background preloader

25 vieux clichés saisissants du travail des enfants vu par Lewis Hine

25 vieux clichés saisissants du travail des enfants vu par Lewis Hine
Lewis Hine est sans doute le photographe américain le plus important de l’âge industriel. Pionnier dans la photographie « ethnographique » ses clichés des ouvriers sur l’Empire State Building ont notamment fait le tour du monde. Mais Lewis Hine est aussi réputé pour avoir donné un visage à ces milliers d’enfants qui travaillaient dès le plus jeune âge avant l’abolition. Comme nombre de grands talents avant et après lui, l’artiste finira sa vie dans la misère, son art ne faisant déjà plus recette. Contrairement à ce qu’affirmait le patronat de l’époque, la réglementation du travail des enfants (qui générait un surplus de salaire pour les familles pauvres) n’a pas plongé les parents dans une misère encore plus extrême. « Si je pouvais raconter une histoire avec des mots, je ne me baladerais pas avec un appareil photo. » écrivait Hine. Source : Le Monde.fr Related:  Enfants-EsclavesR4

8€/mois pour du t-shirt. Il photographie le travail des enfants… On estime que 168 millions d’enfants travaillent actuellement dans le monde (source). Même si c’est moitié moins qu’en 2000, c’est encore beaucoup trop. Certains d’entre eux réalisent des travaux particulièrement dangereux sans la moindre protection légale. « Pour abolir le travail des enfants, vous devez le rendre visible.« , c’est l’adage de GMB Akash, un photographe bangladais concerné par les injustices subies par les enfants de son pays. Abolir ne suffit pourtant pas toujours. « Si mes images mettent en lumière des réalités terrifiantes que des millions d’enfants doivent affronter chaque jour, alors j’ai accompli mon travail. Voici une petite sélection de ses clichés qui laissent sans voix.

Images of London history show the city's evolution over 2,000 years La Relève et La Peste Une enquête menée par Amnesty international dévoile que de grandes marques, telles que Renault, Microsoft ou encore BMW, ne font pas vérifier leurs chaines d’approvisionnement de cobalt, matière nécessaire à la conception de batterie. Des conditions de travail obscures Il s’est écoulé deux ans depuis les premières révélations d’Amnesty international, mettant en lumière que les batteries utilisées par les grandes marques étaient susceptibles d’être liées au travail des enfants en République démocratique du Congo (RDC). En effet, le cobalt est un composant essentiel des batteries lithium-ion, et plus de la moitié de ce qui est extrait à travers le monde provient de la République démocratique du Congo. Les informations rassemblées à l’époque montrent que, des enfants et adultes extraient le cobalt dans des conditions très dangereuses et néfastes. Aucune entreprise citée dans le rapport n’a pris de mesures suffisantes pour se conformer aux normes internationales selon l’organisation.

Quelle est la différence entre l’Angleterre, le Royaume-Uni et la Grande-Bretagne ? La Grande-Bretagne est le nom de l’île formée par les territoires d’Angleterre, du Pays de Galles et d’Écosse. C’est la plus grande île d’Europe et la 9e plus grande île au monde. Le Royaume-Uni (United Kingdom) est un État composé de 4 nations d’origine : L’Angleterre (England), dont la capitale est Londres (qui est aussi la capitale du Royaume-Uni) L’Écosse (Scotland), dont la capitale est Édimbourg Le pays de Galles (Wales), dont la capitale est Cardiff L’Irlande du Nord (Northern Ireland), dont la capitale est Belfast Le Royaume-Uni : l’Angleterre, l’Écosse, le pays de Galles et l’Irlande du Nord Les habitants du Royaume-Uni sont appelés les Britanniques. Le "Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande" est né en 1801, par l’union des royaumes de Grande-Bretagne et d’Irlande. Après la sécession de la majeure partie de l’Irlande en 1922, le titre officiel du Royaume-Uni est devenu "Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord".

Enfants esclaves de Zambie | ARTE Reportage En Zambie, pays d’Afrique Australe où 80 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, l’éducation est un luxe… que beaucoup de familles ne peuvent s’offrir. Pressés par le besoin d’argent et le nombre de bouches à nourrir, les parents envoient leurs enfants au travail. Dans le district de Mukushi, à 300 kilomètres au nord-est de la capitale Lusaka, une région où les habitants vivent de l’agriculture, peu d’enfants profitent de l’école. Sur 400 élèves, une centaine manque à l’appel. Appâtés par la faim et quelques piécettes, beaucoup d’entre eux travaillent dans des fermes, occupés à récolter les fruits, les légumes, le coton.

The Strike 1886 La Relève et La Peste L’observatoire des inégalités travaille actuellement sur un livret pédagogique axé sur le travail des enfants. Zoom sur ce phénomène qui touche 220 millions d’enfants à travers le monde. Travail et illégalité L’organisme indépendant d’information sur les inégalités « Observatoire des inégalités » édite un extrait de son prochain livret pédagogique axé sur les « inégalités expliquées aux jeunes ». Dans un premier temps, l’organisation internationale du travail (OIT) considère comme « enfants » les jeunes âgés de 5 à 17 ans. Depuis 2012, le nombre d’enfants qui travaillent dans le monde a diminué de 46 millions tandis que le nombre total d’enfants a augmenté, selon l’observatoire des inégalités. Main d’œuvre bon marché et exploitation Dans le monde, sept enfants sur dix qui travaillent sont employés par leur famille et ne sont pas rémunérés. Une pauvreté plus forte que les lois ? La grande majorité des « enfants-employés » est en Afrique ainsi qu’en Asie-Pacifique.

recitus | Documents Mise en situation À partir de la deuxième moitié du 18e siècle, l’Angleterre connaît une révolution économique qui transformera en profondeur les modes de production grâce à d’importantes innovations techniques. Ce phénomène s’étendra par la suite en France, en Allemagne puis aux États-Unis. Cette industrialisation a été maintes fois mise en scène au grand et au petit écran. Opérations intellectuelles visées Établir des faits Caractériser une réalité historique Consignes Visionne tous les extraits vidéo qui se trouvent dans le dossier documentaire et réponds aux questions qui les accompagnent. Technologie Produis un diaporama qui répond à la question de travail du dossier. Ce dossier document est également disponible en version Document Google. Être enterré vivant : la hantise du XIXe siècle Imaginez : vous vous réveillez allongé dans un lieu étroit, sans lumière, presque dépourvu d'oxygène... Vous tentez de vous relever, mais votre tête heurte une surface rigide. Horreur : vous avez été enterré vivant ! Une situation digne d'un conte d'Edgar Allan Poe (qui en fit le sujet de L'Inhumation prématurée, nouvelle parue en 1844), et qui fut l'une des hantises les plus persistantes du XIXe siècle. La taphophobie, ou peur d'être enterré vivant, se développe d'abord au siècle précédent. La médecine était alors peu fiable et il arrivait qu'on ne diagnostique pas avec certitude un décès, notamment dans le cas des morts apparentes (coma, catalepsie, léthargie). La crainte d'être enterré trop tôt se répand si bien que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, certains législateurs interviennent. En France, l'article 77 du Code Napoléon prévoit en 1804 le même délai obligatoire de 24 heures avant l'enterrement. La médecine européenne prend la question très au sérieux. « M.

Related: