E-réputation et identité numérique dans un siècle L’objectif de l’article est de se projeter un siècle en avance et replacer l’identité numérique et la réputation dans un contexte futuriste et suisse. A débattre en commentaires… 4 juin 2112, Genève, Suisse. Suite aux évolutions technologiques et l’utilisation généralisée d’Internet par 99,3% de la population helvétique, la question de l’identité numérique est soulevée par l’Etat. Il souhaite contrer le lancement des cartes d’identité numérique de Foogle (nom du groupe depuis la fusion de Facebook et Google en 2041). E-réputation et identité numérique dans un siècle
Avant-propos : cet article a été rédigé par Jean-Baptiste Mac Luckie. Il porte sur une expérience menée sur le thème de l’identité numérique dans le cadre d’un Bachelor réalisé à l’Université de Glamorgan à Cardiff. N’hésitez pas à lui faire des retours en commentaires ou via son compte Twitter @jbmacluckie. Le concept d’identité numérique a été étudié sous différents angles, que ce soit d’un point de vue sémiologique, informationnel, info-communicationnel ou encore sociologique. Exploration de l’identité numérique avec des LEGO

Exploration de l’identité numérique avec des LEGO

L'importance de l'identité numérique pour les jeunes diplômés

L'importance de l'identité numérique pour les jeunes diplômés Notre débat du mois sur l’insertion professionnelle des jeunes diplômés touche à sa fin ! Aujourd’hui, nous accueillons Anthony Babkine, au sujet de l’importance de l’identité numérique. Spécialiste en stratégie digitale et e-réputation, Anthony Babkine évolue en tant que chef de projet web et enseigne parallèlement dans à l’université. Anthony a co-écrit deux ouvrages « Réussir l’organisation d’un événement » avec Adrien Rosier aux éditions Eyrolles et « Bien gérer sa réputation sur Internet.
Pouvez-vous réellement manager votre e-Réputation ? Pouvez-vous réellement manager votre e-Réputation ? J’ai eu le plaisir d’assister hier, pour la première fois, à 2 soutenances de Mémoire. 2 Etudiantes en Master RH de l’Ecole de Management de Strasbourg présentaient leurs sujets. Ils traitaient tous les 2 de près ou de loin des Médias sociaux, thématique en vogue parmi les futurs Jeunes diplômés en Ressources Humaines. En moins de 12 mois, j’ai été sollicité plus d’une quinzaine de fois par des Etudiants sur le Recrutement et les médias sociaux, l’e-Réputation, la Marque Employeur, … Que les « apprentis RH » prennent enfin conscience de l’évolution des outils est plutôt une bonne nouvelle !
Il est courant de lire : « cette entreprise a bonne ou mauvaise (e)réputation ». Proposant ainsi implicitement qu’il n’y aurait qu‘une réputation, unique et globale, une sorte de consensus entre les opinions exprimées. Mais si l’opinion publique n’existe pas, peut-il y avoir une (e)réputation globale ? Petites réflexions aujourd’hui provenant tout d’abord d’un étonnement : cette idée que l’e-réputation résulte « d’opinions communes », de la simple répétition d’avis similaires (positifs ou négatifs, si cela a un sens). L’e-réputation globale n’existe pas L’e-réputation globale n’existe pas
La guerre des identités sur Internet : ID Drama La guerre des identités sur Internet : ID Drama Poursuivons l’analyse d’Arnaud Pottier Rossi des tendances dégagées lors du forum netExplo, avec aujourd’hui le cas de l’identité numérique. Vous retrouverez la première partie consacrée au tracking ici, et la deuxième sur la transparence des données là. 3.
Vers une meilleure transparence des données Vers une meilleure transparence des données Nous entamions hier, grâce à Arnaud Pottier Rossi, un captivant compte-rendu du dernier forum NetExplo. En voici la suite, consacrée cette fois aux sites qui permettent une meilleure transparence, qu’elle concerne des institutions publiques ou privées. Devant l’obscurantisme des circuits financiers, l’éloignement entre le producteur et le consommateur, la transparence devient une valeur à la mode. Le digital n’y échappe pas, au contraire il accentue cette tendance. Les innovations digitales proposent aux individus pour améliorer ou agrémenter leur vie d’être prêt à sacrifier une partie (plus ou moins significative) de leur vie privée (Privacy).
Nous avons démonté la mécanique du nouveau contrat d'assurance d'Axa, supposé protéger l'e-réputation du bon citoyen. Une offre qui bénéficie ces jours-ci d'une forte exposition publicitaire, surfant davantage sur des peurs que sur la réalité. Et des prestations toutes relatives en cas de taches sur votre belle réputation. À l’heure où le “personal branding” s’apparente chez certains à une quête existentielle, tôt ou tard le marché de l’assurance devait s’y intéresser.

E-reputation et bénefs assurés

E-reputation et bénefs assurés
Les compagnies d'assurance se mettent à couvrir l'e-réputation Les compagnies d'assurance se mettent à couvrir l'e-réputation Réputation en ligne, usurpation d’identité, litiges marchands… En janvier, la compagnie d’assurance Axa a lancé son programme «protection familiale intégr@le», présenté comme «la première assurance contre les dangers d’Internet». Jusqu’ici cette nouvelle garantie était passée inaperçue. Mais la semaine dernière, la compagnie d'assurance a lancé une campagne promotionnelle à la télévision et sur Internet.
Depuis le 1er mars dernier, Google a décidé d’unifier ses règles de confidentialité. Cette mesure centralise les règles en matière de recueil et d’utilisation des données au sein d’un seul document, pour tous les services de Google. Cette décision est critiquée pour diverses raisons : retenons par exemple le fait que le géant américain peut recueillir des données via votre téléphone sous Android (géolocalisation, recherches…), pour ensuite vous proposer de la publicité ciblée sur votre ordinateur. Plusieurs fois, la CNIL a fait part de son inquiétude : elle reproche notamment à Google de ne pas respecter la directive européenne 95/46/CE sur la protection des données. L’organisme français avait demandé à Google de reporter l’application des nouvelles règles, sans succès. Confidentialité : la CNIL pose 69 questions à Google Confidentialité : la CNIL pose 69 questions à Google
Google a choisi le 1er mars 2012 pour mettre à jour ses règles de confidentialité. La firme de Mountain View collecte un certain nombre de données, pour des raisons diverses. Au final, le but est souvent de mieux vous connaître pour vous proposer de la publicité ciblée, selon vos habitudes de navigation, vos emails, votre géolocalisation… Si cette récolte de données peut aussi vous être utile, il est important de comprendre quelles données sont effectivement récupérées. Ce jeudi, un certain nombre de règles changent, dans un soucis d’harmonisation selon Google : l’entreprise explique qu’elle souhaite unifier ses 60 règles parfois éparpillées, en une seule page, concise, précise et abordable. La confidentialité des données Lorsque des règles sont mises en place, elle respectent en général un certain nombre de principes.

Règles de confidentialité Google : ce qu'il faut savoir

Disons-le tout de suite, les campagnes de sensibilisation aux multples « dangers de l’Internet » ne sont pas toujours une grande réussite, et à plus forte raison quand elles s’adressent aux jeunes. Souvent diabolisantes à l’extrême ou à l’inverse complètement naïves et ridicules, elles font finalement plus sourire qu’autre chose… et manquent leur cible. Pourtant, un thème comme l’identité numérique par exemple mériterait explications et conseils, sans pour autant dramatiser à l’excès. La nouvelle campagne de la CNIL, qui sera mise en place à l’occasion de la fête de l’Internet samedi 17 mars, semble faire exception à cette bien triste règle. Au lieu d’angoisser les gens, elle mise plutôt sur la réflexion et la prise de conscience des conséquences de nos actions en ligne. "Réfléchissez avant de cliquer", la nouvelle campagne de la CNIL
Le débat : l'anonymat en ligne est-il encore utile ? L'anonymat numérique est-il encore utile ? En 2012, le pseudo n'est plus vraiment à la mode : de plus en plus de blogueurs préfèrent le laisser de côté, et capitaliser sur leur nom. D’où notre question : l'anonymat sur Internet a-t-il encore une utilité voire un sens ? A-t-il encore sa place sur Internet ? Pour y répondre, nous avons invité dix experts à se pencher sur la question et à nous livrer leur vision de l’anonymat numérique. Sociologues, photographes, avocats, écrivains… tous se sont prêtés au jeu d’une courte tribune pour défendre leurs idées.

Guide pratique de l'identité numérique

Comme vous le savez déjà probablement, notre service aliaz consacré à la gestion de son identité numérique est sorti ! Si vous ne l’avez pas encore testé, c’est le moment d’aller vous créer votre carte de visite virtuelle. Pour accompagner les internautes inscrits sur le site, et avant d’autres nouveautés qui devraient arriver dans les prochains mois, nous venons de publier un guide de l’identité numérique. Car si les addicts d’Internet connaissent très bien le sujet, ce n’est pas (encore) le cas du grand public.
Privacy Score : les sites que vous consultez respectent-ils votre vie privée ? Hier, nous vous présentions une extension permettant de connaître les sites qui traquent vos activités sur Internet, Collusion. Dans la même veine, voici Privacy Score, qui indique les trackers présents sur les sites que vous visitez, et renvoie un « score de confidentialité ». Pour le moment, Privacy score n’audite que 1604 sites – les plus connus et les plus visités du monde, principalement – mais c’est déjà une bonne base de réflexion… Vous pouvez entrer le nom du site que vous souhaitez analyser sur Privacy Score, ou, plus simplement, installer l’extension disponible pour Chrome et Firefox, qui détectera automatiquement sur lequel vous êtes en train de naviguer est présent dans sa base de données, et retournera directement le score. Que contient ce score de confidentialité ? Il est en fait composée de deux éléments distincts, chacun noté sur 50.
Usurpation d'identité : smartphones et médias sociaux souvent mis en cause
Infographics: Social Media Privacy
(Vu sur le web)> Le bouche à oreille ou comment l’on fait désormais confiance à des inconnus !
Ne laissez pas les traces tracer seules leurs chemin, par Alexandre Villeneuve
Le futur de l'identité numérique ? par Véronique Rabuteau
Réputation numérique : tout n'est pas condamnable
Infographie : la bataille de la vie privée
Moi, Avatar
Vers une directive européenne sur le droit à l'oubli numérique ?
Débat du mois RegionsJob : l'identité numérique, quelle importance pour nos présences en ligne ?
Vie privée et surveillance, entretien avec Jean-Marc Manach
Identité/identités : faut il tomber dans la schizophrénie ? par Julien Pierre
Vive la Glasnost, à bas la normalitude, par Vincent Rostaing
Quels liens entre présence en ligne et recrutement ?