Le directeur de la banque du Vatican démissionne Le directeur de la banque du Vatican démissionne Le directeur de la banque du Vatican, Paolo Cipriani, et son adjoint, Massimo Tulli, ont démissionné lundi 1er juillet, a annoncé le Vatican. Ces démissions surviennent trois jours après l'arrestation d'un prélat italien lié à cette banque, l'Institut pour les œuvres de religion (IOR). Lire en édition abonnés : Le pape François lance une enquête sur la banque du Vatican
L’ex-PDG d’Enron Jeffrey Skilling, au coeur d’un énorme scandale financier au début des années 2000, va sortir de prison 10 ans plus tôt que prévu, sa peine ayant été réduite vendredi à 14 ans de détention. Cette sentence, annoncée par un juge de Houston, au Texas (sud), représente une nette diminution par rapport aux 24 ans et 4 mois de détention auxquels M. Skilling avait été condamné en 2006. Il était devenu PDG du courtier en énergie Enron début 2001. L’entreprise avait fait faillite quelques mois plus tard à cause de malversations comptables orchestrées par ses dirigeants, mettant plusieurs milliers de personnes au chômage et ruinant ses actionnaires. L'ex patron d'Enron échappe à dix ans de prison L'ex patron d'Enron échappe à dix ans de prison
PARADIS FISCAUX • Offshore leaks : un gros pétard mouillé ? Ce que nous a révélé jusqu'ici l'Offshore leaks, c'est du vent, écrit Bilan. Le magazine économique suisse s'interroge : qui est derrière cette liste et à qui profite cette opération ? "Offshore Leaks". Un beau matin d'avril, l’opération ainsi baptisée nous tombait du ciel, sous forme d’annonces coordonnées de plusieurs journaux internationaux, à grand renforts de teasers et de mises en appétit sensationnelles. On allait nous révéler les dessous du monde opaque de l’évasion fiscale internationale. PARADIS FISCAUX • Offshore leaks : un gros pétard mouillé ?
LE MAG LE MAG nvo - Dans votre livre, vous révélez des éléments extraordinaires sur les banques, mais vous dites : j’ai enquêté, démonté les scandales des circuits occultes de la finance mondiale et puis, derrière, rien. Rien ne change. Qu’en est-il ? Denis Robert - Ce n’est pas tout à fait cela.
MONDE : Crise économique : la guerre des monnaies a-t-elle débuté ?
Quand l'Europe sauve ses banques, qui paye ? Quand l'Europe sauve ses banques, qui paye ? Une enquête inédite sur les dessous des plans de sauvetage des banques européennes. 50 milliards d’euros en Grèce, 70 milliards en Irlande, 40 milliards en Espagne : au sein de la zone euro, les États se sont vus contraints les uns après les autres – moyennant des sommes astronomiques – de venir en aide aux banques pour compenser les pertes subies suite à des prêts pourris. Mais qui sont les véritables bénéficiaires de telles opérations ?
Séparation bancaire – Un projet à l’emporte-pièce qu’il est encore temps d’arrêter Séparation bancaire (1) – Un projet à l’emporte-pièce qu’il est encore temps d’arrêter Auteur : Gael Giraud (CNRS, Centre d’Economie de la Sorbonne, Ecole d’Economie de Paris, Labex REFI (Régulation Financière)) Le conseil des ministres a examiné le 19 décembre un projet de séparation des activités bancaires qui fait suite aux engagements de François Hollande pendant sa campagne. Comme nous allons le voir dans les posts suivants ce projet est insuffisant. Il est plus faible[1] que le projet que Michel Barnier est en train de préparer au niveau européen, plus faible que ce que proposent les rapports Volcker aux Usa, Vickers en Grande-Bretagne et Liikanen au niveau européen. Séparation bancaire – Un projet à l’emporte-pièce qu’il est encore temps d’arrêter
Première victoire] Propagande gouvernementale : la presse est unanime ! Première victoire] Propagande gouvernementale : la presse est unanime ! Bien sûr ce n’est qu’une première petite victoire, limitée. Mais essentielle. La presse a résisté à l’intoxication gouvernementale sur ce sujet qui semble technique (mais qui ne l’est pas). À nous de nous mobiliser pour faire bouger les choses, désormais…Je salue l’intérêt de Libération, et le travail vraiment remarquable de l’Express, de Challenges et de l’Expansion (cf encadré rouge plus bas), qui font honneur à la presse française. Bref, tout le monde a compris que le gouvernement avait cédé devant les banquiers.
130 personnalités pour la scission des grandes banques
Un remarquable documentaire - j’ai eu la chance de rencontrer longuement les auteurs en début d’année… 1/2. La grande pompe à phynances. Réalisateurs : Jean-Michel Meurice, Fabrizio Calvi. Dans ce premier volet, les auteurs remontent au fameux jeudi noir d’octobre 1929 à Wall Street, jusqu’à la libéralisation sous Reagan et Thatcher. Dans ce premier volet, les auteurs remontent au fameux jeudi noir d’octobre 1929 à Wall Street, pour montrer comment une crise boursière se transforme en crise bancaire, qui elle-même se développe en crise économique mondiale. Vidéo] Noire finance Vidéo] Noire finance
NOIRE FINANCE - La grande pompe à phynances - Arte EP01.flv
Adaptation en français de l’infographie du New York Times sur le scandale du Libor : http://www.nytimes.com/interactive/... A noter cette petite citation : « Voici que les plus grandes banques du monde volent des sommes qui auraient servi pour les dépenses de santé et de logement de tous, pour mieux en tirer des voitures de sports et des super bonus pour les déjà-riches » (Matt Taibi, Rolling Stones Magazine) En témoignent les citations très éloquentes, tirées d’échanges entre traders et employés de Barclays : Le scandale du LIBOR en images Le scandale du LIBOR en images
Démentiel : les banksters sont désormais “Trop gros pour aller en prison” ! [C’est la façade du bankster UBS à Locarno, en Suisse. Le climat et l’environnement sont infiniment plus agréables qu’à Luxembourg, mais on y pratique aussi le recel de fraude fiscale à grande échelle] On en lit des trucs sur Internet ! Souvent des trucs intéressants, d’ailleurs. Mais avec le flot effrayant de l’actu, on est saturé d’infos et on en oublie généralement très vite la plupart. Démentiel : les banksters sont désormais “Trop gros pour aller en prison” !
La France a effectivement falsifié les listes d’évadés fiscaux d'HSBC Photo Fabrice Coffrini/AFP HSBC. Un rapport de l’Office fédéral de la Police le démontre clairement 3300 noms ont été éliminés La France a effectivement falsifié les listes de Falciani. Le 23 juillet 2012, le quotidien Le Monde suggérait que «la liste des évadés fiscaux de HSBC en Suisse aurait été falsifiée». L’Agefi est aujourd’hui en mesure d’affirmer sans conditionnel que le contenu des listes a bien été modifié. Après avoir pu consulter le rapport de 17 pages de l’Office fédéral de la police, intitulé «Analyse des données électroniques» et daté 25 août 2010.
Conférence de Pierre Larrouturou: éviter le krach ultime...
LE MOMENT DU REFUS, par Zébu Ô, ce que les hommes osent faire ! Ce qu’ils sont capables de faire ! Ce qu’ils font tous les jours, sans savoir ce qu’ils font !