background preloader

Ecologie

Facebook Twitter

Depuis cette nuit, la Terre vit sur ses réserves. Il aura fallu moins de huit mois à l’humanité pour consommer toutes les ressources naturelles renouvelables que la planète peut produire en un an, selon le Global Footprint Network. L’humanité vit désormais au-dessus de ses moyens. En moins de huit mois, elle a déjà consommé toutes les ressources naturelles renouvelables que la planète peut produire en un an. L’organisation non gouvernementale Global Footprint Network réalise ce calcul depuis une vingtaine d’années. Grâce à des données fournies par les Nations unies, elle compare l’empreinte écologique, qui mesure l’exploitation des ressources naturelles de la Terre par l’homme, avec la biocapacité de la planète, c’est-à-dire sa capacité à régénérer ses ressources et absorber les déchets, comme les émissions de gaz à effet de serre.

L’ONG détermine ainsi le jour de l’année où l’empreinte écologique dépasse la biocapacité. Pour 2015, ce « jour de dépassement » est le 13 août. « Cercle vicieux » Prise de conscience Nathalie Picard. A Loos-en-Gohelle, la transition verte au pays des gueules noires. La troisième révolution industrielle dans le Nord : “Nous prenons des risques, mais bien moins que si l’on ne faisait rien” Lille, octobre 2013. Au terme de près d’un an de travaux, en collaboration avec des experts locaux, l’économiste américain Jeremy Rifkin, brandit un document de 200 pages devant un parterre d’entrepreneurs et d’industriels du Nord–Pas-de-Calais au forum mondial de l’économie responsable : le “masterplan” pour la troisième révolution industrielle (TRI). Basée sur les préceptes de l’économiste, cette feuille de route entend amener un renouveau industriel et établir une économie décarbonée dans la région.

A l'horizon 2050, le Nord-Pas-de-Calais devra avoir réduit de 60 % sa consommation énergétique et diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre, notamment. Lire : L'économiste Jeremy Rifkin veut faire du Nord-Pas-de-Calais la région pilote de la transition énergétique d'ici à 2050 250 projets labellisés “troisième révolution industrielle” Pollution : chaque année, un coût de 101,3 milliards d’euros à la France. Une commission d’enquête du Sénat donne pour la première fois une évaluation de la charge économique et financière de la mauvaise qualité de l’air. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout La pollution de l’air en France coûte chaque année 101,3 milliards d’euros. Deux fois plus que le tabac (47 milliards d’euros). La commission d’enquête sénatoriale, présidée par le sénateur (Les Républicains) de Meurthe-et-Moselle Jean-François Husson, a rendu publique, mercredi 15 juillet, son estimation de la charge financière globale de la mauvaise qualité de l’air.

L’évaluation inédite intègre non seulement les dommages sanitaires de la pollution, mais également ses conséquences sur les bâtiments, les écosystèmes et l’agriculture. Après la publication du document, la ministre de l'écologie Ségolène Royal a promis des « mesures extrêmement fermes » dès « la semaine prochaine ». « Je vais rendre publiques les décisions que l'Etat va prendre.

. « Anomalie de la France » sur le diesel. La sixième extinction animale de masse est en cours. Selon des experts de trois universités américaines, jamais la planète n'a perdu ses espèces animales à un rythme aussi effréné, depuis l'extinction des dinosaures. Et les humains feront probablement partie des espèces qui disparaîtront.

Les espèces animales disparaissent environ cent fois plus rapidement que par le passé. Les estimations les plus optimistes montrent que la faune de la Terre est en train de subir sa sixième extinction de masse, selon une étude publiée vendredi 19 juin par des experts des universités américaines de Stanford, de Princeton et de Berkeley, notamment. Jamais, selon eux, la planète n'a perdu ses espèces animales à un rythme aussi effréné que depuis la dernière extinction de masse, il y a 66 millions d'années, celle des dinosaures.

Leur étude, publiée dans le journal Science Advances, « montre sans aucun doute possible que nous entrons dans la sixième grande extinction de masse », a affirmé Paul Ehrlich, professeur de biologie à Stanford. Fourchette basse. Stéphane Le Foll demande la création d’un label « Miel de France » Le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, s’est dit vendredi 19 juin favorable à la création d’un label « Miel de France ». Le ministre qui s’exprimait sur France Bleu Provence avant d’inaugurer dans l’après-midi une maison de l’apidologie (recherche sur les abeilles) dans le Var, a aussi annoncé la prochaine mise en place de mesures pour améliorer la « qualité sanitaire des essaims » et « organiser la production d’essaims et de reines en France ».

Il a également plaidé la réduction de l’utilisation des phytosanitaires. « Il y a un effort supplémentaire à faire, on est en train de le mettre en place avec [un] plan Ecophyto II pour réorganiser les choses et faire en sorte qu’on soit en capacité de préserver les abeilles », a-t-il ajouté. Les apiculteurs demandent l’interdiction totale des insecticides néonicotinoïdes, visés par un moratoire partiel au niveau européen. La Commission européenne est en train de faire le bilan de cette mesure appliquée depuis deux ans.

Comment Paris veut protéger les abeilles. La capitale abrite 600 ruches et doit ratifier, samedi, la charte de l’Abeille, à l’occasion des Apidays, la fête nationale des butineuses. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martine Valo Les villes, avec leurs rues embouteillées mais aussi leurs jardinières bien garnies et leurs avenues bordées de platanes, constituent désormais une sorte d’eldorado paradoxal pour des abeilles. Elles sont en effet à la peine dans les campagnes où règnent de monotones et mortelles monocultures. Paris a décidé de prendre le parti de l’insecte emblématique en ratifiant, le samedi 20 juin, la charte « L’Abeille, sentinelle de l’environnement ».

Rédigé par l’Union nationale de l’apiculture française (UNAF), ce texte stipule en substance que le signataire s’engage à proscrire produits toxiques, pesticides, OGM, à soutenir et faire connaître butineuse et apiculture. 600 ruches dans la capitale La capitale n’est pas peu fière de dévoiler son caractère « bee-friendly ». 20 000 arbres supplémentaires d’ici à 2020. L'Union européenne autorise l'importation et la commercialisation de 17 OGM. L'essentiel Dix-sept OGM destinés à l'alimentation humaine ou animale ont obtenu une autorisation d'importation et de commercialisation dans l'Union européenne.Un projet de réforme prévoit que les Etats pourront interdire de manière individuelle leur utilisation sur leur territoire.Dix-neuf Etats européens, dont la France, s'opposent aux cultures OGM.

La Commission européenne a autorisé, vendredi 24 avril, l'importation et la commercialisation de dix-sept OGM destinés à l'alimentation humaine ou animale et deux œillets génétiquement modifiés. L'autorisation, qui prend effet immédiatement, vaudra pour dix ans. Les Etats membres pourront toutefois interdire leur utilisation sur leur territoire, selon une réforme présentée mercredi. Onze produits appartiennent à la multinationale américaine Monsanto. Lire aussi : La culture des OGM facilitée dans l'Union européenne La Commission précise que les autorisations concernent les produits suivants : A celles-ci s'ajoutent 7 renouvellements : Abeilles et bourdons sont irrésistiblement attirés par les pesticides qui les tuent. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Plus une semaine ne passe sans que de nouvelles pierres soient déposées dans le jardin des néonicotinoïdes, ces insecticides suspectés d’être un élément déterminant dans le déclin récent des abeilles domestiques, des insectes pollinisateurs et des oiseaux.

Après la publication, début avril, d’un rapport des académies des sciences européennes critiquant sévèrement les « impacts négatifs sévères » de ces molécules sur l’environnement, la revue Nature publie, jeudi 23 avril, deux nouvelles études qui assombrissent encore le bilan de ces pesticides introduits sur le marché au milieu des années 1990. Lire aussi : Etats-Unis : premières mesures contre les pesticides tueurs d’abeilles Effets sur le système nerveux central Ces nouveaux travaux sont publiés alors que la Commission européenne doit réexaminer, fin 2015, le moratoire mis en place en décembre 2013 sur certains usages de trois néonicotinoïdes Avec quelles conséquences ?

Cinq pesticides classés cancérogènes « probables » ou « possibles » par l'IARC. Les perturbateurs endocriniens coûtent plus de 150 milliards d’euros par an à l’Europe. Une série d’études chiffrent à 1,23 % du PIB européen le coût économique de l’exposition aux produits chimiques. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Obésité, diabète, troubles de la fertilité et neuro-comportementaux : la part de ces maladies et troubles chroniques attribuable aux perturbateurs endocriniens (PE) coûtent chaque année à l’Union européenne plus de 157 milliards d’euros, soit environ 1,23 % du produit intérieur brut (PIB) de l’Union.

Frappante, cette estimation est le principal résultat d’une série d’études conduites par une vingtaine de chercheurs américains et européens, à paraître dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism et qui devaient être présentées à San Diego (Californie), jeudi 5 mars, au congrès annuel de l’Endocrine Society – la principale société savante dévolue à l’endocrinologie. Substances problématiques Selon les résultats présentés, les substances les plus problématiques sont les pesticides organophosphorés et organochlorés.

Agriculteur, il préserve l'eau… et perd ses subventions ! Quel est le point commun entre un viticulteur qui refuse de traiter ses vignes et un maraîcher qui arrête d’irriguer ? Un passage par la case tribunal. Le premier, Emmanuel Giboulot, s’est retrouvé en infraction pour avoir refusé l’usage préventif de pesticides. Le second, Benoît Biteau, exploitant d’une ferme bio et ecocitoyenne à Sablonceaux (Charente-Maritime), a décidé d’attaquer en justice après s’être vu privé de subventions versées dans le cadre de la politique agricole commune (PAC). Sans raisons apparentes, sa démarche de désirrigation, pourtant exemplaire en matière de préservation des ressources, ne serait pas compatible avec les aides européennes à l’agriculture bio. Terra eco : Vous dites qu’arrêter d’irriguer vous fait perdre de l’argent. Benoît Biteau : Difficile à dire.

Justement, pourquoi faire le choix de moins irriguer ? Cette volonté s’inscrit dans une démarche globale. Toucheriez-vous plus de subventions si vous aviez continué à cultiver du maïs en intensif ? La culture des OGM autorisée dans l'Union européenne. Ergué-Gabéric. (VIDEO) Bolloré : extension de l’usine Bluetram en avril 2015. Six tramways sont actuellement en fabrication. Le rythme de production est d'un véhicule par semaine. Par Matthieu Gain et Adèle Le Berre Au même moment, un dernier hommage au dessinateur Charb, décédé mercredi 7 janvier dans les attentats contre Charlie Hebdo, était rendu à Pontoise.

Le Premier ministre Manuel Valls a pourtant honoré son déplacement à Ergué-Gabéric, près de Quimper, pour l’inauguration de l’usine Bolloré Bluetram. La technologie des supercapacités Deux prototypes ont pour l’heure été produits. 25 km d’une ligne de tram classique coûte en moyenne 300 millions d’euros contre 30 millions d’euros pour une ligne Bluetram. Ces tramways fonctionnent grâce à 30 modules de 20 supercapacités. Le coût d’installation de ces rames sans caténaire ni rail est aussi leur gros atout. Extension de l’usine et 20 millions d’euros d’investissement L’usine Bluetram emploie actuellement 50 salariés dans un bâtiment flambant neuf, inauguré vendredi 16 janvier par Manuel Valls. Voici notre vidéo : La planète a atteint ses limites. Climat, biodiversité, déforestation, cycle des nutriments : l’humanité a franchi les seuils de risque, selon une équipe de chercheurs internationaux.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Réchauffement climatique, érosion de la biodiversité, perte de nutriments agricoles… jusqu’à quel point l’humanité peut-elle modifier son environnement sans risquer d’importants désagréments ? C’est en cherchant à répondre à cette question qu’une équipe de chercheurs internationaux a forgé, en 2009 dans Nature, la notion de « limite planétaire ». Leurs travaux, qui font date, identifiaient les seuils limite à ne pas franchir pour éviter que « le système Terre ne bascule dans un état très différent [de l’actuel], probablement bien moins favorable au développement des sociétés humaines ».

Vendredi 16 janvier, dans la revue Science, la même équipe publie une mise à jour de cette étude et identifie quatre limites déjà franchies ou en cours de dépassement. Changement climatique Flux de phosphore. Lutte conte les algues vertes, l'Etat débouté en appel. Vu d’ailleurs #6: « nos déchets ont de la valeur »

Photo: Camille Drouet Alors que la quantité croissante de déchets produite dans le monde pose problème, des entrepreneurs font de nos ordures leur matière première relate notre partenaire Courrier International. Tous les ans, chaque Français laisse derrière lui 536 kilos de déchets. Dans le monde, le total se monte à près de quatre milliards de tonnes dont 80% terminent dans les incinérateurs, les décharges ou les eaux usées. Avec une population mondiale qui devrait atteindre les 9,6 milliards d’individus d’ici à 2050, "la planète ne sera pas en mesure de fournir toutes les ressources dont nous avons besoin", prévient le Forum économique mondial.

"Il nous faut donc apprendre à gérer nos ressources différemment". Aux quatre coins du monde, des entrepreneurs ont décidé de transformer ce que nous jetons en matière première ou en énergie. Dans le monde, on estime à 4000 milliards le nombre de kilos de déchets produits chaque année - Photo: D'arcy Norman Un succès fort de café.

Les produits de saison. L'Europe a perdu plus de 400 millions d'oiseaux en 30 ans. La gestion actuelle de l'environnement apparaît incapable d'enrayer l'hécatombe de nombreuses espèces récemment encore communes, selon une étude d'« Ecology Letters ». C'est une hécatombe : avec 421 millions d'oiseaux de moins en trente ans, la gestion actuelle de l'environnement en Europe apparaît incapable d'enrayer la disparition de nombreuses espèces récemment encore considérées comme communes, révèle une étude publiée, lundi 3 novembre, par le journal scientifique Ecology Letters, qui critique les méthodes modernes d'agriculture et la disparition de l'habitat. A l'inverse du déclin, allant jusqu'à 90 %, enregistré chez des espèces aussi communes que la perdrix grise, l'alouette des champs, le moineau et l'étourneau, on note pendant la même période l'amélioration des effectifs de certaines espèces rares d'oiseaux grâce à des mesures de conservation, selon l'étude. « C'est un avertissement qui vaut pour toute la faune européenne.

Des rayons "zéro gâchis" dans les grandes surfaces françaises. La fin du gaspillage alimentaire dans les grandes surfaces ? L'éolien citoyen anecdotique en France, moteur en Allemagne. Par Marion Douet BÉGANNE Morbihan (Reuters) - Les habitants de la région de Béganne, sur une colline de Bretagne exposée au vent, ont réussi à rassembler plus de 2 millions d'euros pour dresser enfin leurs éoliennes, après dix années d'embûches bancaires, tarifaires et administratives. Les pales des quatre moulins à vent ont commencé à tourner mi-juin, produisant une électricité qui rapportera bientôt des dividendes aux 1.000 citoyens qui ont pris part à ce projet pionnier en France mais très commun en Allemagne, où plus de 50% des parcs éoliens appartiennent en majorité à des particuliers. "Très vite, on a vu qu'on était des pionniers et qu'on allait essuyer les plâtres", résume Michel Leclercq, l'un des fondateurs, fier de conseiller désormais les projets similaires actuellement à l'étude en France.

Leurs motivations sont variées, mêlant engagement local, militantisme écologiste et investissement éthique, sans pour autant bouder les dividendes. (Edité par Yves Clarisse) 88 % de la surface des océans contaminée par du plastique. Pourquoi le gouvernement veut agir contre les pesticides. Les députés veulent interdire les sacs plastique à usage unique. Demain le film présenté par Cyril & Mélanie. Le coût de l’exposition aux perturbateurs endocriniens se chiffre en milliards. Les Français sont-ils sortis de l'hyperconsommation ?

Comment San Francisco s'approche du « zéro déchet » Treat the Treaty. Déclin des abeilles : les mots qui fâchent. Allan Savory: Comment transformer nos déserts en prairies et inverser le changement climatique. Comment la pollution de l'air aggrave les allergies au pollen. Fukushima, un désastre illimité. En prison pour avoir refusé de polluer ! Les pesticides interdits dans les espaces verts et les jardins. Explosion de l'asthme : et si la cause était dans nos assiettes ? Alexandre Castel vend du soleil aux Africains. Vers une économie de maraîchers. La bûche Kali fait des étincelles. La vigne sur le pied de guerre. Pollution de l’air : les solutions que la France refuse d’adopter. Gaspillage alimentaire.

Dans la Drôme, des bataillons d'insectes pour remplacer les pesticides. Le plastique en voie d’interdiction dans les décharges européennes. L'exposition aux phtalates augmente le risque de naissance prématurée. Change. Le tabac et les abeilles. Les perturbateurs endocriniens au cœur d'un scandale européen. Le méthane agricole, un nouvel agro-business ? "Situation d'urgence" à Fukushima, alors que l'eau radioactive se déverse dans l'océan. Pesticides : les preuves du danger s'accumulent. 550 sites sont pollués aux PCB en France. L'agroécologie est-elle l'avenir de l'agriculture française ? Quand la panne est programmée par le fabricant.

Cinq idées originales pour jardiner sa ville. Le B.A.BA d’une vie sans plastique et sans BPA. Le stockage de l'eau contaminée de Fukushima de plus en plus problématique. Canibal: le recyclage ludique with subtitles. Abeilles : des députés britanniques demandent l'interdiction de pesticides. Abeilles : la faillite de l'évaluation des pesticides. Les deux tiers des arbres menacés de dépérissement.