background preloader

Cours

Facebook Twitter

Clash Culture : que vaut le nouveau roman de Maylis de Kerangal ? Quatre ans après «Réparer les vivants», qui a remporté un succès considérable, Maylis de Kerangal revient au roman avec «Un monde à portée de main» (Verticales), un des livres les plus attendus de la saison. Elle y raconte l'histoire de Paula Karst, jeune femme qui entre dans l'âge adulte en suivant des études de peintre en décor, dans une école à Bruxelles.

Pour la romancière, c'est l'occasion de nous présenter un métier, dans ses aspects les plus techniques, mais aussi de livrer une sorte d'autoportrait de l'écrivain en artisan, voire en «faussaire» attaché à imiter le réel et le monde pour nous les mettre sous les yeux. Est-ce aussi réussi et poignant que «Réparer les vivants»? Grégoire Leménager, de «L'Obs», et Jean-Christophe Buisson, du «Figaro-Magazine», ne sont pas vraiment d'accord. Balayer [la guimauve] devant sa porte | Album '50' « Éduquer, instruire, divertir : il y a toujours eu des livres à destination de la jeunesse qui ont, selon les valeurs propres à leurs destinataires, choisi entre ces objectifs.

Aujourd’hui, tout un pan de cette littérature entreprend de diffuser un conformisme tiède, incitant à l’acquiescement aux normes tout en cherchant à intégrer le précieux marché des programmes scolaires. » Si l’on se fie à cet avant-propos, l’article semble se présenter comme une charge contre les livres pour enfants actuels qui, contrairement à leur prédécesseurs, ne feraient plus de choix entre les objectifs différents que sont « éduquer », « instruire » et « divertir » – objectifs que l’article semble envisager comme exclusifs les uns des autres – et se seraient, de fait, transformés en véhicules d’une morale conformiste et aliénante. Circonstance aggravante, ces livres infiltreraient l’Éducation Nationale. À lire ce chapeau, il y a de quoi s’inquiéter.

. « Édition » ou « littérature » ? Torchons et serviettes. On a chopé la censure? – Le magasin des enfants. La polémique autour du documentaire On a chopé la puberté a ravivé, une fois de plus, le débat sur la censure des livres destinés à la jeunesse. Il n’est sans doute pas de question plus inconfortable et difficile dans ce domaine : les jeunes lecteurs, le plus souvent, ont entre les mains et sous les yeux des livres choisis pour eux par des adultes prescripteurs et conçus par des adultes – créateurs, éditeurs – qui pensent leur proposer des œuvres belles, utiles, intéressantes, enrichissantes, drôles, originales, dérangeantes parfois, des œuvres qui, d’une manière ou d’une autre, les nourrissent et les divertissent.

La censure (et aussi la critique, dans une moindre mesure) vient se nicher au creux de cette asymétrie fondamentale qui définit la littérature pour la jeunesse, comme a pu le rappeler Emer O’Sullivan : des adultes d’un côté, qui pensent et décident de ce qui est « bon » pour les jeunes lecteurs, de l’autre des enfants lecteurs qui ont peu souvent voix au chapitre. More Posts. 8 | 2015 Le nouveau pays des merveilles. Héritage et renouveau du merveilleux dans la culture de jeunesse contemporaine. De la ludification des apprentissages à la narration transmédia. Cet article est une adaptation du billet publié le 13 mars 2015 sur le site Sainte-Anne Technopédagogique. Le 11 mars 2015, lors d’un atelier de perfectionnement du Réseau d’enseignement francophone à distance (REFAD), Olivier Alfieri, chargé de projet multimédia au Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques (CFORP), a prononcé une conférence éclairante pour apprendre à faire créer des narrations transmédias en classe.

Il définit le transmédia comme « un univers narratif qui se décline sur des supports complémentaires », tels que : Le transmédia, c’est ouvrir différentes portes pour découvrir ou faire découvrir un monde. Dans cette approche, chacun des médias utilisé contribue à l’apprentissage. La sélection de chacun s’effectue en misant sur leurs forces respectives. Par exemple, si l’on intègre un cellulaire dans une activité d’apprentissage, on tirera profit de son instantanéité et de son interactivité. L’exemple favori d’Alfieri? Ludification ou transmédia? Le jeu en enseignement.

§. Voici les règles fondamentales pour concevoir et réaliser une carte heuristique efficiente 1 La feuille de papier est utilisée dans le format paysage. La feuille de papier sera orientée dans le sens panoramique, car nous avons une vision plus large que haute. Nos écrans de cinéma, de TV et d’ordinateur ont adopté depuis longtemps ce format. Il s’agit de ne pas contrarier notre fonctionnement naturel.

Un dernier point, elle est de préférence sans lignes et sans carreaux. 2 Le cœur est beaucoup plus qu’un titre simplement informatif. Il doit posséder un pouvoir évocateur puissant. Il n’est pas enfermé dans un cadre ou un cercle, il inspire l’ouverture Une image est préférable à un mot. Pour des raisons pratiques, le cœur est bien au centre de la feuille pour que les branches puissent être ramifiées tout autour de façon équilibrée, ni trop sur un côté, ni trop en haut ou en bas. 3 Les branches sont par défaut de forme organique (qui s’inspire de la nature). 4 Un seul mot par branche. Marie-Aude Murail : « On fait porter trop de choses à notre jeunesse ! » | Littérature jeunesse - Allonz'Enfants est un blog de découverte de livres pour enfants (Titre réglages) C’est le retour de la grande romancière de la littérature jeunesse française.

Sauveur & fils, saison 1 est le début d’une saga archi réjouissante. Unité de lieu choisie : le cabinet d’un psychothérapeute bigrement attachant. Quand Marie-Aude Murail se veut la scrutatrice de ses contemporains, ça déménage. Rencontre. Les ados vont-ils mal ? A en croire le prisme choisi par Marie-Aude Murail – le regard d’un psy – il semblerait que les parents ont de quoi largement s’inquiéter : des tentatives de suicide en veux-tu en voilà, des hyper actifs et des phobiques scolaires comme s’il en pleuvait… Dans Sauveur & Fils, tout le monde en prend pour son grade, à commencer par les parents.

Son héros, Sauveur Saint-Yves est un psy qui œuvre pour aider les ados avec beaucoup d’ambition. « Sauveur » Un prénom en forme de mission. C’est à une véritable radiographie des ados d’aujourd’hui à laquelle Marie-Aude Murail s’est attelée avec humour, brio et tendresse. Comment est né votre livre ? A Pecha Kucha about Pecha Kucha.