background preloader

Varax

Facebook Twitter

Veille

Le début de la fin pour le logiciel propriétaire ? Les partisans du logiciel libre sont-ils sur le point de gagner leur combat ? Bien qu'il soit encore trop tôt pour le dire, ils ont en tout cas réussi à replacer le sujet au cœur des débats sur le projet de loi numérique d'Axelle Lemaire, examiné par l'Assemblée nationale à partir de ce mardi. Contrairement aux logiciels dits propriétaires comme la suite Office de Microsoft ou le Mac OS d'Apple, le code source des logiciels libres est ouvert (on parle d'open source). Ce qui permet à chacun de s'en emparer pour l'examiner dans le détail et l'améliorer en permanence. Cette transparence le protège aussi des intrusions malveillantes. Même si la promotion du logiciel libre faisait partie de la stratégie numérique du gouvernement dévoilée l'été dernier, la loi numérique d'Axelle Lemaire n'était pas censée légiférer sur le sujet.

Ainsi, la première version de la loi numérique d'Axelle Lemaire n'abordait pas du tout le sujet. L'offensive de Delphine Batho Clap de fin ? Enjeu de souveraineté. Qu’est-ce qu’un logiciel libre ? Infographie. L’EPN Cyber-base de la médiathèque Antoine de Saint-Exupéry de Rochechouart (Haute-Vienne) consacre un article ressource les logiciels libres incontournables a l’occasion d’une animation qui s’est tenue dans le lieu le 21 mars 2012 dans le cadre de la Fête de l’Internet.

Infographie sur les logiciels libres et sélection d’applications open source sont au rendez-vous. Les logiciels libres à posséder : un document ressource de l’EPN de la médiathèque de Rochechouart L’infographie carte conceptuelle du logiciel libre (extraite de la bibliothèque Wikimédia Commons) explicite ce que recouvre concrètement et visuellement la notion de logiciel libre (4 libertés) ainsi que la communauté d’utilisateurs et le soutien apporté à l’écosystème des applications open source en France et dans le monde. Infographie : un logiciel libre, c’est quoi ? Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : Limousin Tags: cartographie, fiche pratique, logiciel libre. Les logiciels libres dans l'entreprise. Réservés hier aux initiés, les logiciels libres sont aujourd'hui accessibles à toutes les entreprises et à tous les entrepreneurs, même s’ils ne sont pas informaticiens. Découvrez les applications existantes, mais avant de vous lancer dans le tout libre, prenez conscience des avantages et des inconvénients de cette solution.

Les logiciels libres s'opposent aux logiciels commerciaux, appelés aussi propriétaires ou fermés, dominés par Microsoft. Particularité des logiciels libres : les utilisateurs sont libres de télécharger, copier, étudier, modifier, améliorer le logiciel. Attention, les logiciels libres et les logiciels open source, même s'ils ont une définition très proche, ne sont pas synonymes. Découvrez ce qui les différencie dans cet article. Les avantages L'argument principal est bien sûr la gratuité de la grande majorité des logiciels libres. Par définition, les logiciels libres sont téléchargeables en toute légalité. Les inconvénients Les applications Téléchargement et utilisation.

Licence GNU GPL : Free rentre enfin dans les clous, en toute confidentialité - ZDNet. Free aura longtemps traîné des pieds face aux réclamations d’auteurs de logiciels libres, portées en France par la FSF, la Free Software Fondation. L’affaire remonte en effet à 2004. Elle a connu plusieurs rebondissements. Le débat repose sur l’utilisation de plusieurs logiciels (Iptables et BusyBox) sous licence GPL v2 dans la Freebox, louée par Free à ses abonnés. Pour la FSF, le FAI violait la licence en manquant au devoir d'information et d'accès aux sources. Un désaccord qui durait depuis 2004 Des accusations évacuées par Xavier Niel lui-même, qui en 2006 affirmait que la GPL v2 était parfaitement respectée, sans aucune ambiguïté ou doute.

Un argument balayé par le président de la FSF France, Loïc Dachary. « Les obligations de la GPL sont liées à la distribution des logiciels, que l’on en fasse commerce ou non, expliquait-il en 2006. « Le fait que Free ne vende pas son terminal ne change donc rien à ses obligations ». Le protocole répond (en grande partie) aux attentes de la FSF. La brevetabilité des logiciels et des méthodes commerciales pour l'internet. Citation : Caprioli & Associés, La brevetabilité des logiciels et des méthodes commerciales pour l'Internet, Date de la mise à jour : juin 2003 La brevetabilité des logiciels et des méthodes commerciales pour l'internet Caprioli & Associés contact@caprioli-avocats.com Plan Contexte Règles applicables De nouveaux risques ?

Contexte La diffusion et l'utilisation des programmes d'ordinateurs en ligne connaissent un développement sans précédent de par le monde. Par ailleurs, à la fin du siècle dernier (1995-2000), on a pu lire dans la presse l'acceptation, par l'Office des Brevets des États-Unis, de brevets portant sur des procédés et des méthodes commerciales dans le domaine du commerce électronique en ligne. Un projet de directive européenne sur la brevetabilité des logiciels a été soumis aux États, elle a été suivie d'une consultation publique et d'une Conférence diplomatique pour la révision de la Convention sur la délivrance du brevet européen (novembre 2000). Edito : l'abus de propriété intellectuelle nuit à la propriété intellectuelle. Les conflits se multiplient entre éditeurs de logiciels et entreprises utilisatrices, notamment autour des audits de licences. Mais, en fait, il n'y a rien de neuf sous le soleil : la rapacité justifiée par la propriété intellectuelle veut réduire à néant une autre propriété intellectuelle, celle des clients utilisateurs.

Publicité« Au pirate ! Au pirate ! A l'assassin ! Au meurtrier ! Les droits bafoués du client La rémunération de la propriété intellectuelle est là pour compenser les frais de développement des logiciels et les risques pris en investissant sur ces développements. Ce qui est à moi est à moi, ce qui est à toi est à moi Pire encore, si l'entreprise a le malheur de vouloir utiliser ce qu'il a acheté, l'éditeur cherche par tout moyen à s'approprier de nouveaux revenus. PublicitéL'enfer, ce n'est pas (seulement) chez les autres L'enfer, c'est par exemple les fameux audits de licence, source de nombreux conflits.

Blocage de l'innovation Article rédigé par. Le logiciel libre, moteur économique de la France. Réalisée à l'occasion du Paris Open Source Summit, une étude du cabinet Pierre Audoin Conseil pointe la contribution économique du Logiciel Libre. PublicitéA l'occasion du Paris Open-Source Summit, les 18 et 19 novembre 2015, le cabinet Pierre Audoin Conseil (PAC) a publié une étude sur le poids économique du Logiciel Libre.

Et les nouvelles sont bonnes dans ce secteur particulier de l'industrie aujourd'hui.Les entreprises opérant dans le secteur du logiciel libre génèrent en France un total de 4,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Ce chiffre est en croissance de 33% par rapport à l'étude similaire de 2012. Selon PAC, la croissance du créneau devrait se maintenir aux environs de 9% par an pour atteindre 6 milliards en 2020.

La part du Libre dans le marché hexagonal des logiciels et service passera alors de 5% en 2012 à 13% en 2020. Des employeurs et des contributeurs confirmés Article rédigé par Laurent Mavallet, Journaliste Partager cet article.