background preloader

L'eau, ressource essentielle

Facebook Twitter

The Mekong river: stories from the heart of the climate crisis. La crise de l’eau illustrée en 5 graphiques. L’ONU appelle, à l’avant-veille de la journée mondiale sur l’eau, à économiser cette précieuse ressource.

La crise de l’eau illustrée en 5 graphiques

Sans quoi le monde devra faire face à un déficit hydrique de 40 % dès 2030. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martine Valo Y aura-t-il demain assez d’eau pour tous sur notre planète ? Théoriquement oui, mais il est urgent de changer « radicalement » la façon de l’utiliser et de la partager, prévient l’Organisation des Nations unies (ONU) dans son rapport annuel 2015 sur l’or bleu, qu’elle a rendu public vendredi 20 mars, à l’avant-veille de la journée mondiale de l’eau. Sinon, au rythme actuel, « le monde devra faire face à un déficit hydrique global de 40 % » dès 2030, écrivent les experts du Programme mondial des Nations unies pour l’évaluation des ressources en eau. Un stress hydrique qui touche une large partie du globe Les eaux souterraines de plus en plus surexploitées Les aquifères souterrains fournissent de l’eau potable à la moitié de la population mondiale.

L’Inde ne sait plus gérer son eau. L’eau potable est une ressource de plus en plus rare sur la planète pourtant bleue.

L’Inde ne sait plus gérer son eau

Le 20 mars 2015, c’est à New Delhi, en Inde, que l’ONU a lancé un appel pour une gestion rigoureuse de l’eau. L’Inde qui, avec la Chine, est le pays qui surexploite le plus les nappes phréatiques. L’Inde souffre d’une urbanisation incontrôlée qui attaque directement les réserves d’eau. Les villes grandissent au détriment des lacs. L’eau abondante de la mousson file à la mer et rien n’est récupéré, se désole Sushmita Sengupta, un membre du Center for Science and Environment.

Selon le World Resource Institute, le niveau de la moitié des puits en Inde baisse. La journée mondiale de l’eau, 22 mars 2015 : eau et développement durable. Journée mondiale de l'eau, 22 mars. « En cette Journée mondiale de l’eau, engageons-nous à élaborer les politiques qui garantiront un accès durable à l’eau et à l’énergie au plus grand nombre et non pas seulement à quelques privilégiés. » Eau et énergie sont des ressources étroitement liées et interdépendantes.

Journée mondiale de l'eau, 22 mars

La production et la transmission de l’énergie requiert l’utilisation de ressources en eau, en particulier pour les sources d’énergie hydroélectrique, nucléaire et thermale. Inversement, environ 8% de l'énergie globale générée est utilisée pour le pompage, le traitement et le transport de l'eau pour les usagers. En 2014, l’ONU s’intéresse avant tout à la relation entre eau et énergie, en particulier en termes d’inégalités dont souffrent majoritairement le 'milliard des plus démunis', qui habite dans des bidonvilles et zones rurales pauvres et survit sans eau potable ni nourriture suffisante ni même accès à services sanitaires et énergétiques adéquats. Rejoignez-nous et diffusez vous aussi ces messages! L’eau "bien public régional" dans un territoire transfrontalier d’Amérique centrale.

Les frontières sont souvent regardées comme des "cicatrices de l'histoire", mais les régions frontalières et transfrontalières peuvent tout autant être considérées comme des "passerelles" facilitant les processus d'intégration régionale.

L’eau "bien public régional" dans un territoire transfrontalier d’Amérique centrale

Dans ces régions toutefois, les conflits sur l'utilisation des eaux transfrontalières constituent une réelle difficulté. À travers le monde, les exemples abondent pour illustrer de tels conflits : les tensions entre Turquie, Syrie et Irak à propos du partage des eaux de l'Euphrate; ou les tensions entre le Mexique et les États-Unis pour les eaux des fleuves Colorado et Rio Grande [1]. En Amérique centrale, le cas du bassin du rio Lempa, partagé par les Républiques du Guatemala, du Honduras et de El Salvador, est certes beaucoup moins connu. L'eau, une ressource difficile à partager Face à la précarité sans cesse croissante des ressources hydriques, les conflits pour l'accès à l'eau se sont multipliés dans le monde. Source : FAO 2006, in et Conclusion.

Image à la une : eau pure, eau polluée, le Gange à Varanasi (Inde) Ablutions religieuses et séchage d’habits sur les ghâts de Varanasi Date de la prise de vue 21 novembre 2014 Auteur de l'image Perrine Vincent Localisation Shivala Ghât, Varanasi, Inde Le regard de la géographe Varanasi, dont l’existence est attestée au VIIIe siècle avant J-C, compte aujourd'hui 1.2 millions d'habitants.

Image à la une : eau pure, eau polluée, le Gange à Varanasi (Inde)

BAIKAL WITHOUT BOUNDARIES.