Protectionisme

Facebook Twitter
"Un petit nombre d'éditorialistes ont évangélisé la profession" "Un petit nombre d'éditorialistes ont évangélisé la profession" Les délocalisations sont souvent présentées dans les médias et par les politiques comme étant la cause de la désindustrialisation de notre pays. Mais cet article paru dans Le Monde en février remet en cause cette doxa, et montre que les délocalisations ne sont pas forcément responsables de pertes d'emploi massives en France. Si les entreprises délocalisent pour avoir accès à de la main d'œuvre bon marché, elle le font aussi pour toucher de nouveaux marchés, comme l'Inde, le Brésil ou la Chine. Le sujet des délocalisations est bien plus subtil qu'il n'y parait, et c'est cette subtilité que nous allons éplucher. Sur notre plateau, Marie Coris, maître de conférence en économie à Bordeaux IV ; Benjamin Masse-Stamberger, co-auteur de l'Inévitable protectionnisme, avec Franck Dedieu et Adrien de Tricornot ; et Hervé Gibet, créateur du site La fabrique hexagonale, qui répertorie les produits fabriqués en France.
Il y a donc un bon et un mauvais protectionnisme. Le mauvais, on l’aura deviné, c’est celui de Marine Le Pen et de Jean Luc Mélenchon, le bon, celui que vante de discours à Toulon en interview dans Le Monde le président-candidat et le bras armé de sa campagne, la droite sociale. D’un côté, nous dit Laurent Wauquiez, il y aurait un protectionnisme “national” “fait de droits de douane qui enferme”, de l’autre, un protectionnisme forcément “moderne”, européen, qui “accepte le bras de fer avec les Etats-unis et la Chine”. André Gauron » Blog Archive » Le bon et le mauvais protectionnisme André Gauron » Blog Archive » Le bon et le mauvais protectionnisme
L’alternative protectionniste #1 – Déminer le débat “La fonction du Front National dans toute cette histoire ? Le Front National, je le vois dans le système. C’est le truc qui permet aux journalistes du Nouvel Observateur de dire qu’on ne peut pas parler de protectionnisme.” E. L’alternative protectionniste #1 – Déminer le débat
[video] Plébiscite pour le protectionnisme [video] Plébiscite pour le protectionnisme - L'Europe apparaît (pour 80% des sondés) comme le niveau le plus efficace pour une augmentation des droits de douane pour ces produits (pour 90% chez les sympathisants PS et UMP, 57% chez les sympathisants FN). - A la question : "quels acteurs doivent en priorité porter la question des droits de douane ?" l'Europe et les partis politiques arrivent en tête, syndicats et médias en dernier. Il y a une forte demande pour que la classe politique s'empare de ce thème étiquetté tabou par des médias qui s'y penchent peu ou alors en soulignant qu'en parler c'est "faire le jeu du FN" (quand bien même le Front de Gauche, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Pierre Chevenement, Arnaud Montebourg ou Ségolène Royal au PS et même des députés UMP, le prônent chacun à leur manière). Lors de la conférence qu'il a organisé jeudi dernier, P.Murer précise que ce sondage est le premier sur le sujet en France depuis de deux ans (bizarre dans un paysage médiatico-politique qui carbure aux sondages).
Un tabou et un totem, le rapport entre le capital et le travail (Pierre Khalfa) La profondeur de la crise actuelle remet au goût du jour le débat sur le protectionnisme. Quelles sont les causes profondes de la crise et quelles solutions avancer ? Résumons rapidement la thèse de Jacques Sapir. Protectionnisme : libres échanges Protectionnisme : libres échanges
Les lois du marché