Poésie / Poèmes

Facebook Twitter
En réponse à l'article de Jacques Roubaud sur la poési En réponse à l'article de Jacques Roubaud sur la poési L'orgueil du poème par Dominique Dou "Malheur à vous qui avez abordé mon coeur sous un mauvais angle." Lisant l'article de Jacques Roubaud dans le numéro de janvier du Monde diplomatique et lisant la même semaine (ce serait un hasard) "Le monde est sans objet" de Vadim Kosovoï, je tombe sur ces deux vers qu'il cite de Velimir Khlebnikov et, ma foi, ils me semblent résumer l'effet que l'article me fait. Car, vrai, J. Roubaud fait des vers et même des sonnets et il est publié et chez Gallimard, il compte, il rime et en public ce me semble une fois par mois et dans la Très Grande Bibliothèque - de quoi se plaint-il?
Théologie négative : Savoyard de la Tribune Vers le milieu du vingtième siècle, la poésie française a adopté une philosophie qui s’est peu à peu imposée: ce que le célèbre poète Yves Bonnefoy nomme une théologie négative. Elle est liée, je crois, à ce qu’énonce Jean-Paul Sartre dans L’Être et le néant, selon quoi l’esprit est pur néant, face à la matière brute, qui relève de l’Existence. Les élans mystiques des poètes, dès lors, devaient s’orienter vers ce pur néant, un néant indescriptible au sein duquel toute image était forcément trompeuse, et c’est ainsi, me semble-t-il, que la poésie moderne a commencé à rejeter l’imagerie glorieuse du romantisme et du symbolisme. Notre ami Jean-Noël Cuénod, qui est poète, est l’héritier de cette tradition, même s’il a fondé son rejet de l’image sur Calvin - citoyenneté genevoise oblige. Théologie négative : Savoyard de la Tribune
Les Prix du Québec - le lauréat Pierre Nepveu