background preloader

Professeur de français : La FIPF et le CIEP pour un nouveau métier ?

Professeur de français : La FIPF et le CIEP pour un nouveau métier ?
Les 8 et 9 décembre 2014 à Sévres, la Fédération Internationale des Professeurs de Français (FIPF) et le Centre International d’Etudes Pédagogiques (CIEP) ont organisé un séminaire pour éclairer les évolutions du métier de professeur de français et réfléchir aux moyens de les accompagner au mieux. L’état des lieux a permis de mesurer l’ampleur du chantier : pour les enseignants confrontés aux défis du numérique, de l’interdisciplinarité ou de la mondialisation; pour les structures associatives ou institutionnelles appelées à les aider dans ces transformations en cours ; pour tous ceux qui souhaitent diffuser une langue (donc aussi une culture et des valeurs), qui n’a jamais été autant parlée dans le monde. Quelles évolutions pour les professeurs de français ? Manuela Ferreira Pinto, responsable du département langue française au Centre International d’Etudes Pédagogiques, perçoit plusieurs grandes mutations susceptibles de faire évoluer le métier de professeur de français. Conclusion ?

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/12/15122014Article635542258725976477.aspx

Related:  FLERéflexions et formation continueFLE2014

Capsules audiovisuelles : Soupçon de culture Marie-Hélène Mireault, enseignante : Bonjour, Julie. La première chose qu’on va faire aujourd’hui, c’est de mettre en commun les étapes qui ont mené à l’aboutissement du projet. On peut commencer. La première activité qu’on a faite ensemble, au tout début, si je ressors les petites pochettes qui sont ici, on avait des dossiers d’enquête. Qu’est-ce qu’il y avait? La posture d'apprenant  Lors de mon dernier article, je formulais mes vœux de la nouvelle année aux acteurs du monde de l'éducation, entre autres, en souhaitant que ces derniers participent à des communautés de partage d'expérience. Mario Asselin, dans son dernier billet de blogue, a eu le juste mot en énonçant le même souhait en référant judicieusement l'importance d'adopter une posture d'apprenant. Ce concept pourrait être défini comme étant l'ensemble des dispositions permanentes prises par un individu en situation d'apprentissage. Dans le cas qui nous intéresse, il est donc question que les enseignants, les cadres scolaires ou tout autre intervenant acceptent d'être à la fois des apprenants et des éducateurs dans l'exercice quotidien de leurs fonctions.

Philippe Meirieu : La laïcité et le mythe de « l’instruction pure » Dans un article intitulé « Laisser la croyance hors des établissements scolaires », paru dans Le Monde du 31 janvier 2015 (1), Danièle Sallenave revient sur la question de la laïcité et, reprenant à son compte une affirmation du président de la République, affirme que « les religions n’ont pas leur place à l’école ». Elle voit dans ce principe la « définition claire et sans équivoque de ce qu’est l’école "laïque", et qui lui permet d’être l’école de tous : une école qui tient les religions à distance ». Évidemment, Danièle Sallenave n’est pas hostile à « l’enseignement du fait religieux », mais, bien sûr, à condition qu’il soit enseigné comme « savoir » et non comme « croyance » : elle souhaite donc qu’on en donne la charge aux professeurs de français ou d’histoire. « Décréter l’élève ? »

Claire Berest : Quand les élèves créent des ponts Des ateliers collaboratifs entre 6èmes et 2ndes autour des stéréotypes de genre, un « speed dating de l’orientation » amenant des 2ndes à échanger avec des 1ères et terminales de diverses séries, une rencontre autour d’un festival de cinéma organisée par les lycéens à destination de toute la communauté éducative : autant d’activités singulières, formatrices et stimulantes, menées à Brest dans la cité scolaire de l’Iroise par Claire Berest, professeure de français au lycée, en collaboration avec la professeure documentaliste Chantal Philippe et une enseignante du collège, Marie Thomas. Ce que Claire Berest ainsi nous présente, c’est, tout autant qu’un projet pédagogique, une action et une vision. Le projet que vous présentez au Forum des enseignants innovants s’intitule « Quand les élèves créent des ponts dans une cité scolaire » : pourquoi ?

Conférence. Enseigner le français à l'heure du numérique David Cordina introduit la conférence « Enseigner le français à l’heure du numérique » e-twinning en Brest (français qui ne parle pas l’italien) et Livourne (italien qui apprenent le français). exemple d’une jeune fille qui prend son samedi après-midi pour ajouter ses photos à de la poésie contemporaine. Ma petite contribution à la concertation sur l’école numérique L’occasion m’a été donnée, en cette fin janvier 2015, d’intervenir trois fois devant des publics très différents à propos du numérique et des enjeux pour l’école. Vous trouverez donc ci-dessous les trois diaporamas que j’ai présentés et qui, comme d’habitude, m’ont servi de trame et de support aux conférences. Trois circonstances différentes, trois contextes pour trois publics différents. Mais aussi, la même actualité… Le premier a été présenté à l’occasion d’une session de formation continue pour les professeurs documentalistes et des conseillers principaux d’éducation d’un bassin de formation de l’académie de Versailles.

Aline Gatier : « Ce que je préfère, c'est quand un élève devient un mot » Professeure de français et de philosophie au Lycée agricole La Germinière au Mans, Aline Gatier y anime depuis plusieurs années le « Blog abécédaire ». Les élèves construisent en ligne, progressivement et collaborativement, un dictionnaire qui les aidera à élargir leur vocabulaire et à maîtriser la polysémie, à lutter contre le copier-coller internet en variant et référençant les sources, à réaliser que les mots ne sont pas neutres, qu'ils véhiculent des idées et entraînent des actes. Le blog abécédaire s’enrichit d’année en année, au fil des générations d’élèves. La continuité est aussi le secret d’un tel projet.

Dimension cognitive (PREL) Une recension des pratiques en littératie familiale a permis de mettre en évidence plus d’une douzaine de programmes qui semblent les mieux fondés, d’un point de vue scientifique, pour favoriser la réussite des élèves en lecture. Nous vous partagerons donc plus en détail l’information sur quatre de ces programmes de littératie familiale qui se sont avérés efficaces (p.16) pour le préscolaire, le primaire et le secondaire. Le but du programme américain Family Literacy Bags, ou « Sac d’histoires », consiste à encourager la lecture de livres à la maison. Au début de l’année, le parent participe à une réunion de préparation qui l’aide à définir son engagement et le rôle qu’il doit jouer à l’intérieur du programme. Par la suite, toutes les trois semaines, l’enfant rapporte un sac de l’école.

Élèves de milieux défavorisés: «assieds-toi et tais-toi» Les parents issus de milieux défavorisés contribuent au maintien des inégalités sociales dans les salles de classe en apprenant à leurs enfants à ne pas poser de questions et à se débrouiller par eux-mêmes, constate une sociologue de l'Université de l'Indiana dans une étude, obtenue par La Presse, qui sera publiée cet automne. La professeure Jessica McCrory Calarco a passé près de trois ans dans une école du New Jersey pendant lesquels elle a interviewé enfants, parents et enseignants. Au cours de son expérience, elle a remarqué que les enfants reproduisaient à l'école des phénomènes inégalitaires vécus entre les classes sociales, car implicitement, c'est ce que leurs parents leur avaient appris. 6 courts-métrages pour les cours de FLE - Posté à 09:27h dans Vidéos par Gabrielle Chort Des courts-métrages en cours … Travailler sur un film en classe, c’est sympa, mais on n’a pas toujours le temps de le regarder en intégralité, ce qui peut être frustrant. Alors pourquoi ne pas visionner des courts-métrages ? Voici quelques suggestions de films courts assez récents.

Related: