Sites sur l'extrême-droite

Facebook Twitter
Depuis quelques jours, les organisateurs de la mobilisation contre la loi sur le « mariage pour tous » déclarent ne rien avoir en commun avec les « extrémistes » qui provoquent les affrontements avec la police en fin de manif, réclament l’intervention de Manuel Valls et des forces de l’ordre, et souhaitent carrément les envoyer en prison, comme l’a récemment déclaré sur Canal + leur égérie… pardon, leur porte-parole, Frigide Barjot.

REFLEXes

REFLEXes

Les mots sont importants (lmsi.net)

Alors que, depuis le début de l’année 2014, deux nouveaux suicides au travail viennent de frapper à La Poste, à Salviac puis à Noisy-le Grand, il nous parait nécessaire de recommander l’édifiante enquête consacrée par Sébastien Fontenelle à la vague de suicides qu’a connue depuis deux ans cette « entreprise » qui fut, naguère, un service public. De simples « drames personnels et familiaux », nous dit-on, dans lesquels « la dimension du travail est inexistante ou marginale ». Des accidents, en quelque sorte, (...) Les mots sont importants (lmsi.net)

Fragments sur les Temps Présents

Par Jean-Baptiste Pointel Le conseil constitutionnel possède un statut étrange dans les institutions de la Ve République. Expression type du juge politique, il n’est ni totalement un tribunal ni totalement […] Lire l’Article → Fragments sur les Temps Présents
Droite(s) extrême(s) - Blog LeMonde.fr La dissolution de l'Oeuvre française vient d'être annoncée par Manuel Valls, ministre de l'intérieur, à l'issue du conseil des ministres. C'est un événement pour l'extrême droite. Ce groupuscule fondé par Pierre Sidos en 1968 était le plus ancien encore en activité. Les Jeunesses nationalistes, la branche "jeune" de l'Oeuvre est aussi frappée de dissolution. Les pouvoirs publics qui se basent sur la loi de 1936 relative aux groupes de combat et milices privées, reprochent notamment à ce petit groupe ses positions politiques racistes et antisémites rendues publiques sur leur site internet; "le culte de personnages connus ayant collaboré avec l'Allemagne nazie", comme Pétain, Brasillach ou Degrelle; et l'organisation de camps "paramilitaires, physiques et idéologiques", ce qui apparenterait l'Oeuvre française à une "milice privée".

Droite(s) extrême(s) - Blog LeMonde.fr