background preloader

Xwise404x

Facebook Twitter

Combustible nucléaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Combustible nucléaire

Le combustible nucléaire est le produit qui, contenant des matières fissiles (uranium, plutonium…), fournit l'énergie dans le cœur d'un réacteur nucléaire en entretenant la réaction nucléaire en chaîne de fission nucléaire. Les termes combustible et combustion sont totalement inappropriés pour caractériser tant le produit que son action. En effet, la combustion est une réaction chimique d'oxydo-réduction (échange d'électrons) tandis que la "combustion" des matières radioactives provient de réactions nucléaires (fission de noyaux atomiques). Ces termes sont utilisés par analogie à la chaleur dégagée par une matière en feu. Le combustible UOX (Uranium Oxyde) est constitué par des pastilles de dioxyde d'uranium (UO2). Schéma simplifié de la filière nucléaire Fabrication du combustible nucléaire[modifier | modifier le code] Procédé[modifier | modifier le code] La gaine est close à ses extrémités par des bouchons pseudo-coniques soudés.

Réaction en chaîne (nucléaire) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Réaction en chaîne (nucléaire)

Schéma d'une réaction en chaîne de fission nucléaire 1. Un atome d' uranium-235 absorbe un neutron, et se divise en 2 nouveaux atomes (produits de fission), relâchant 3 nouveaux neutrons et de l'énergie de liaison. 2. L'un des neutrons est absorbé par un atome d'uranium-238, et ne continue pas la réaction. Un autre neutron est simplement perdu et ne continue pas la réaction. Cependant, un neutron rentre en collision avec un atome d'uranium-235, qui se divise et relâche deux neutrons et de l'énergie de liaison. 3. Dans le domaine du nucléaire, une réaction en chaîne se produit lorsqu'un neutron cause la fission d'un atome fissile produisant un plus grand nombre de neutrons qui à leur tour causent d'autres fissions. Le concept a été développé par Leó Szilárd en 1933, qui déposa un brevet l'année suivante.

La seule réaction en chaîne naturelle auto-entretenue connue a été découverte à Oklo en septembre 1972. Remarque. Radioactivité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Radioactivité

Pour les articles homonymes, voir Radio. Pictogramme signalant un risque d'irradiation. (☢) « Poudre Tho-Radia, à base de radium et thorium, selon la formule du Dr Alfred Curie... ». La radioactivité, phénomène qui fut découvert en 1896 par Henri Becquerel sur l'uranium et très vite confirmé par Marie Curie pour le radium, est un phénomène physique naturel au cours duquel des noyaux atomiques instables, dits radioisotopes, se transforment spontanément (« désintégration »), en dégageant de l'énergie sous forme de rayonnements divers, en des noyaux atomiques plus stables ayant perdu une partie de leur masse. Les rayonnements ainsi émis sont appelés, selon le cas, des rayons α, des rayons β ou des rayons γ. Les radioisotopes les plus fréquents dans les roches terrestres sont l'isotope 238 de l'uranium (238U), l'isotope 232 du thorium (232Th), et surtout l'isotope 40 du potassium (40K).

Histoire[modifier | modifier le code] Iter sort de terre en Provence. La fusion nucléaire : principe, explications, enjeux, limites, iter. Définition et catégories La fusion nucléaire dans les étoiles La « fusion nucléaire » aussi appelée « fusion thermonucléaire » est la réunion de deux noyaux atomiques légers pour former un noyau unique plus lourd et plus stable.

La fusion nucléaire : principe, explications, enjeux, limites, iter

Au cours de cette réaction de fusion, la masse du noyau produit est inférieure à la somme des masses des noyaux légers d'origine. Or, en vertu de la célèbre relation établie par Albert Einstein « E=mc2 », la différence de masse est convertie en énergie. On peut notamment observer ce phénomène de fusion au sein des étoiles dans lesquelles une énergie colossale est libérée. Nucléaire: le coût du démantèlement, au doigt mouillé. - Manifestation d'anti-nucléaire le 15 septembre 2011, sur le parvis de la cathédrale de Strasbourg.

Nucléaire: le coût du démantèlement, au doigt mouillé

REUTERS/Vincent Kessler - Bien malin qui pourrait aujourd’hui comprendre le débat sur le coût du démantèlement du parc nucléaire français. Entre les 70 milliards d’euros avancés par les écologistes et les 750 milliards estimés par la Commission Energie (installée en septembre par le gouvernement et à laquelle les ONG ont refusé de participer), il y a de quoi se perdre. Et plusieurs fois. Pour ne rien simplifier, l’Institut Montaigne a chiffré vendredi à 220 milliards d’euros le coût de l’arrêt des 58 réacteurs français à horizon 2030, mais à 124 milliards la réduction de 75% à 50% de la part du nucléaire d’ici à 2025, selon l’accord conclu entre le PS et EELV.

Publicité. Le Laser Mégajoule va simuler l'arme nucléaire. L'installation, qui ne sera opérationnelle qu'en 2014, a été inaugurée, jeudi près de Bordeaux, par Nicolas Sarkozy.

Le Laser Mégajoule va simuler l'arme nucléaire

Nicolas Sarkozy a inauguré, jeudi près de Bordeaux, le site du futur Laser Mégajoule, l'une des pièces essentielles du programme Simulation lancé en 1996 après l'arrêt des essais nucléaires sur les atolls de Mururoa et Fangataufa décidé par Jacques Chirac. Accompagné de Valérie Pécresse, ministre de la Recherche, le président de la République a visité l'imposant bâtiment de 300 mètres de long qui accueillera fin 2014, sur le site du Barp, les premières expériences de fusion nucléaire par «confinement inertiel».