background preloader

Revue de presse de rentrée M2 GDA 2018

Facebook Twitter

#archives #publics #usages #opendata #transparence #collaboratif #usagers #démocratie #histoire

Gueule d'Ange. La BNF va mettre en valeur les archives de la Cour des Comptes. La loi contre les "fake news" adoptée par l'Assemblée nationale. POLITIQUE - Protectrice ou liberticide? L'Assemblée nationale a voté dans la nuit du mardi 9 au mercredi 10 octobre en nouvelle lecture les propositions de loi controversées contre "la manipulation de l'information" en période électorale. La proposition de loi ordinaire a été adoptée par 45 voix contre 20. "Face la multiplication des tentatives de manipulation, il est urgent d'agir", a lancé la ministre de la Culture Françoise Nyssen, donnée partante du gouvernement mais bien présente dans l'hémicycle pour défendre son texte. "Tous les garde-fous ont été instaurés" et ce projet "ne restreint en rien la liberté d'expression", a-t-elle assuré alors que l'opposition et les associations de journalistes ont dénoncé un texte au mieux "inapplicable" et "inefficace", au pire "dangereux pour la liberté d'opinion".

Un conseil de déontologie de la presse à l'étude L'intervention du juge "sera encadrée. Un pouvoir d'intervention pour le CSA Une dernière navette au Sénat avant le vote final. Pour une définition négociée des archives définitives. Le projet de loi relatif à la suppression des surtranspositions des directives européennes en droit français, restreint aux seules archives publiques issues de la sélection prévue aux articles L. 212–2 à L. 212–4 du code du patrimoine en vue d’une conservation définitive, la qualification de trésors nationaux. Dans son avis, le Conseil d’Etat précise que : “La disposition envisagée met fin à l’application irréaliste du régime de contrôle de la circulation des trésors nationaux à un ensemble infini de documents susceptibles, par nature, de circuler hors des frontières internes et externes de l’Union”. La qualification de Trésor national renvoie in fine à des exigences de territorialité qui se traduisent par l’obligation de conserver les Trésors nationaux sur le territoire national.

De prime abord, cette qualification était passée inaperçue et n’avait soulevé aucun commentaire, lors de sa transposition dans le Code du patrimoine, en 2015 (article L 111–1). Beyond the Bullet Points: Bad Libraries Build Collections, Good Libraries Build Services, Great Libraries Build Communities | R. David Lankes. Here is the tweet that led to this post: “Bad Libraries build collections. Good libraries build services (of which a collection is only one). Great libraries build Communities” Due to character limits it was often re-tweed without the parenthetical: “Bad Libraries build collections.

Good libraries build services. Let’s face it, this is snappier, but it is also apparently more controversial. Before I jump all the way in here…if you are an auditory or visual type, I made a lot fo these points in this screencast: Now, back to the tweet. First, there is nothing that says that good and great libraries don’t or can’t build collections. I am reminded of this in the current debate around ebooks. If we are talking focus, what is the difference between bad libraries and good ones? There was once a debate among the faculty here at Syracuse about where we should teach collection development.

So, do good, bad, great, and ugly libraries have collections? Actualitte.com 20180920220000. La mise en archives des réactions post-attentats. Darknet : Quand un agent de la DGSI arrondit ses fins de mois en vendant des informations confidentielles. Vous n’êtes pas sans savoir que l’on peut trouver à peu près tout sur le Darknet, et notamment l’intégralité du spectre de l’illégalité. Sinon, on vous invite à lire cet excellent dossier sur le sujet rédigé par nos bons soins en 2016. Haurus, dieu de l’information Le journal Le Parisien dévoile qu’au milieu des armes, de la drogue et d’un tas d’autres joyeusetés qui donnerait une syncope à un juge d’instruction, un agent de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) aurait vendu plusieurs informations sensibles et confidentielles dans le but d’en tirer quelques deniers.

Ce policier répondait au pseudonyme d’Haurus sur le Darknet, inspiré du nom du Dieu égyptien à tête de faucon Horus. Comme le précise le quotidien français, “Haurus” s’adonnerait à cette activité d’informateur depuis une année au moins. Le téléphone pleure Pire encore, “Haurus” aurait offert aux plus offrants de géolocaliser et suivre les déplacements d’un téléphone portable. Le numérique : beaucoup de gestes pour un meilleur partage ? | Le goût de l'archive à l'ère numérique.

Le numérique : beaucoup de gestes pour un meilleur partage ? ¶ 2 Le monde des historiens et des archivistes n’échappe pas à ces interrogations, la question se pose alors de savoir si cela offre des opportunités de collaboration jusque-là inexplorées. De la constance du geste au don du geste ¶ 3 La première occasion a constitué en la mise à disposition par les services d’archives d’un matériau sous une forme différente, numérique, permettant d’expérimenter de nouveaux types d’exploitation. ¶ 4 Mais justement, comment ce matériau a-t-il pu se constituer ?

¶ 5 Tout cela a permis dès le début des années 2000 à des historiens et historiennes comme Nicole Dufournaud de mettre en œuvre et enrichir des techniques d’encodage des textes pour en améliorer l’exploration de façon méthodique. . ¶ 6 La seconde étape a consisté en une mise à disposition, cette fois-ci en ligne, d’images et de notices descriptives standardisées. Vers un meilleur partage ? Les nettoyeurs du web : modérateurs au ministère de la vérité. Arte diffuse jusqu’au 03 septembre « Les nettoyeurs du web », une plongée dans le quotidien des tâcherons du numérique qui, depuis Manille aux Philippines, décident des photos et vidéos à censurer sur nos plateformes préférées. Un documentaire piquant qui a le grand mérite de lever le voile sur les ressorts des réseaux « sociaux » et leurs effets immenses sur les démocraties.

Pour les profanes, le traitement semblera d’abord étonnant : qui se serait douté qu’une photo ou une vidéo innocemment envoyée sur Twitter fasse l’objet d’un contrôle par une personne située de l’autre côté du globe ? Qui aurait vu s’agiter frénétiquement, derrière les discours feutrés de la Silicon Valley et les promesses d’éveil d’une « communauté » liée par la technologie, des milliers de petites mains à en quête d’un téton à cacher, d’une décapitation à censurer ? « L’immoralité ne doit pas avoir sa place sur les réseaux sociaux. » A qui profite la censure ?

Un appel lancé pour recréer virtuellement le Musée national du Brésil - L'actu Médias / Net. Wikipedia se joint à l’appel aux internautes des étudiants de l’Université de Rio pour retrouver les photos des millions d’œuvres archéologiques et ethnologiques perdues dans l’incendie qui a ravagé le Musée national de Rio de Janeiro, le 2 septembre dernier. Quelques jours après l’incendie qui a ravagé le Musée national du Brésil le 2 septembre dernier, les étudiants de l’Université fédérale de Rio de Janeiro ont lancé un appel sur les réseaux sociaux afin de collecter les photos des pièces emportées par les flammes.

Emus par la disparition de la majeure partie des vingt millions d’œuvres archéologiques, ethnologiques et d’histoire naturelle présentées au Palais de Saint-Christophe, les futurs muséologues ont indiqué au journal O Globo, et traduit par Slate, qu’ils voulaient agir pour que « l’héritage ne soit pas détruit deux fois : une fois par le feu et une autre par l’oubli ». Plus de 7 000 mails ont d’ores et déjà été reçus par les organisateurs. Les archives nationales américaines transforment leur catalogue en GIFs historiques. L’Éthique en archivistique : une série de blogues sur la transparence.

Par Taylor de Klerk and Jessica Serrao, Library Associates, Special Collections Research Center, North Carolina State University LibrariesTraduit de l’anglais par Jonathan David Même s’il ne contient que sept lettres, le terme éthique est un bien grand mot, et il parait d’autant plus complexe pour quiconque qui ose s’aventurer à le définir ou de l’expliquer. Cette tâche est d’autant plus ardue lorsqu’on analyse l’utilisation de ce terme dans le milieu de l’archivistique. Et cela se complique encore lorsqu’on s’adresse au public général, qui n’a peu ou pas de repère pour comprendre qu’est-ce que l’éthique peut apporter à l’archivistique.

À la North Carolina State University (NCSU) Libraries’ Special Collections Research Center, nous croyons que cette réflexion est nécessaire, dans un souci d’établir des standards de transparence, et aussi pour guider le travail de l’archiviste. L’éthique en archivistique Comment nous protégeons votre vie privée dans nos collections spéciales WordPress: Panorama des nouveaux usages des archives audiovisuelles / E-Dossier de l’audiovisuel : L’Extension des usages de l’archive audiovisuelle. Marion Dupeyrat est en charge de la réalisation d’études sur les contenus audiovisuels et multimédia. Marion est diplômée en sciences politiques et a travaillé dans des cabinets d’études et de conseil en stratégie internet et stratégie des médias. Clément Malherbe est en charge de la coordination de projets patrimoniaux à l’international et du développement d’études en lien avec les contenus audiovisuels et multimédia. Auparavant, Clément a travaillé au CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) en tant que chargé d’études spécialisé notamment sur l’international et les nouveaux médias.

Il est titulaire d’un Master en marketing et Ventes. Dès leurs débuts, cinéma puis télévision se sont emparés des images d’archives, dont ces médias ont rapidement compris le potentiel sur le plan de la caution historique. Comment les archives audiovisuelles sont-elles utilisées, valorisées et consultées aujourd’hui ? Des usages multiples Maquette du projet « MétroPôle Images.

. « Remember Me? L’accès aux archives est-il toujours problématique. Les faits Alors que les archives relatives à la Seconde Guerre mondiale sont accessibles à tous depuis le 24 décembre dernier, une exposition aux Archives nationales, à Paris, propose aux visiteurs une réflexion sur « Le secret de l’État ». Le contexte L’accessibilité à cet outil premier pour les historiens constitue un bon indice du degré de démocratie. Restent une approche critique et un travail de recoupement indispensables menés par les chercheurs pour donner tout leur sens aux documents. La question de l’accès aux archives reste-t-elle problématique pour les chercheurs ? EAN-MARC BERLIÈRE Non, même avant le décret du 24 décembre dernier, l’accès aux archives publiques était possible à 99 %, avec une dérogation pour les archives judiciaires remontant à moins de soixante-quinze ans. SONIA COMBE Aucun État ne concède aisément l’accès aux traces de son activité. DENIS PESCHANSKI Tout dépend de la période dont on parle.

SONIA COMBE Non. Revue de presse Le Point 14 janvier 2016 Europe 1. Macron ouvre en partie les archives de la guerre d'Algérie. Public archives: more relevant today than ever. There has been a lot of noise recently about information distortion and its effects on democracy. So what better time to raise the importance of historical literacy and public archives?

In gathering and promoting primary source material, archives play an essential role in modelling literacy skills and critical thinking. In analyzing this material and producing modest, reasonable conclusions, researchers aim to understand complex issues and to engage the public in the discussion. These skills are crucial tools in a democracy. For too long archives have been hidden and archivists overlooked. Historical thinking Archives are considerably more nuanced than most people realize. As critical thinkers engaged in creating interrelated information pathways, archivists are allergic to binary thinking. What motivates archivists? For archivists, change is constant and embraced, but it is the longue durée that is measured here. Truth matters Not Orwell’s archive Archives as public institutions. Indexation collaborative : quand les institutions culturelles font appel au public pour annoter les œuvres, les documents et les archives.

La salle de lecture, hors du temps et de l’espace ? | Le goût de l'archive à l'ère numérique. La salle de lecture, hors du temps et de l’espace ? ¶ 1 Les sièges occupés des salles de lecture d’Archives le sont par des « lecteurs », souvent équipés d’ordinateurs portables quand certains ne viennent pas avec un matériel complet de photographe pour réaliser eux-mêmes leurs prises de vue. Le bruissement des pages tournées alterne avec le tapotement caractéristique des doigts sur les claviers, les lecteurs se lèvent pour prendre en photo des documents voire, quand on les laisse faire, montent sur leur chaise afin de capturer de grands formats. ¶ 2 Lors des consultations, le rapport des lecteurs aux documents a grandement évolué (que cela soit par le grand public ou pour les historiens).

Ces derniers se déplacent-ils aux Archives (venant parfois de loin) afin d’être au contact avec les documents, pour les lire ou bien les photographier ? ¶ 4 La consultation des archives serait-elle devenue une activité qui doit être rentable et rentabilisée ? Captation et appropriation Conclusion. Leaders Share National Archives’ Vision for a Digital Future.