background preloader

Outil de curation

Facebook Twitter

Article résumer

Apple à nouveau épinglée pour les conditions de travail chez un sous-traitant chinois. Pegatron serait "pire" que Foxconn. Ce sous-traitant d'Apple, qui fabriquerait notamment les futurs produits "low-cost" de la marque à la Pomme, est sévèrement critiqué par l'ONG américaine China Labor Watch dans un rapport publié ce lundi. L'association, fondée en 2000, pointe de nombreuses irrégularités plus particulièrement trois usines du taïwanais Pegatron. Pour réaliser cette étude, l'ONG a dépêché des enquêteurs et interrogé plus de 200 personnes. 12 heures par jour sur la chaîne d'assemblage Dans celle de Riteng, à Shanghai par exemple, les ouvrier travailleraient en moyenne 12 heures par jour, six jours par semaine, pour 1,30 dollar de l'heure en moyenne, soit encore moins que le salaire de 1,62 dollar de l'heure que pratiquait un autre sous-traitant taïwanais Foxconn (Hon Hai) selon un précédent rapport.

Emploi de mineurs En outre, et toujours contrairement aux principes du géant américain, des mineurs travailleraient sur les chaînes d'assemblage. Foxconn évincé. Apple: un iPhone 5C et des conditions de travail très low-cost. Un nouveau rapport tombe bien mal pour Apple. Alors que le constructeur s’apprête mercredi à annoncer en grande pompe, à son habitude, son nouvel iPhone à bas coût, le 5C, l’ONG China Labor Watch a d’ores et déjà dénoncé sévèrement les conditions dans lesquelles il est fabriqué. Apple craignant que les nombreux scandales le liant avec son sous-traitant habituel, Foxconn, n’entachent de trop son image, a décidé d’en changer progressivement. L’iPhone 5C est donc construit par une société américaine, Jabil Circuit, mais dont les usines sont bien entendu en Chine. Le nouveau smartphone à bas coût d’Apple est ainsi assemblé dans une énorme usine de 30 000 salariés basée à Wuxi, ville industrielle de la province du Jiangsu. Et la liste des infractions au droit du travail chinois, comme au code d’éthique d’Apple, dans cette usine, est dramatiquement longue.

L’entorse au droit la plus courante concerne la durée du travail. CLW dénonce également les conditions de vie des employés. Conditions de travail dans le secteur privé. Conditions de travail : Apple ne tient pas ses promesses - Asie. Un an après, rien n’a changé. Heures supplémentaires non-payées, conditions minimales de sécurité non respectées, impossibilité de monter des syndicats... dans les ateliers asiatiques de Foxconn, sous-traitant taïwanais du géant états-unien Apple, le droit du travail est aux abonnés absents. Suite à la médiatisation des conditions de travail déplorables, rendues visibles notamment par le suicide de nombreux ouvriers chinois, Apple s’était engagé à améliorer le sort des ouvriers travaillant sur les chaînes de fabrication de l’iPhone et de l’iPad. A partir du mois de juillet 2013, tout devait rentrer dans l’ordre. Il semble que le non-respect des droits et de la dignité des travailleurs se poursuive sur les chaînes d’approvisionnement.

Les salariés des usines chinoises qui fournissent Apple continuent de faire des heures supplémentaires non payées et aucun salaire minimum n’a été mis en place, selon une enquête réalisée par le China Labor Watch, une ONG basée à New York. Conditions de travail chez Apple : un rapport brûlant. L'association China Labor Watch, basée à New York, a livré un rapport d'une soixantaine de pages sur les infractions à la législation du travail de Pegatron, sous-traitant Taïwanais d'Apple chargé de l'assemblage des iPhones et des iPads. Cette organisation de défense de travailleurs chinois a pu recenser jusqu'à 86 violations du droit du travail chinois, parmi lesquelles des heures supplémentaires abusives et parfois non rémunérées comme telles ou encore l'embauche de travailleurs mineurs. Parmi les infractions relevées, il apparait que les employés de trois sites de production appartenant à Pegatron travaillent en moyenne 66, 67 et 69 heures par semaine, et se voient ainsi imposer des heures supplémentaires obligatoires.

Ces violations sont en complète opposition avec la charte de responsabilité sociale édictée par Apple et imposée à tous ses fournisseurs, dont les manquements doivent normalement entrainer des sanctions. "Info-plus" Les fouilles dans l'entreprise. Apple : de mauvaises conditions de travail chez ses constructeurs. Apple a publié un document très intéressant : un rapport au format PDF sur les conditions de travail dans les sociétés qui sont en relation avec elle. La firme possède en effet un réseau d’entreprises et de constructeurs qui participent au développement et à la construction de toutes les machines estampillées d’une pomme. Le rapport fournit en fait un résultat d’un très large audit mené dans les sociétés concernées.

Les thèmes abordés sont très nombreux et concernent un thème central : les conditions de travail, qui regroupent aussi bien la sécurité que le confort et les « à côté ». Apple joue ici la carte de la politique de transparence. La société prend les devants en publiant ces informations, plutôt que de les laisser dans l’ombre jusqu’au jour où quelqu’un en parlera, ce qui aurait tôt fait de faire les gros titres, comme par exemple « Apple fait travailler des enfants de 15 ans ».

Vincent Hermann. Le travail bien fait, un remède contre le stress. Pour un professionnel, ce qui compte le plus c’est d’être fier de son travail. Les dirigeants qui font passer la qualité au second plan démotivent leurs équipes et provoquent du stress. Google et Apple, deux façons opposées de manager les équipes Dans la Silicon Valley, toutes les entreprises ne sont pas des start-up où l’on se surpasse joyeusement entre copains. Le style de vie et les conditions de travail chez Apple, à Cupertino, n’ont pas grand-chose à voir avec ceux de Google à Mountain View. Chez Google, tout est fait pour favoriser la créativité. La vie sur le campus est facile pour les « Googlers », qui sont nourris gratuitement (et fort bien), disposent d’un pressing, d’un coiffeur, d’un dentiste, d’un médecin, ce qui leur permet de perdre moins de temps et de travailler plus. Le management chez Apple : obéissance et discrétion Rien de tel à 15 kilomètres de là : Apple n’est pas une entreprise « cool ».

L’incroyable attrait d’Apple Ils viennent en connaissance de cause. Notes. Travailler chez Apple (fr) Apple.