background preloader

Freinet et la coopération

Freinet et la coopération
Les pratiques de Célestin Freinet, comme celles de tous les éducateurs qui se revendiquent de lui, s’inscrivent bien sûr fortement dans les perspectives coopératives. Quelles positions a-t-il prises sur ce sujet dans ses écrits ? Ce que l’on retient le plus souvent de la pédagogie Freinet, c’est la part accordée à la coopération. Quand Freinet parle de coopération Le thème de la coopération est abordé précisément dans trois textes de Freinet. En 1929, dans un article intitulé « Les coopératives scolaires », il prend parti dans le cadre d’un débat qui oppose, au sein même du mouvement de l’école émancipée, adversaires et partisans des coopératives scolaires. Tout d’abord, la coopérative a une fonction pédagogique. La coopérative scolaire se justifie aussi dans une perspective politique. En 1944, dans L’école moderne française, Freinet aborde de nouveau le thème de la coopération, en décrivant très précisément le déroulement d’une séance du conseil des élèves. Ce que Freinet ne voit pas Related:  Coopération

Document sans nom Si je laisse de côté, un instant, les observations, lectures, travaux et réflexions qui constituent mon quotidien, depuis bien longtemps maintenant, sur la question des apprentissages… si je mets entre parenthèses la multitude de données, stabilisées ou embryonnaires, minutieusement recueillies et rigoureusement collectées par les psychologues, les sociologues, les anthropologues et les didacticiens sur ce que c’’est « apprendre »… si je me demande ce que, dans ces conditions, je peux dire sur cette question, qui soit vraiment essentiel à mes yeux… alors, de toute évidence, c’est en termes de « principes » qu’il faut que je m’exprime. Des « principes » qui renvoient tout autant à des expériences qu’à des valeurs, des « principes » qui ressaisissent ce en quoi « apprendre » est, au-delà des « faits », un « événement » proprement humain dont l’apparente banalité cache le caractère profondément mystérieux – j’allais dire miraculeux. -o0o- Philippe MEIRIEU

La coopération entre élèves : des recherches aux pratiques Reverdy Catherine (2016). La coopération entre élèves : des recherches aux pratiques. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 114, décembre. Disponible au format PDF : 114-decembre-2016. À l’heure où le travail en équipe, l’intelligence collective et le travail collaboratif en projet sont ancrés dans le monde du travail, que les idées de collectifs citoyens, de fablabs et d’échanges de savoirs se développent, que se passe-t-il à l’école ? Ce Dossier interroge la manière de mettre en œuvre la coopération dans les classes, à l’appui des recherches en éducation. Côté enseignement, pour mettre en place cet apprentissage coopératif, l’enseignant.e peut organiser les situations de coopération selon différentes modalités qui dépendent des objectifs d’apprentissage visés : ce peut être le tutorat, où un.e élève est expert.e, l’autre novice ; ou encore l’aide spontanée entre les élèves, pour pallier aux difficultés ponctuelles. [Retour au sommaire] Au niveau du contexte de la classe Quelques exemples

La pédagogie coopérative : oui, si… Ou le point de vue d’un didacticien Cahiers pédagogiques : Michel Develay, vous n’avez pas particulièrement travaillé sur la coopération à l’école et vous êtes peut-être surpris de voir les Cahiers pédagogiques consacrer un dossier à ce thème. Mais, justement, cela m’intéresse que vous ne soyez pas un spécialiste de la « classe coopérative ». Pouvez-vous répondre rapidement à cette première question : l’école doit-elle former à la coopération ? Michel Develay : Puisque vous me demandez une réponse courte, permettez que je vous réponde « oui ». Oui. Oui si… on ne fait pas de la coopération seulement une fin, mais aussi un moyen. Certains pensent que la coopération est toujours une valeur à promouvoir, car elle implique la prise de décision, la responsabilité collective, l’entraide et la solidarité. Votre question induit un prolongement à la réponse. Pour vous, concrètement, qu’est-ce que la coopération ? La coopération, c’est la possibilité d’opérer ensemble. Certains ont dit (est-ce vous ?)

coop à la cité des sciences sup-numerique.gouv.fr | Ressource en auto-formation : 03 - La pédagogie coopérative pour travailler le climat scolaire, soutenir la motivation et la santé psychologique des élèves : une responsabilité partagée entre élèves et enseignants (cerse2016) Présentation de: 03 - La pédagogie coopérative pour travailler le climat scolaire, soutenir la motivation et la santé psychologique des élèves : une responsabilité partagée entre élèves et enseignants (cerse2016) Informations pratiques sur cette ressource Type : cours / présentation Niveau : enseignement supérieur Durée d'exécution : 1 heure 28 minutes 4 secondes Contenu : vidéo Document : video/mp4 Poids : 423.71 Mo Droits d'auteur : libre de droits, gratuitDroits réservés à l'éditeur et aux auteurs. Description de la ressource en auto-formation Résumé Journée d’étude organisée par l’équipe Enfances, Jeunesses et Cultures (EJC), CERSE EA965 (Centre d’Etudes et de Recherche en Sciences de l’Education) Coopérations entre adultes et réussite des enfants : quels processus, quels effets ? "Domaine(s)" et indice(s) Dewey Éducation, enseignement (370) Domaine(s) Sciences humaines, sociales, de l’éducation et de l’information » Sciences de la société » Sciences de l'éducation

La pédagogie de la Coopération En 2006, Isabelle Peloux, professeure des écoles, fonde une école différente, au coeur du centre agroécologique des Amanins, dans la Drôme. Elle y développe une pédagogie fondée sur un apprentissage actif, sur la coopération entre les élèves ainsi que sur un enseignement d'éducation à la paix avec soi-même et avec les autres. Elle expose son expérience de terrain, complétée d'exemples concrets. Isabelle Peloux G. avec Isabelle Peloux, Professeur des écoles dans la Drôme, qui propose une réflexion sur cette Pédagogie de la Coopération à partir de son livre L'école du colibri (Actes Sud - Collection "Domaine du possible" 8 oct. 2014). - Céline Alvarez, quant à elle, a dirigé pendant 3 ans une expérimentation pédagogique au sein de l'Education Nationale en classe maternelle dans une école publique ZEP de Gennevilliers (92). - et Stéphanie Fontdecaba est enseignante en classe maternelle-CP à Paziols dans l'Aude. Céline Alvarez et Isabelle Peloux G.

Classes cooperantes L’origine du projet Le collège Sophie-Germain est intégré à un projet de ville qui valorise la mixité sociale à deux pas du centre-ville de Nantes. Le levier coopératif doit permettre de mettre en valeur les qualités et les compétences propres à chacun pour permettre les réussites de tous. Les objectifs Augmenter les chances de réussite de chacun des élèves : succès à l’examen, orientation choisie et pérenne, degrés de maîtrise de compétence accrus.Développer l’altérité, l’écoute, l’expression langagière et l’argumentation. La mise en place A la rentrée 2014, le collège Sophie-Germain situé à Nantes, a créé des classes coopérantes sur l’ensemble du niveau 6e. Inscrit dans le projet de l’établissement, le levier coopératif est actionné à tous les niveaux : entre les élèves et les enseignants, entre adultes (personnel, parents), entre les parents et leurs enfants et entre les élèves. L’organisation Le dispositif repose en partie sur la cohérence commune des attentes pédagogiques.

Apprendre par les pairs: quand l'apprenant devient partenaire L'enseignement n'est plus seulement du ressort du ''Maître''. Une réalité qui s'impose malgré la réticence d'un bon nombre d'enseignants et de pédagogues. L'apprenant est désormais un partenaire actif du dispositif d'apprentissage et non plus un simple consommateur ni la ''boîte vide'' qu'il faudrait remplir. L'apprentissage par les pairs rompt avec les approches pédagogiques traditionnelles et redéfinit les rapports régissant les éléments du triangle didactique, ''Maître- Elève- Savoir''. Tout se fait par les pairs: enseignement, apprentissage, accompagnement, entraide, mentorat, évaluation, conception de contenus pédagogiques...Mais attention à ''l'overdose''! Apprentissage par les pairs : de multiples façons de l'expérimenter L'apprentissage par les pairs ne date pas d'aujourd'hui et a même fait l'objet de nombreuses applications menées depuis plusieurs siècles par les pionniers de la pédagogie. Les techniques d'apprentissage par les pairs se diversifient avec les outils numériques.

Collaboration/Coopération : quelques points de repères Je viens de découvrir ce document très intéressant qui a le mérite de distinguer clairement les concepts de collaboration et de coopération ! En voici quelques extraits : "Le travail coopératif est accompli par une division du travail dans laquelle chaque personne est responsable d’une partie de résolution d’un problème. La collaboration implique un engagement mutuel des participants dans un effort coordonné pour résoudre ensemble le problème. En résumé "Travail coopératif ou à chacun sa partie du tout Travail collaboratif ou le tout pour tous." Concernant les apprentissages : "L’apprentissage coopératif se fait en équipe. L’apprentissage collaboratif résulte du travail individuel soutenu par des activités de groupe ou d’équipes.

Soirée grand public INC du 8 octobre 2018: débat et questions avec Sophie Pène, Gérald Bronner et Marion Petipré | The Institute of Neuroscience and Cognition Voici la première vidéo de la soirée ‘Plus intelligents ensemble?‘ du lundi 8 Octobre 2018 où Gérald Bronner, Sophie Pène et Marion Petitpré ont présenté et confrontés leurs points de vue sur la sociologie cognitive, la société numérique et les pédagogies nouvelles faisant appel à l’intelligence collective. Partie 4/4 : débat et questions avec Sophie Pène, Gérald Bronner et Marion Petipré Retrouvez les autres vidéos de cette soirée ici. Captation et conception vidéo: Direction numérique de Paris Descartes. Video sur MédiasD Voici la première vidéo de la soirée ‘Plus intelligents ensemble? Partie 4/4 : débat et questions avec Sophie Pène, Gérald Bronner et Marion Petipré Retrouvez les autres vidéos de cette soirée ici. Captation et conception vidéo: Direction numérique de Paris Descartes. Video sur MédiasD

Notion de groupe et théories sociologiques liées au groupe. - Diversité et non discrimination La notion de groupe Qu'est ce qu'un groupe ? Selon Turner (1981) le groupe n'existe que si au moins deux individus se définissent eux même comme faisant partie de ce groupe et qu'un troisième individu reconnaît cette existence. A ce titre, il faut différencier le groupe et le simple agrégat d'individus. Le groupe se reconnaît par un ensemble de relations directes et privilégiées. · La taille : on peut considérer l'existence d'un groupe à partir d'un nombre entre 3 et 12 individus (pour Rebelson et Steiner, un groupe de plus de 12 personnes perd de son efficacité) · Le statut désigne la place de l'individu par rapport à l'échelle sociale. · Le rôle désigne un modèle de conduite attribué à un individu en fonction de son statut (rôle du manager ...) · Les normes représentent un ensemble de règles élaborées par le groupe auxquelles les individus doivent se soumettre. Le Groupe : les stéréotypes et les préjugés En savoir plus : Peut on vivre sans stéréotypes Les différents types de groupes 1. 2.

Panorama des outils de travail collaboratif : définition et grands types Origine des outils collaboratifs Historiquement, le problème de la division du travail date de deux siècles, et avait donné naissance au travail à la chaîne : on peut améliorer la cadence de production des ouvriers en affectant à chacun une unique tâche qu'ils sont chargés de répéter. Cependant, la nécessité de faire travailler ensemble des individus dispersés dans le temps et l'espace est devenue de plus en plus pressante ; mais les technologies de l'information et de la communication ont permis de résoudre cette problématique à l'aide des outils de travail collaboratifs. L'expression "travail collaboratif" est attribuée à Yochai Benkler, professeur de droit à l’université de Yale. (source : wikipédia)Les premiers outils de travail collaboratif commencent à apparaître à la fin des années 80 avec notamment Lotus Notes d'IBM. Définition Attention : il ne faut pas confondre travail collaboratif avec travail coopératif ! Le travail collaboratif repose sur trois principes majeurs : Wikipédia

Related: