background preloader

Netneutrality | access and information

Facebook Twitter

Net Neutrality: Major Setback for Free and Open Internet. Comment le blocage des sites est devenu leur réponse à tout - Rue89. La censure d'internet en France commence aujourd'hui - L'Obs. Ce n'est pas une surprise.

La censure d'internet en France commence aujourd'hui - L'Obs

Mais le choc n'est pas moins fort : les autorités peuvent désormais bloquer des sites web sans demander l'avis du juge. La France active le blocage des sites sans juge. Une première. Le logiciel de téléphonie mobile qui défie le contrôle des Etats. Mozilla’s Lightbeam Firefox tool shows who's tracking your online movements.

Serval, le maillage sous Android pour communiquer sans carte SIM. Les communications entre les appareils mobiles passent en grande majorité par les connexions cellulaires.

Serval, le maillage sous Android pour communiquer sans carte SIM

Cela est vrai même pour les échanges de données entre plusieurs smartphones par exemple. Une application se propose de changer la donne en permettant aux mobiles de communiquer directement entre eux, même quand ils n’ont pas de carte SIM. Rebondir de téléphone en téléphone. Your company doesn't own your Internet presence. Code de la propriété intellectuelle. L'abandon du droit d'auteur lors de la mise en ligne de photographies sur internet. En l’espèce, deux passionnés d’aéronautique, se sont inscrits sur un site internet consacré à l´aviation sur lequel ils ont notamment publié, sous leur pseudonyme, leurs photographies de passionnés d'avion dans le forum de discussion de ce site.

L'abandon du droit d'auteur lors de la mise en ligne de photographies sur internet

How Not to Steal People's Content on the Web. Internet-signalement.gouv.fr - Portail officiel de signalements de contenus illicites - Accueil. Commotion, le projet d'un Internet hors de tout contrôle. Qui contrôle Internet ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Damien Leloup Après la publication de notre article consacré au projet Commotion, qui permet de créer des réseaux informatiques non censurés et faciles à déployer dans des pays dictatoriaux, de nombreux lecteurs nous ont interpellés pour savoir qui contrôle aujourd'hui Internet.

Qui contrôle Internet ?

En raison de sa nature décentralisée, Internet n'est pas "contrôlé" par un unique organisme, Etat, ou entreprise. Contrairement à une idée répandue, le réseau n'est pas non plus une "jungle" totalement libre : à tous les échelons, de nombreux organismes exercent ou peuvent exercer un contrôle ou une censure sur les informations qui y circulent. Les stuctures les plus fondamentales d'Internet sont sous le contrôle de l'Icann, l'Internet corporation for assigned names and numbers. The Internet Defense League: Spreading The Alarm Whenever the Internet is Threatened. Reddit's Alexis Ohanian And Activists Aim To Build A 'Bat-Signal For The Internet' Le Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU adopte une résolution pour Internet. Au cours de sa vingtième session de travail, le Conseil des Droits de l'Homme des Nations unies a adopté ce jeudi par consensus un projet de résolution sur la promotion, la protection et l'exercice des droits de l'homme sur Internet.

Le Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU adopte une résolution pour Internet

Soutenu par 83 États, dont la France, le texte "affirme que les droits dont les personnes jouissent hors ligne doivent également être protégés en ligne". Non à la privatisation du domaine public par la Bibliothèque nationale de France ! L'association COMMUNIA, l'Open Knowledge Foundation France, Creative Commons France, La Quadrature du Net, Framasoft, et SavoirsCom1 publient ce jour un communiqué dénonçant la signature par la BNF, le Commissariat aux investissements d'avenir et le ministère de la Culture et de la communication d'accords qui privatisent l'accès numérique à une part importante de notre patrimoine culturel.

Non à la privatisation du domaine public par la Bibliothèque nationale de France !

Paris, le 18 janvier 2013 — Le ministère de la Culture a annoncé la conclusion de deux accords, signés entre la Bibliothèque nationale de France et des firmes privées, pour la numérisation de corpus de documents appartenant pour tout (livres anciens) ou partie (78 et 33 tours) au domaine public. Les fonds concernés sont considérables : 70 000 livres anciens français datant de 1470 à 1700, ainsi que plus de 200 000 enregistrements sonores patrimoniaux. Non à la privatisation du domaine public par la Bibliothèque nationale de France ! L’association COMMUNIA, l’Open Knowledge Foundation France, La Quadrature du Net, Framasoft, Regards Citoyens, Veni Vidi Libri, le Parti Pirate, Libre Accès et SavoirsCom1 publient ce jour un communiqué dénonçant la signature par la BNF, le Commissariat aux investissements d’avenir et le ministère de la Culture et de la communication d’accords qui privatisent l’accès numérique à une part importante de notre patrimoine culturel.

Non à la privatisation du domaine public par la Bibliothèque nationale de France !

Paris, le 18 janvier 2013 — Le ministère de la Culture a annoncé hier la conclusion de deux accords, signés entre la Bibliothèque nationale de France et des firmes privées, pour la numérisation de corpus de documents appartenant pour tout (livres anciens) ou partie (78 et 33 tours) au domaine public. Les fonds concernés sont considérables : 70 000 livres anciens français datant de 1470 à 1700, ainsi que plus de 200 000 enregistrements sonores patrimoniaux.

Contacts presse. Freedom of Information Act. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Freedom of Information Act (FOIA) (en français, « Loi pour la liberté d'information ») est une loi américaine signée le 4 juillet 1966 par le président Lyndon B. Johnson, et entrée en application l'année suivante. Fondée sur le principe de la liberté d'information, elle oblige les agences fédérales à transmettre leurs documents, à quiconque en fait la demande, quelle que soit sa nationalité[1]. – agnesdelmotte

Le Freedom of Information Act (FOIA) (en français, « Loi pour la liberté d'information ») est une loi américaine signée le 4 juillet 1966 par le président Lyndon B.

Freedom of Information Act

Johnson, et entrée en application l'année suivante. Fondée sur le principe de la liberté d'information, elle oblige les agences fédérales à transmettre leurs documents, à quiconque en fait la demande, quelle que soit sa nationalité[1]. Contexte du vote de la loi et dispositions[modifier | modifier le code] Le FOIA a été voté dans le contexte de la guerre du Viêt Nam, l'opinion publique exigeant un accès plus aisé aux documents de l'administration américaine. Freedom of information legislation. Freedom of information laws (FOI laws) allow access by the general public to data held by national governments.

Freedom of information legislation are rules that guarantee access to data held by the state. They establish a "right-to-know" legal process by which requests may be made for government-held information, to be received freely or at minimal cost, barring standard exceptions. – agnesdelmotte

They establish a "right-to-know" legal process by which requests may be made for government-held information, to be received freely or at minimal cost, barring standard exceptions.

Freedom of information legislation

Also variously referred to as open records, or sunshine laws (in the United States), governments are also typically bound by a duty to publish and promote openness. In many countries there are constitutional guarantees for the right of access to information, but usually these are unused if specific support legislation does not exist. Cryptome. CommonCrawl. Nonprofit Common Crawl Offers a Database of the Entire Web, For Free, and Could Open Up Google to New Competition.

Google famously started out as little more than a more efficient algorithm for ranking Web pages.

Nonprofit Common Crawl Offers a Database of the Entire Web, For Free, and Could Open Up Google to New Competition

But the company also built its success on crawling the Web—using software that visits every page in order to build up a vast index of online content. A nonprofit called Common Crawl is now using its own Web crawler and making a giant copy of the Web that it makes accessible to anyone. The organization offers up over five billion Web pages, available for free so that researchers and entrepreneurs can try things otherwise possible only for those with access to resources on the scale of Google’s. “The Web represents, as far as I know, the largest accumulation of knowledge, and there’s so much you can build on top,” says entrepreneur Gilad Elbaz, who founded Common Crawl. “But simply doing the huge amount of work that’s necessary to get at all that information is a large blocker; few organizations … have had the resources to do that.” The Internet Archive has saved over 10,000,000,000,000,000 bytes of the Web. Digital Millennium Copyright Act.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Digital Millennium Copyright Act Lire en ligne A lire sur le site du GPO Le Digital Millennium Copyright Act (DMCA) est une loi américaine adoptée en 1998. The Most Ridiculous Law of 2013 (So Far): It Is Now a Crime to Unlock Your Smartphone - Derek Khanna. When did we decide that we wanted a law that could make unlocking your smartphone a criminal offense? 'I Have a Dream' Posted in Defiance of Copyright for Internet Freedom Day. Il est interdit de partager sur Internet le «I Have a Dream» de Martin Luther King. Ce lundi 21 janvier, c’est le Martin Luther King, Jr.

Day, le jour où les Etats-Unis célèbrent la mémoire du combattant des droits civiques. Une contre-histoire de l'Internet. Pirate Bay decade: Fighting censorship, copyright monopolies bit by bit — RT Op-Edge. Richard Stallman: «Les nouveaux droits de l’homme passent par un contrôle par chacun de l’informatique» Et si notre «société digitale», qui nous offre de plus en plus de moyens d'interagir avec les autres, entre smartphones perfectionnés, médias sociaux à foison et services basés sur la géolocalisation, restreignaient nos libertés individuelles? C'est la thèse de Richard Stallman, figure quasi-mythologiques du Web, en tant que fondateur du mouvement du logiciel libre en 1983, créateur du système d'exploitation GNU, de la Free Software Foundation, et promoteur infatigable du logiciel libre.

Il était à Paris ce jeudi 28 juin à l'occasion d'une conférence organisée par Reporters sans frontières, l'agence Limite et la Fédération internationale des droits de l'hommes (FIDH) sur le thème «Logiciels libres et droits de l'homme». Richard Stallman est un idéaliste, dans la mesure où son combat pour le «libre» tient autant aux logiciels à code ouvert qu'à sa volonté de garantir la liberté des utilisateurs. Vous parlez beaucoup de société digitale libre. Richard Stallman. R.S.