background preloader

Seconde guerre mondiale

Facebook Twitter

EN DIRECT. Débarquement - 8 h 30 : à Omaha, les Américains tournent "comme un troupeau de bestiaux pris de panique" Le débarquement allié a commencé dans la nuit.

EN DIRECT. Débarquement - 8 h 30 : à Omaha, les Américains tournent "comme un troupeau de bestiaux pris de panique"

Après l'arrivée des parachutistes britanniques et américains, après le bombardement naval et aérien des défenses allemandes, les premières vagues de soldats, américains, ont atteint les plages de Normandie sous la mitraille (voir la première partie de notre direct). Pendant que les Britanniques, les Canadiens et les Français s'apprêtent à débarquer à leur tour sur Omaha Beach, le carnage est tel que le commandant de la force O demande l'arrêt des opérations... 8 h 40.

Sword : l'Écossais Simon Fraser, 15e Lord Lovat, débarque précédé de son joueur de cornemuse personnel, le piper Bill Millin. Débarquement : opération Fortitude ou comment les Alliés ont berné les nazis. C'est lors de la conférence de Téhéran, du 28 novembre au 2 décembre 1943, que les trois grands se réunissent afin d'aborder le sort d'une guerre qui semble bien engagée pour les Alliés.

Débarquement : opération Fortitude ou comment les Alliés ont berné les nazis

L'Allemagne reste néanmoins bien présente sur le Vieux Continent, et notamment en France, secteur qui va rapidement cristalliser toutes les attentions. En effet, les côtes françaises représentent un objectif stratégique de premier ordre que les Alliés vont s'empresser d'exploiter face à une Allemagne qui vient de subir une énorme désillusion sur le front russe. Afin de maximiser ses chances dans cette conquête du IIIe Reich, le SHAEF - l'état-major suprême de la force expéditionnaire alliée - décide de monter l'opération Bodyguard, dont le principal objectif est de dissimuler l'incursion de leurs troupes par le sud - opération Dragoon - et par le nord - opération Overlord. Fortitude South. Soixante-dix ans après : les 12 mystères du Débarquement. On croit tout savoir de l'opération Overlord, l'une des batailles les plus célèbres de l'histoire.

Soixante-dix ans après : les 12 mystères du Débarquement

Chacun se souvient de ces jeunes soldats jetés sur les plages de Normandie par une matinée grise et venteuse sous le feu meurtrier des bunkers allemands. Chacun vénère leur héroïsme et leur sacrifice, longuement célébrés par le cinéma. Pourtant, soixante-dix ans après, cette croisade de la liberté recèle encore des mystères, des zones d'ombre, des épisodes ignorés, mal connus ou volontairement occultés. Contrairement à ce qu'on pense souvent et malgré l'énormité des moyens déployés - 5.000 navires, 10.000 avions, quelque 155.000 hommes -, l'assaut du 6 juin 1944 fut à deux doigts d'échouer.

Les 177 Français du commando Kieffer. Deux auteurs racontent le débarquement côté français des «héros discrets» français qui ont payé un très lourd tribut lors de la bataille de Normandie.

Les 177 Français du commando Kieffer

Ils étaient 177 et ils sont entrés dans l'Histoire. Pourtant, personne n'a jamais beaucoup parlé du commando Kieffer, un petit groupe de fusiliers marins qui rassembla tout simplement les combattants français ayant participé au Débarquement. Sans doute considère-t-on qu'ils ne sont qu'un élément parcellaire de l'incroyable armada alliée qui franchit la Manche. Débarquement : n'oublions pas les Canadiens. "Puisque, par vous, un rameau de la vieille souche française est devenu un arbre magnifique, la France, après ces grandes douleurs, la France, après la grande victoire, saura vouloir et saura croire.

Débarquement : n'oublions pas les Canadiens

" Ce cri de détresse, adressé par le général de Gaulle aux Canadiens français le 1er août 1940, n'a pas autant marqué l'histoire que l'appel du 18 juin. Et pour cause : au moment de cette allocution radiophonique, la "société canadienne-française, profondément conservatrice, se laisse d'abord séduire par la révolution nationale proposée par le maréchal Pétain en espérant qu'elle puisse essaimer dans la province de Québec". C'est ce qu'explique au Point Frédéric Smith, historien et auteur de La France appelle votre secours. Québec et la France libre, 1940-1945. Ce n'est qu'en 1942, lorsque le Canada et les États-Unis cessent leurs relations diplomatiques avec Vichy, que la Belle Province se tourne vers De Gaulle.

Étude de marché

Le Mémorial de Caen. 6 juin 1944 : Le débarquement en Normandie. Mémorial Pégasus. Musée du débarquement ARROMANCHES. Musée du Débarquement d'Omaha Beach. Normandie Mémoire - Espace historique de la bataille de Normandie. La bataille de Normandie dura près de trois mois, c’est à dire beaucoup plus longtemps que ne l’avaient prévu les stratèges alliés.

Normandie Mémoire - Espace historique de la bataille de Normandie

Si la bataille pour l’extension de la tête de pont est gagnée en une dizaine de jours, et le port de Cherbourg conquis de haute lutte fin juin, les difficultés commencent ensuite. Juillet est le mois le plus noir pour les Alliés. Britanniques et Canadiens sont tenus en respect devant Caen par les divisions blindées allemandes. La ville n’est entièrement libérée que le 19. Pendant ce temps, les Américains piétinent dans le Cotentin, pris au piège de la guerre des haies et éprouvent les pires difficultés pour enlever Saint-Lô le 18 juillet. Quiquengrogne36 - 1er septembre 1944 les Canadiens libèrent Dieppe.