background preloader

TRAITEMENT ET PREVENTION

Facebook Twitter

Cyberdépendance. Bien qu'on puisse voir de temps à autres dans des reportages télé à la limite du voyeurisme, des cas pathologiques de personnes complètement accros à leur ordinateur au point de passer leurs journées entières devant la machine sans se laver pendant des semaines, on a tendance a beaucoup sous-estimer la dépendance à l'ordinateur en France et à penser que ce n'est le problème que de quelques adolescents dépressifs jouant à des jeux massivement multijoueurs (le plus connu étant world of warcraft).

Cyberdépendance

Or, comme pour d'autres dépendances, par exemple le café, l'alcool ou la cigarette, la cyberdépendance peut s'avérer plus ou moins envahissante selon les personnes. Notons qu'il existe une grande part de subjectivité dans l'appréciation de celle-ci. Certaines personnes passeront cinq heures par jour devant leur PC et ne considéreront pas cela comme un problème, alors que d'autres, passant deux heures par jour devant la machine penseront perdre trop de temps avec elle. Aide supplémentaire. Full Metal Connect : des camps pour cyberdépendants en Asie>Uppercult. Crédit Photo : Ben Andreas Harding Par Louise Pluyaud Dans la plupart des pays asiatiques, le nombre de cyberdépendants explose chez les jeunes.

Full Metal Connect : des camps pour cyberdépendants en Asie>Uppercult

Figés devant leurs écrans, cliquant à tout va, déconnectés de la réalité, leurs comportements frisent ceux des drogués. Pour lutter contre cette addiction (parfois destructrice), les gouvernements n’hésitent plus à employer les grands moyens en créant des camps de redressement pour geeks pas très kawaii. Mais face à cette pathologie numérique, la manière forte est-elle le meilleur remède ? Quel est donc ce mal qui se répand comme une traînée de poudre à l’Est du globe ? Au Japon, 1 adolescent sur 10 est accro à internet La Chine n’est pas en reste et affiche des chiffres aussi inquiétants : 2 millions de jeunes auraient été déclarés « cyberdépendants ». Etes-vous cyberdépendant ? Guide, conseils et grille d’auto-observation (par l’Université de Montréal) Le centre de santé et de consultation psychologique de l’Université de Montréal propose des informations et un module d’accompagnement pour réfléchir et agir contre la cyberdépendance à destination des étudiants avec une semaine d’information et d’échanges sur cette thématique ayant eu lieu 2012 et de nouvelles ressources depuis la rentrée universitaire. 7 stratégies pour réduire sa dépendance au numérique En premier lieu, le CSCP rappelle tout d’abord l’existence d’une grille d’auto-observation de sa dépendance ou non à Internet (sur le site Cyberdependance.ca) pour mettre en lumière ses usages Web et aider l’internaute à cibler ses objectifs de changement.

Etes-vous cyberdépendant ? Guide, conseils et grille d’auto-observation (par l’Université de Montréal)

Cette capsule de l’Université de Montréal rappelle également 7 stratégies pour aider l’internaute à changer ses habitudes de dépendance au numérique : Guide : êtes-vous cyberdépendant ? Réalisée avec soin et visant à l’action, la brochure êtes-vous cyberdépendant ? Cyberdépendance : cinq astuces pour déconnecter. Les accros au web ont le fantasme d'ubiquité.

Cyberdépendance : cinq astuces pour déconnecter

Ils sont mariés avec leurs outils électroniques craignant de rater une information cruciale, d'être éliminés de leur réseau d'amis. L'objectif est également d'être suivis, regardés, vus. Ils sont au centre du monde au point d'en oublier leur environnement immédiat. Pourtant, certains s'interrogent sur leurs pratiques, redoutant le burn-out numérique. En 2012, l'Observatoire des modes de vie et de consommation de l'institut Ipsos révélait que 30% des Français admettent avoir " souvent envie de se déconnecter, et d'éteindre leurs appareils technologiques"(2).

Tribune : la cyberdépendance chez les jeunes. Ci-dessous, un communiqué qui nous a été transmis cette semaine.

Tribune : la cyberdépendance chez les jeunes

Une enquête réalisée sur 100 000 adolescents japonais révèle qu'utiliser Internet peut engendrer une dépendance au même titre qu'une drogue. Nicolas Oliveri, enseignant-chercheur en communication à l'IDRAC et auteur de « Cyberdépendances. Une étude comparative France-Japon » et « Les jeux vidéo : quand jouer c'est communiquer », revient sur le phénomène de l'otakisme japonais, phénomène de relation fusionnelle aux nouvelles technologies et donne sa vision de cette cyberdépendance en France chez nos jeunes et ses risques. 1. Cette enquête révèle que 8,1% des lycéens et collégiens japonais souffrent d'une dépendance à Internet, que cela soit aux échanges de messages, aux jeux ou aux autres activités en ligne et seraient incapables d'arrêter (les lycéens (9,4%), collégiens (6%), mais aussi plus les filles (9,9%) que les garçons (6,4%)).

INTERNET SANS CRAINTES. Le contexte Le programme de Serious Game 2025 ex machina est une production Tralalere réalisée avec le soutien de la Commission européenne et la participation du CNC, dans le cadre du programme Internet Sans Crainte / Safer Internet Program.

INTERNET SANS CRAINTES

Il est diffusé par Curiosphère.tv (France 5). L'épisode sur les réseaux sociaux a été parrainé par la CNIL. Pourquoi un Serious Game ? Si les adolescents possèdent en moyenne un bon niveau de connaissance technique, il apparaît qu’ils ont aussi de réelles lacunes dans l’appréciation des conséquences réelles de leurs pratiques virtuelles, en particulier sur le long terme, et sont peu réceptifs aux enseignements classiques en matière de citoyenneté. Les récentes études, notamment l’étude de l’European Schoolnet dévoilée le 5 mai 2009 au Conseil de l’Europe, soulignent le potentiel des Serious Games dans l’apprentissage de tels sujets auprès des adolescents. Ce Serious Game permet de couvrir les domaines 2, 4 et 5 du B2i pour les collèges et les lycées.

Commentaire.