radioactivité Concernant le milieu terrestre, la source principale semble être le radon 222 et ses produits de filiation de courte période alors que pour le milieu aquatique, la source principale est le polonium 210. Vivre pres d une centrale. Centrales nucléaires : des fuites et rejets en pagaille. À entendre EDF, une centrale nucléaire ne rejetterait que de la vapeur d’eau. Mais la blancheur trompeuse des nuages sortant des tours de refroidissement ne doit pas faire illusion.

Cette propreté apparente occulte de nombreuses fuites et rejets, accidentels ou autorisés, de produits chimiques corrosifs ou irritants et d’éléments radioactifs dans l’environnement. Un cocktail « sans danger pour l’environnement », vraiment ? La centrale nucléaire de Chooz - image Sudinfo.be Une victoire contre EDF pour une pollution à l’acide sulfurique La centrale nucléaire de Chooz (Ardennes) a beau être l’une des plus récentes de France, elle n’est pas épargnée par les fuites.

Le 28 août 2012, le Réseau “Sortir du nucléaire“ a porté plainte pour que cette pollution ne reste pas impunie. . © Dessin : Christophe d’Amiens d’Hébécourt - France 3 Champagne-Ardenne Des fuites chimiques et radioactives en pagaille Si révoltante soit-elle, cette pollution n’est pourtant qu’un cas parmi tant d’autres. Notes. Le nucléaire et l'environnement.

Quels sont les impacts d’une installation nucléaire sur son environnement ? Comment sont-ils mesurés et contrôlés ? Comment le public est-il informé ? Comment le nucléaire contribue-t-il à lutter contre le dérèglement climatique? Quelles sont les protections contre les évènements extrêmes ?... Le nucléaire : une énergie à très faible impact environnemental Comme toute activité industrielle, les installations nucléaires rejettent des éléments dans la nature. Ces rejets sont de différentes natures. Les rejets radioactifs Une centrale nucléaire émet des rejets radioactifs. Les rejets thermiques L’eau qui alimente le circuit de refroidissement des réacteurs est échauffée de quelques degrés lorsqu’elle est rejetée dans le fleuve ou dans la mer. Les rejets chimiques L’eau utilisée pour refroidir la centrale doit subir différents traitements (déminéralisation, chloration) qui donnent lieu à des rejets chimiques, principalement du sodium, des chlorures et des sulfates.

Quid des prélèvements d'eau ?