background preloader

Marseille

Facebook Twitter

Laurent Mucchielli : «Marcher à Marseille n’est pas plus dangereux qu’ailleurs» Sociologue et directeur de recherches au CNRS, Laurent Mucchielli vient de publier Délinquances, police, justice.

Laurent Mucchielli : «Marcher à Marseille n’est pas plus dangereux qu’ailleurs»

Enquête à Marseille et en région Paca (Presses universitaires de Provence), ouvrage qu’il a coordonné avec Emilie Raquet et le fruit de quatre ans de recherche sur le territoire. Ce spécialiste des politiques de sécurité, adepte des approches pluridisciplinaires, est à la tête de l’Observatoire régional de la délinquance et des contextes sociaux (ORDCS, université d’Aix-Marseille). [Photo DR] Aix-Marseille, bientôt la Californie de l'Europe ?, Actualité des start-up. Logement indigne à Marseille : un rapport au vitriol - Journal Marsactu. Un centre ville pour tous : Logement indigne à Marseille : un rapport au vitriol. Marsactu - 4/11/2015 Benoît Gilles 4 novembre 2015 Au printemps dernier, l’inspecteur général Christian Nicol descendait à Marseille avec pour mission de faire le bilan de l’action en faveur du logement indigne.

Un centre ville pour tous : Logement indigne à Marseille : un rapport au vitriol

Il en a tiré un rapport très sévère sur la politique de l’Etat et la Ville que Marsactu s’est procuré. Le brûlot tient en 27 petites pages (sans les annexes) sobrement intitulées « La requalification du parc immobilier privé à Marseille ». Christian Nicol n’y va pas par quatre chemins. . « 100 000 habitants » Or, il ne s’agit pas à Marseille d’un sujet marginal.

. « Tout ce qu’il dit est dans le domaine public, je le trouve plutôt gentil en fait », glisse Fathi Bouaroua avec un soupçon d’ironie. . « Signes d’essoufflement’ Pour établir cette démonstration, il prend appui sur le bilan des opérations qu’il présente en annexe. Un cas aporétique de gentrification : la ville de Marseille. 1 Jourdan S., 2006, Un cas aporétique de gentrification : la ville de Marseille, mémoire de Master, (...) 1Depuis les années 1980, la mixité sociale est le maître mot des nouvelles politiques urbaines centrées sur la recomposition de la ville sur elle-même.

Un cas aporétique de gentrification : la ville de Marseille

Cependant, il faut compter avec un processus spécifique : la gentrification, plus communément appelée embourgeoisement. Il s’agit du retour des populations aisées ou bourgeoises dans les quartiers du centre-ville, généralement les plus anciens. Son étude permet de renouveler certains paradigmes. Dans les villes portuaires, l’intervention sur les quartiers urbano-portuaires, dotés d’une forte charge symbolique (Chaline, Rodrigues‑Malta, 1994), peut avoir une incidence sur le développement du processus de gentrification.

"Les artistes jouent parfois le rôle de facilitateur de la gentrification" Marseille Le « pari impossible » de la gentrification. «L e Marseille populaire, ce n’est pas le Marseille maghrébin, ce n’est pas le Marseille comorien.

Marseille Le « pari impossible » de la gentrification

Le centre a été envahi par la population étrangère, les Marseillais sont partis. Moi, je rénove, je lutte contre les marchands de sommeil et je fais revenir des habitants qui payent des impôts. » Il faut actualiser cette déclaration faite, en 2001 au quotidien la Tribune, par Jean-Claude Gaudin, sénateur maire de Marseille, et ajouter : « Ce n’est pas le Marseille des Roms. » Mais pour le reste, la volonté de la municipalité UMP demeure intacte : recomposer socialement le centre-ville de Marseille. Le cœur de la cité marseillaise avait – et a encore, malgré tout – la particularité d’accueillir des catégories populaires. Marseille est presque devenue une exception tant les processus de « gentrification » (1) ont radicalement modifié les centres des grandes villes françaises.

Marseille comme on ne la verra plus. LaProvence.com : Marseille, capitale de la pauvreté. Fière à juste titre de son label de "capitale européenne de la culture" en 2013 ; fière également de son titre de "capitale européenne du sport" en 2017, Marseille affiche en revanche moins volontiers son titre bien réel de capitale française de la grande pauvreté, avec 4 de ses arrondissements classés parmi les 6 communes les plus pauvres de l'Hexagone.

LaProvence.com : Marseille, capitale de la pauvreté

La fin de l'exception marseillaise. « La fin de l’exception marseillaise » Un texte écrit par Jean-Pierre Garnier* au sujet du film documentaire : "La fête est finie" de Nicolas Burlaud.

La fin de l'exception marseillaise

"La fête est finie" sort en salles Mercredi 4 novembre. Marseille2013.jpg (JPEG Image, 541 × 824 pixels) À la Plaine, une nouvelle place d'ici 2019 ? Marseille, capitale de la fracture. Marseille – la coupe est Plaine. « C’est une vaste place encadrée de chaque côté par deux allées d’arbres.

Marseille – la coupe est Plaine

Au printemps, il y a dessus une foire », écrivait Jean Giono dans Noé (1947), en un passage dépeignant La Plaine. « Du temps de ma jeunesse, continuait-il, il y avait au centre de cette place un bassin dans lequel évoluait un bateau à rames à forme de petit paquebot et pouvant contenir une dizaine d’enfants. Un feignant costumé en matelot faisait faire pour deux sous trois fois le tour du bassin, lentement, avec de longues pauses. Marseille : Quand c’est fini (ni-ni, ni-ni…) « Ma ville accélère... droit dans le mur » d’après de facétieux graffeurs s’étant invités sur les affiches de propagande municipale : c’était le slogan choisi par le service com’ de la mairie pour accompagner la reconquête de la ville mise en scène par le méga-événement de 2013.

Marseille : Quand c’est fini (ni-ni, ni-ni…)

Las ! Les bateleurs partis, les feux d’artifice explosés et les projecteurs éteints, la ville a retrouvé ses vieux démons : capitale de la pauvreté pour La Provence [1] , capitale du crime pour d’autres [2]. À tel point que les élus s’inquiètent de ce retour du Marseille bashing, très préjudiciable à la bonne marche des affaires. Pour les étudiants, bons clients de ce genre d’animations culturo-festives et agents involontaires des opérations de remplacement de populations dans le centre-ville [3], la métropole méditerranéenne reste sale et dangereuse, selon une enquête récemment commandée par la mairie.

Résultat ? #MigrantsOfLaPréfecture : Assane, la colère qui gronde. 23h30, 66 bis, rue Saint-Sébastien dans le 6e arrondissement.

#MigrantsOfLaPréfecture : Assane, la colère qui gronde

Marseille cosmopolite après les décolonisations : un enjeu identitaire. 1Indissociable de l’idée du brassage des populations, le cosmopolitisme devient visible dans des contextes historiques d’intensification des flux de populations ou bien d’une sensibilité toute particulière à l’altérité.

Marseille cosmopolite après les décolonisations : un enjeu identitaire

Cette notion donne à voir l’Universel dans un lieu et une situation donnée. Plusieurs études monographiques riches et stimulantes ont prouvé la pertinence d’une réflexion dans ce sens : le cas d’Alexandrie, étudié par Robert Ilbert, mais aussi notamment ceux de Smyrne, Tunis, Damas ou Salonique ont alimenté, pour des périodes et à des rythmes différents, la thèse de l’existence d’un modèle méditerranéen du brassage des populations. 2« Cosmopolitisme » ne signifie pas forcément « intégration » d’un groupe ethnique minoritaire à une société d’accueil dominante : plus fragile, plus éphémère, plus superficiel aussi, le mot désigne un processus que l’historien peine à cerner, faute de sources clairement identifiées.

Mort d'Ibrahim Ali à Marseille : 20 ans après, le trou de mémoire... Il s'appelait Ibrahim Ali. Il était un jeune Marseillais de 17 ans comme tant d'autres. Marseille: Mais qui bande les yeux des statues de la ville? ART Un bandeau rouge a été posé sur plusieurs statues... Publié le Mis à jour le Mots-clés statue Tout a commencé par le David. Un resto végétarien solidaire pour se réconcilier avec les légumes et les belles initiatives - France 3 Provence-Alpes. Portrait de Jade, vietnamienne aujourd'hui marseillaise, une femme dynamique qui ambitionne d'aider les gens avec des légumes !

Pas commun et terriblement efficace. Son association/restaurant, nommée"Les Ondines" est à Marseille, quartier Réformés Par Valérie Smadja Publié le 10/09/2015 | 09:53 Son association s'appelle les "Ondines", elle est située quartier Réformés à Marseille. Cameras.jpg (JPEG Image, 1867 × 1236 pixels) - Scaled (54%) [Insolite] Des terres redevenues agricoles au nord de Marseille.