background preloader

Detroit by Air

Detroit by Air
You can learn a lot about a place by seeing it from the air. I’m a pilot and an aerial photographer; I am also trained as an architect. I’ve always been interested in how the natural and constructed worlds work together, and sometimes collide. Issues like income inequality also reveal themselves quickly from above, and in Detroit and the surrounding area, the stark contrast between the haves and the have-nots couldn’t be more apparent. Outside the city center, I flew over new homes built alongside lakes and country clubs. Five-car garages, swimming pools and pool houses decorated elaborately landscaped yards. I first photographed Detroit from the air during the Reagan-Carter campaign 34 years ago. From the air today, the decline appears to be slowing. I think that the inner ring of Detroit will win out in the long run, as cities are and will continue to be the greenest places to live on a per-capita basis. Detroit’s rebound is just a matter of time.

http://www.nytimes.com/interactive/2014/12/07/opinion/sunday/exposures-detroit-by-air-alex-maclean.html

Related:  DETROIT, UNE VILLE EN CRISEthème 1 géo 4e 2016détroitDetroitLes villes dans la mondialisation.

Detroit : la destruction plutôt que la rénovation L'ancienne capitale mondiale de l'industrie automobile est aujourd'hui une ville délabrée. En effet, Detroit compte aujourd'hui 70 000 édifices en ruine. Pour l'heure, la municipalité a déjà rasé 3 000 bâtiments. L'objectif : éliminer les maisons poubelles qui polluent le paysage. Certains quartiers résidentiels ont été désertés par leurs habitants qui ont fui la ville, la crise et le chômage. La délinquance et le trafic se sont installés à leur place, la ville veut aujourd'hui tout nettoyer pour se remettre sur pied : diminuer le nombre d'habitations pour y installer des terrains et éviter de nouveaux abandons.

Lagos la mégalo Vue du dixième étage d’un immeuble du quartier de Victoria Island, Lagos, mégalopole de 20 millions d’habitants, a presque l’air d’une ville normale. Calme. Loin de l’insurrection de la secte islamiste de Boko Haram qui terrorise le nord du pays. Loin du chaos des quartiers populaires. On se laisserait même bercer par la vue majestueuse et le ronronnement de l’air conditionné si Gabi Massoud ne nous invitait à le rejoindre dans son bureau de Nigeria Limited ITB. D’origine libanaise, le directeur général de cette grande entreprise de construction s’est installé dans la capitale économique du Nigeria il y a près de quinze ans.

Une ville qui “rétrécit” (shrinking city) Détroit Le terme de "shrinking city", traduit par ville rétrécissant, désigne un phénomène de rétrécissement urbain qui touche les villes sur trois plans : démographique, par la perte de population ; économique, par la perte d’activités, de fonctions, de revenus et d’emplois ; et social, par le développement de la pauvreté urbaine, du chômage et de l’insécurité. Les shrinking cities sont d’abord associées au "déclin urbain" ou encore à la "décroissance urbaine" des villes industrielles états-uniennes et allemandes (schrumpfende Städte) dans les années 1970-1980 et touchent désormais un certain nombre de grandes villes du monde, d’abord européennes et, depuis les années 1990, des pays émergents. Elles sont la manifestation spatiale d’une mise à l’écart de ces villes dans la mondialisation.

Detroit (USA) : « Shrinking city », ville fantôme sans avenir ? Avec notre envoyée spéciale à Détroit, Murielle Paradon Ils sont des dizaines à attendre dehors, de pouvoir entrer à leur tour. De l’extérieur, le bâtiment aux allures de hangar ne paie pas de mine mais il abrite l’une des plus vénérables institutions humanitaires de la ville : Capuchin soup kitchen, la « soupe populaire des capucins », crée en 1929 pendant la Grande Dépression, pour nourrir les plus pauvres. Déjà… Au chaud à l’intérieur, des dizaines de personnes attablées engouffrent un chili con carne, un des trois repas servis chaque jour par des bénévoles. Ici, la population est à 100% noire, venue des alentours de Conner street. De la Motor City à la cité morte – Détroit et l’agriculture urbaine Résumé L’agriculture urbaine de Détroit connaît une popularité foudroyante depuis quelques années. D’une ville en déclin exponentiel depuis la crise financière nationale de la fin de la dernière décennie, les citoyens et organismes de la ville s’empressent de faire la promotion d’un nouveau paradigme qui pourrait bien sauver la ville d’une faillite inévitable.

EuroMediterranee: Economie Depuis son lancement, Euromediterranée agit comme un moteur de développement économique. Pour contribuer à la dynamique économique de la métropole, l'établissement propose un accueil privilégié aux entreprises, investisseurs et organisations internationales. Grand gagnant de cette stratégie : l'emploi. Le nouveau pôle économique de l'Europe du Sud Euromediterranée est devenu le plus important quartier d'affaires de centre ville d'Europe du Sud, principalement dans les fonctions centrales d'entreprises, les services au commerce international, les activités financières et les entreprises des TIC (multimédia, télécommunications, audiovisuel) faisant de Marseille une métropole à dimension européenne... Lire la suite

Une ville qui “rétrécit” (shrinking city) Détroit Le terme de "shrinking city", traduit par ville rétrécissant, désigne un phénomène de rétrécissement urbain qui touche les villes sur trois plans : démographique, par la perte de population ; économique, par la perte d’activités, de fonctions, de revenus et d’emplois ; et social, par le développement de la pauvreté urbaine, du chômage et de l’insécurité. Les shrinking cities sont d’abord associées au "déclin urbain" ou encore à la "décroissance urbaine" des villes industrielles états-uniennes et allemandes (schrumpfende Städte) dans les années 1970-1980 et touchent désormais un certain nombre de grandes villes du monde, d’abord européennes et, depuis les années 1990, des pays émergents. Elles sont la manifestation spatiale d’une mise à l’écart de ces villes dans la mondialisation. Sitographie à propos des Shrinking cities : Géoconfluence, glossaire :

Detroit, de "Motor City" à "shrinking city": - le lien HGEMC Detroit est une shrinking city, c'est-à-dire une ville qui connaît la désurbanisation et la désindustrialisation. La ville retrécit. En effet si en 1950, Detroit comptait 1,8 million d'habitants, elle n'enregistre aujourd'hui que 706 000 personnes. La ville a perdu la moitié de sa population. En 2011, les 35 % du territoire municipal sont inhabités. Inventaire avant élections à Marseille : Les villes appartiennent-elles aux riches ? France Culture part sur les routes de l'hexagone pour battre la campagne. Première étape d'une série de délocalisations de l'antenne, dans le cadre d'"Inventaire avant élections" : la cité phocéenne. Jeudi 19 janvier, plusieurs émissions seront en direct du théâtre de la Criée à Marseille. Au programme : Les Matins, La Grande Table , Du Grain à moudre , Les journaux de la Rédaction. Mais avant l'antenne, en écho à quelques problématiques françaises majeures en 2012, tel le logement, la mixité et l'exclusion sociale, reportage à Marseille, dans un centre-ville qui connaît actuellement les soubresauts d'une restructuration de grande ampleur :

Detroit : se réduire et verdir pour ne pas mourir Urbanisation inversée, désurbanisation, ruralisation, décroissance urbaine : quel que soit le nom qu'on lui donne, le maire de Detroit, Dave Bing, Michigan, pense avoir trouvé la solution à la déchéance de sa ville, ancien phare de l'industrie automobile ravagée par la récession. Dans les années cinquante, Detroit résonnait encore comme une promesse aux oreilles d'une Amérique industrielle. La plus grande ville du Michigan accueillait alors près de deux millions d'habitants. Soixante ans plus tard, il n'en reste plus que 800 000, noirs à plus de 80 %, deux fois plus pauvres que dans le reste du pays. Une grande partie du centre-ville est à l'abandon : fenêtres et portes murées, usines désaffectées, quartiers fantômes ont transformé Motown et Notown.

Points de repères : Les villes globales On trouve des villes globales sur tous les continents, sous toutes les latitudes, de New York à Buenos Aires, de Londres à Mumbay, de Tokyo à Sydney. Tant en termes de création de richesse que de pilotage de l’économie mondiale, quelques pôles urbains tiennent cependant le haut du pavé. La mégalopole américaine, le réseau de villes européen et le nuage urbain Tokyo-Osaka se voient confirmés dans leurs fonctions. Une poignée de villes émergentes asiatiques s’est néanmoins imposée, emmenée par Singapour, Séoul et Hong Kong. Il existe plusieurs manières de mesurer l’importance économique d’une ville. Si les plus grandes villes au monde sont généralement les plus peuplées, les économistes retiennent généralement le critère dela production de richesse (le PUB).

L'art et la culture à Detroit Les ruines de Detroit ont aussi inspiré plusieurs projets photo parmi lesquels celui d'Yves Marchand et Romain Meffre, "Ruins of Detroit". Les deux photographes ont voulu rendre compte, à travers leurs photos, de l'âme de la ville. On retrouve dans leurs clichés tout le passé industriel d'une ville florissante tombée en déclin. C'est sans doute le travail photographique le plus remarqué sur Detroit. Detroit, ou l'appréhension du vide Dans le cadre d'un workshop international à Detroit en décembre dernier, 50 étudiants de cinq nationalités, dont une dizaine de Français, ont tenté, dans une ville au développement atypique et littéralement vidée de ses habitants, de proposer une pensée urbaine et des pratiques architecturales alternatives. Une proposition ardue dans un contexte perturbant. Andrew Zago, qui a conçu le nouveau musée d'art contemporain de Detroit (Michigan, USA), inauguré en 2006, explique au sujet de ce bâtiment qu'il s'agit "d'un acte de guérilla architecturale". Ce musée, entièrement tagué sur sa façade et installé dans une concession automobile abandonnée sur une avenue semi-déserte, témoigne de la difficulté de redynamiser une ville dont la quasi-totalité de la population blanche s'est littéralement enfuie, au début des années 70, laissant le centre exsangue.

Related: