background preloader

Sexisme

Facebook Twitter

La non violence est patriarcale version integrale. Les-meres-des-feministes-de-seconde-zone. Il y a quelques jours, un article d’Isabelle Alonso, écrit par Agnès Ledig, une sage-femme, a fait le tour de réseaux sociaux, suscitant indignations et questionnements. Celle-ci décrivait une pratique apparemment répandue après un accouchement appelée « le point du mari ». Concrètement, la manœuvre consiste « lors de la suture d‘un périnée déchiré, ou d‘une épisiotomie, à faire un dernier point supplémentaire pour resserrer l‘entrée du vagin, et permettre, lors de l‘intromission de Monsieur, un plaisir accentué. Pour lui. ». J’ai lu beaucoup de témoignages à ce sujet sur les forums, lorsque j’étais enceinte de mon premier enfant mais n’ai pas réussi à trouver de sources plus « officielles », provenant de médecins ou d’études scientifiques.

La pratique me révolte bien sûr mais ne m’étonne malheureusement pas plus que cela au regard du peu de place accordée au libre choix des femmes lors d’un accouchement. Je pense que l’on peut apporter plusieurs réponses à cette question. Inégalités H/F. Toutes des salopes, ou le mythe du mec trop gentil.

Je vais vous raconter une histoire que vous connaissez déjà. Comme vous la connaissez déjà, pour la rendre un peu plus intéressante, et aussi parce que j’ai faim, les protagoniste auront des noms de fruits. Il était une fois un garçon qui s’appelait Poire. Poire fréquentait des filles. On lui avait appris qu’il fallait être gentil avec les filles, et Poire était de toutes façons quelqu’un de gentil. Il n’y avait pas besoin de le lui dire deux fois. Le voisin de Poire s’appelait Melon. Et pourtant, Poire enviait un peu Melon. Melon, lui, avait plein de copines, alors qu’il ne faisait rien comme il fallait. Poire ne comprenait pas pourquoi les filles aiment les salauds. Non, toujours pas. Toutes des salopes, Ou le mythe du mec trop gentil Je vous laisse deviner la suite de l’histoire. Alors, est-ce que les mecs sont trop gentils?

Question métaphysique numéro un: peut-on être trop gentil? Mais au fait, qu’est-ce la gentillesse? Cette histoire, vous la connaissez surement. Que veut Poire? Violences faites aux femmes. Sexisme, Féminisme et Gauche. Le Consentement. La plupart de ces questions proviennent d’un texte que vous pourrez trouver en version originale sur : Une première version traduite en français a été éditée je ne sais pas quand et par je ne sais pas qui. Voici une deuxième version traduite, revue et augmentée par nos soins en mars 2009.

La mise en page A5 de cette édition a été revue et corrigée en mai 2011. Le but de ces questions est d’élaborer une réflexion sur les interactions sexuelles et la notion de consentement. 100 questions sur les interactions sexuelles 01_Comment définis-tu le consentement ? 02_Penses-tu que le consentement c’est de ne pas dire non ? 03_Penses-tu que le consentement c’est de dire oui ? 04_As-tu déjà parlé de consentement avec ton/ta partenaire ou avec des ami-e-s ? 05_As-tu des déjà eu des relations avec des personnes qui définissent le consentement différemment de toi ? 07_Comment définis-tu la sexualité ? 08_Quelles limites poses-tu pour chacune de ces notions ? Anonyme. Le "Slut Shaming". Cet article est une contribution de Thomas, merci à lui.

Pour contribuer à ce blog, vous pouvez envoyer une proposition d’article à l’adresse cafaitgenre[at]gmail.com. [Les réactions violentes subies par une amie proche qui aurait eu une attitude « malsaine » et « dévergondée » à l’égard des hommes (c’est-à-dire une attitude séductrice et entreprenante tout à fait banale pour un homme, mais qui ne peut être que « malsaine » et « dévergondée » pour une femme…) m’ont inspiré cet article sur la question du « slut shaming ». Cet article ne prétend ni à l’exhaustivité ni à l’objectivité : j’ai simplement essayé de faire un compte-rendu critique de quelque chose que je ne vis pas, mais qui m’a beaucoup énervé de l’extérieur.] « Slut shaming » est une expression anglaise, formée à partir de « slut » (« salope ») et « shame » (« honte »). Une traduction approximative pourrait être « stigmatisation des salopes ». Le terme de « salope » peut n’être pas employé de façon aussi directe. . « Salut !

L'IVG en France : un véritable parcours d'obstacles pour des femmes souvent isolées. Ça commence dans une cuisine. Les cinq femmes tiennent à peine autour de la table blanche, entre l’évier et le buffet. Difficile de bouger. De toute façon, aucune n’a envie de retirer son blouson. Au 1er étage d’une tour de la porte d’Ivry, au-dessus d’un centre commercial, quelques studios donnant sur un même couloir abritent l’un des trois centres du Planning familial de Paris. Une lycéenne blonde force un sourire mutique quand l’animatrice lui demande de se présenter. Une étudiante de 19 ans, que sa soeur a accompagnée, se concentre sur un ciel sans aspérités.

Leïla, à peine majeure, est la plus tendue. Premier obstacle : l’accès à l’information Chaque année en France, 220 000 femmes ont recours à l’IVG (interruption volontaire de grossesse) [2]. Premier obstacle : l’accès à l’information. . « Je ne veux pas en parler à mon mec, ni à personne » La grossesse débute donc dans ce flou – « C’était quand exactement ? Les anti-avortements avancent masqués ivg.gouv.fr ou ivg.net ? Elsa Fayner.

La virginité en question | Peuvent-ils souffrir ? La virginité, c’est toute une histoire. Elle représente beaucoup de choses différentes selon les sociétés.Mais est-ce qu’on n’en fait pas toute une montagne pour pas grand chose au final ? Pas dans le sens où il faudrait se désintéresser de la question du début de la vie sexuelle, mais dans le sens où nous baignons dans un environnement plein d’idées reçues plutôt que d’informations Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir aborde un point intéressant concernant notre vision du corps féminin, des rapports sexuels et il me semble qu’il est important d’y réfléchir pour soi-même mais aussi par rapport à l’éducation de nos enfants. Si certaines cultures redoutent la virginité avant le mariage, en Occident quel que soit notre parcours, nous avons tou-te-s entendu qu’il faudrait la considérer comme un trésor à chérir et à ne pas brader au premier venu.

L’obsession de la virginité comme étant une qualité intrinsèque mais fragile de la femme pose de gros problèmes. 1. Like this: J'aime chargement… Brochure « Je ne veux plus être un violeur » | Un traître... A télécharger ici. L’auteur J’ai été identifié comme un garçon à la naissance, et élevé comme tel. J’ai donc grandi du bon côté du système d’oppression sexiste. Et de la plupart des autres systèmes d’oppression, d’ailleurs. Ces témoignages se veulent participer à l’avènement d’une culture du consentement. Le consentement À l’époque de ces récits, personne ne m’avait bien expliqué ce qu’était le consentement. J’ai compris plus tard : désir mutuel, plaisir mutuel. Pour que ça puisse exister, il faut donc avoir envie ensemble. J’ai compris trop tard. Une agression sexuelle Ma première relation de couple. Je ne me souviens plus de ce que j’ai répondu. Comprendre Se réunir un week-end avec trois autres amis garçons.

Combien d’abus qu’on n’identifie que bien plus tard ? Un viol Une relation de couple. Je ne me souviens plus de la suite. Se parler Les représentations que l’on nous donne du sexe sont souvent silencieuses. On n’est pas obligé de tout verbaliser. Je peux te caresser le téton ? Stratégies.