background preloader

Articles presse

Facebook Twitter

Une raison de plus de passer à la musculation : l’économie du geste ! Mais pour commencer, un peu de théorie.

Une raison de plus de passer à la musculation : l’économie du geste !

Le coût énergétique de la locomotion (CE) est défini comme la quantité d’énergie consommée par unité de distance. Il peut également être décrit comme le rapport entre le débit d’énergie consommé par unité de temps et la vitesse de déplacement. Nous pourrions donc facilement le comparer à la consommation d’essence d’une voiture sur une distance de 100 kilomètres. Cout énergétique et natation Pour la natation, la relation entre le coût énergétique de la locomotion et la performance est bien établie. Ces résultats confirment une étude préalable qui avait montré qu’un groupe de nageurs de haut niveau possédait une efficience de propulsion 36,4% plus élevée que celles de triathlètes élite. Cout énergétique et cyclisme L’analyse de la littérature révèle que le coût énergétique du pédalage constitue aussi un facteur de la performance en cyclisme. Cout énergétique et course à pied. Quelles sont les causes de l’épidémie mondiale d’obésité ?

Suite à la recrudescence des cas d’obésité dans le monde entier, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a décidé d’exhorter les gouvernements à mettre en place une taxe sur les boissons sucrées, tenues pour responsables de l’épidémie.

Quelles sont les causes de l’épidémie mondiale d’obésité ?

Étant donné que l’on observe les mêmes risques et les mêmes tendances à l’obésité dans des pays aussi divers que le Mexique et la République des Palaos, dont les habitudes alimentaires ne sont pourtant pas du tout les mêmes, l’objectif de nos travaux est de comprendre les raisons de ce phénomène. Nous avons donc mis à jour les connexions qui se sont établies entre les différentes facettes de la mondialisation (échanges culturels ou commerciaux, diffusion de la technologie, etc.) et les bouleversements planétaires qui s’opèrent au niveau des modèles sanitaires et alimentaires.

Selon une étude récente menée dans différents pays, la proportion d’adultes en surpoids ou obèses est passée de 29 % en 1980 à 37 % en 2013. Jacques Piasenta, c'est l'histoire d'un groupe. De notre envoyé spécial. à Athènes.

Jacques Piasenta, c'est l'histoire d'un groupe

QUAND on veut rejoindre le groupe de Jacques Piasenta, il faut respecter un ensemble de règles. Frédéric Rasera : «Chez les footballeurs, la souffrance psychologique est banalisée» Au cours des années 2000, le sociologue Frédéric Rasera (Photo DR), enseignant à l’université de Lyon-II, a enquêté quatre ans sur le vestiaire d’un club de Ligue 2 (il garde le nom et les dates anonymes) et compilé ses observations dans un livre, Des footballeurs au travail.

Frédéric Rasera : «Chez les footballeurs, la souffrance psychologique est banalisée»

L’imagination peut-elle remplacer l’exercice physique. Imaginez que l’imagination suffise !

L’imagination peut-elle remplacer l’exercice physique

Qu’au lieu de vous traîner péniblement au Gymnase Club, soulever des poids en ahanant, ou courir jusqu’à ce qu’un point de côté vous terrasse, il vous suffise de vous asseoir tranquillement et de penser que vous effectuez tous ces exercices, et ce, avec des résultats analogues ! Ça paraît peu crédible, bien sûr, mais il semble bien qu’il existe un véritable effet de l’imagination sur certaines de nos performances physiques, limité certes, mais jusqu’à quel point… ce n’est pas encore clair.

Un article de la revue Nautilus, intitulé « Imaginer un exercice physique peut vous rendre plus fort » (attention les articles de Nautilus ne restent pas indéfiniment gratuits) semble confirmer cette folle idée… Allez jouer dehors! Jeudi, cette grande athlète qui court toujours était conférencière devant les élèves de l'école secondaire La Découverte.

Allez jouer dehors!

Elle n'avait pas idée de la popularité de cet événement qui a accueilli exactement 1154 participants de l'école même, d'écoles de la région, dont des jeunes de niveau primaire, des adeptes de la course en général, dont plusieurs adultes. Présidente d'honneur de l'événement, Jacqueline Gareau a même participé à l'épreuve de huit kilomètres en compagnie de son bon ami Marcel Jobin. Rue89.nouvelobs. La créatine qui fait les muscles plus forts, est-elle utile ? Et sans danger ? Nommé d’après le mot grec_ kreas_, qui signifie la chair, la créatine est un dérivé d’acide aminé présent dans toutes les cellules du corps, mais il est stocké principalement dans le muscle.

La créatine qui fait les muscles plus forts, est-elle utile ? Et sans danger ?

Il joue un rôle importantdans les tissus soumis à des variations soudaines des niveaux d’énergie, comme, justement, le muscle. la créatine agit à la manière d’une forte rafale qui recharge nos cellules. La molécule déplace également l’énergie autour de la cellule, afin qu’elle puisse être générée à l’endroit où elle est nécessaire. Comme son nom l’indique, la créatine est naturellement présente dans la chair. On l’absorbe à travers une alimentation riche en poisson, viande et autres produits d’origine animale comme les produits laitiers. Un régime alimentaire contenant des produits d’origine animale peut couvrir 50 % des besoins journaliers de créatine, les autres 50 % étant produit par le corps. Pourquoi se supplémenter en créatine ? Utilisation thérapeutique de la créatine.

Le sport, un médicament contre le cancer. Faire du sport, c’est bon pour la santé.

Le sport, un médicament contre le cancer

Le message est clair. Faire du sport quand on est atteint d’un cancer a de multiples bienfaits, c’est moins connu. Une étude menée par la Cami – fédération nationale Sport & Cancer, association créé en 2000 par le cancérologue Thierry Bouillet et le karatéka Jean-Marc Descotes –, et le laboratoire Amgen, s’est penchée sur le vécu des patients et des soignants et les conditions d’accès aux activités physiques. Présentée mercredi 12 octobre, l’étude a porté sur 1 544 patients – une majorité de femmes, dont les deux tiers souffraient d’un cancer du sein. Parmi les bénéfices attendus, les patients interrogés citent en tête l’amélioration de la qualité de vie et du bien-être (99 %), des chances supplémentaires de guérir (83 %) et la réduction de la fatigue et des douleurs. Certains chiffres peuvent surprendre toutefois : 74 % des patients ont continué à pratiquer une activité physique malgré leur maladie.